mercredi 26 avril 2017

Nancy: décès suspects de deux nouveaux-nés

Deux nouveaux-nés sont décédés le 25 avril à l’hôpital de Nancy, dans des circonstances encore troubles. Les nourrissons, tous deux grands prématurés, étaient hospitalisés en raison de leur situation au service de la réanimation néonatale. Si la santé de ces enfants n'est jamais garantie malgré les améliorations régulières de la pédiatrie, la proximité dans le temps des deux drames cause un vif émoi dans la maternité.
«Les professionnels de l’unité de réanimation néonatale sont sous le coup d’une profonde émotion» a fait savoir dans un communiqué le CHU de Nancy. Une enquête a été ouverte par le parquet de la ville pour comprendre les circonstances des deux décès.
D’après les informations de TF1/LCI, la piste de l’erreur humaine est privilégiée : un médicament mal administré aurait pu causer la mort des nourrissons. Cependant, celle de l’homicide volontaire n’est pas encore exclue à ce stade de l’enquête.
  1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

Une randonneuse se tue dans le Verdon

Alors qu'elle randonnait dans les gorges du Verdon, une femme de 68 ans est décédée hier après-midi, rapporte La Provence. La victime aurait fait une chute accidentelle de 20 mètres au lieu-dit Ruines de Guegues sur la commune de La Palud-sur-Verdon, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Une deuxième randonneuse, âgée de 74 ans, est quant à elle indemne. 
Les sapeurs-pompiers de Castellane et de la Palud-sur-Verdon, ainsi qu'un l'hélicoptère de gendarmerie ont été sollicités pour cette intervention. Une enquête est ouverte

Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

Quatre interpellés en    Lorraine

Quatre portes dégondées à coups de bélier, avant le lever du jour : les hommes du RAID, armés jusqu’aux dents et accompagnés de chiens, ont profité de l’effet de surprise, pour interpeller sans un coup de feu, trois individus mardi, dans des appartements HLM de Vandœuvre. Tout porte à croire qu’ils sont liés à l’attentat que projetait de perpétrer Clément Baur, 23 ans et Mahiedine Merabet, 29 ans, interpellés mardi 18 avril à Marseille, dans une cache bourrée d’explosifs et d’armes automatiques.

À Vandœuvre, Miramas et Conthil

Les enquêteurs pensent que Baur et Mérabet auraient rejoint Marseille depuis Nancy en covoiturage. Ils savent aussi que les trois personnes interpellées dans l’agglomération nancéienne, plus une quatrième arrêtée à Conthil, dans le Saulnois, en Moselle, échangeaient par téléphone. Un cinquième suspect aurait également été arrêté dans le sud, à Miramas. Sous les cagoules de la police, il n’y avait pas que la quinzaine d’hommes du RAID mardi à Vandœuvre et Nancy. Il semble que des policiers de la section zonale de recherche et d’appui et leurs collègues parisiens de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) n’étaient pas loin de la zone sensible, ciblée par l’anti terrorisme. D’après nos informations, un long travail de repérage et de ciblage des individus a été mené en amont, avec des photos, des écoutes téléphoniques et de la surveillance internet.

Toujours à Lobau mardi soir

Une patiente préparation du travail de profilage et de localisation a permis aux policiers d’élite du RAID d’échafauder plusieurs scénarios d’intervention et de parer à toute éventualité. À Vandœuvre, c’est dans le quartier de Vand’Est entre la place d’Écosse, la rue de Hollande et l’allée de Haarlem, séparées de quelques centaines de mètres, que se sont portés les efforts. Le milieu tchétchène, lié au trafic des armes et des stupéfiants, ne serait pas étranger à ce coup de filet coordonné, mené de façon militaire, avec un schéma tactique anticipé. Transférés par le RAID, avant midi boulevard Lobau au siège de la Direction de la sécurité départementale à Nancy, les cinq individus liés aux djihadistes de Marseille, pourraient être transférés ce mercredi à Levallois-Perret dans les locaux des services anti terroristes.

Informatique, téléphonie

Du matériel informatique, des téléphones ont été saisis dans les quatre domiciles lorrains, sans qu’on sache, si des armes, des explosifs ou de la littérature djihadiste, ont été trouvés durant la perquisition. Selon des informations concordantes, et comme le permet la loi en matière de terrorisme, les quatre suspects interpellés en Lorraine n’avaient pas encore d’avocats mardi soir à Nancy

mardi 25 avril 2017

Lagorce (33) : une femme tuée, un homme placé en garde à vue

Un drame a eu lieu lundi en fin d’après-midi dans la commune girondine : une femme de 38 ans a été tuée, un homme a été interpellé

Une femme de 38 a été tuée, lundi en fin d’après-midi, sur la commune de Lagorce, au lieu dit Montigaud, près de Guîtres (Gironde). Selon nos informations, il s’agirait d’un homicide. Les gendarmes ont été alertés par une voisine. Un homme a été interpellé puis placé en garde à vue, peu de temps après le drame. Il pourrait s’agir du présumé meurtrier.
La victime vivait avec sa mère, dans une maison qu’elles louaient depuis quelques années dans la commune girondine. "Ce sont des personnes que l’on connaissait très peu, expliquait, ce mardi matin, le maire Bruno Lavidalie. Ce sont des gens classiques, je dirais. Nous n’avions pas de rapports particuliers avec elles."
Ce mardi matin, le parquet du tribunal de Libourne s’est dessaisi au profit du parquet de Bordeaux. L’enquête se poursuit pour connaître les raisons et les circonstances de ce drame.
A La Une L' Essentielhttp://www.sudouest.fr/

Paramotoriste disparu : gros dispositif franco-allemand et appel à témoins

Un vaste dispositif de recherches a été déclenché pour rechercher le pilote d’un paramoteur, disparu depuis hier lundi en fin de journée du côté de Geiswasser, près de Neuf-Brisach et de la frontière franco-allemande.
Deux aéronefs composés d’une voile et d’un moteur léger survolaient les environs de la route EDF « RD 52 », entre Geiswasser et Nambsheim hier vers 17h, lorsque l’un des pilotes a perdu de vue celui qui avait décollé en même temps que lui. Il s’est immédiatement posé, et a procédé à des vérifications en vue de le retrouver. Celles-ci étant restées vaines, il a donné l’alerte vers 19h40.
D’actives recherches ont été menées, dès hier soir de part et d’autre de la frontière. Des gendarmes et des policiers ont patrouillé au sol, tandis que la zone de recherche était survolée par deux hélicoptères : l’un de la Polizei, l’autre de la gendarmerie, dont les occupants ont cherché l’aéronef et son pilote « à vue » lorsqu’il faisait jour, puis de nuit au moyen d’une caméra thermique.
Interrompues au milieu de la nuit, les recherches ont repris ce matin, en France et en Allemagne, en lien avec le Centre de coordination et de sauvetage (ou RCC, Rescue Coordination Center) de Lyon Mont-Verdun, un organisme de l’armée de l’air. L’hélicoptère de la sécurité civile a également survolé la zone, où ont été dépêchés d’autres moyens de recherche. La coopération transfrontalière se concrétise aussi par des recherches dans les cours d’eau, avec un bateau de la compagnie fluviale du Rhin doté d’un sonar. Celui-ci inspecte notamment le canal entre Vogelgrun et Fessenheim, ce qui correspond au secteur où se sont concentrées les recherches côté français.
La compagnie de gendarmerie de Colmar lance un appel à témoins : toute personne pouvant apporter un témoignage est priée de contacter la brigade territoriale de Neuf-Brisach au 03.89.72.56.87. Le disparu serait un habitant de Fribourg-en-Brisgau âgé d’une trentaine d’années. La voile de son paramoteur est multicolore
aramotoriste disparu : gros dispositif franco-allemand et appel à témoinshttp://www.dna.fr/faits-divers/2017/04/25/parapentiste-disparu-gros-dispositif-franco-allemand-et-appel-a-temoins

Spectaculaire collision frontale avenue de la Laurencie

Une collision entre deux voitures s’est produite peu après midi hier, avenue de la Laurencie, à l’angle du faubourg de Brisach, à Belfort.
Deux voitures qui circulaient dans le sens opposé se sont télescopées à la hauteur des feux tricolores.
Sous la violence du choc, l’un des véhicules, s’est retrouvé sur le toit.
Rapidement sur les lieux, les sapeurs-pompiers de Belfort-Nord et Belfort-Sud ont pris soin de désincarcérer la conductrice consciente, une Belfortaine de 22 ans de la voiture retournée. Bien que légèrement touchée, elle a été évacuée vers le centre hospitalier dans un matelas coquille. Le conducteur de la seconde voiture, un Alsacien de Aspach-le-Bas de 40 ans, n’a pas été blessé.
Les services de police ont régulé le trafic routier durant l’intervention des secours. Les dépistages pratiqués sur les deux conducteurs se sont avérés négatifs. L’enquête permettra de déterminer les circonstances exactes de cet accident.
Spectaculaire collision frontale avenue de la Laurenciehttp://www.estrepublicain.fr/edition-belfort-hericourt-montbeliard/2017/04/24/spectaculaire-accident-avenue-de-la-laurencie

lundi 24 avril 2017

Gironde : un couple de nonagénaires retrouvé mort chez lui

C’est la fille du couple qui a fait la macabre découverte, à Pessac. Une enquête a été ouverte

C’est la fille du couple qui, dimanche après-midi a fait la macabre découverte. Sans nouvelle de ses parents âgés de 92 et 94 ans depuis le 8 avril, elle s’est rendue à leur domicile rue Chantenay à Pessac.
Les deux nonagénaires gisaient sans vie près de leur lit. Des policiers ont été saisis d’une enquête pour recherche des causes de la mort.
                                                                                 

Gironde : un couple de nonagénaires retrouvé mort chez luihttp://www.sudouest.fr/2017/04/24/gironde-un-couple-de-nonagenaires-retrouve-mort-chez-lui-3392327-2780.php


Pas-de-Calais: un corps calciné découvert

Un corps calciné a été découvert ce matin sur un parking, à l'entrée du site des Carrières du Boulonais, sur la commune de Leulinghen-Bernes, dans le Pas-de-Calais, rapporte La Voix du Nord
L'identité et le genre de la personne n'ont pu être déterminés. "Le problème est que le corps ne cesse de brûler. On ne peut pas l'éteindre pour ne pas détruire des éléments qui pourraient intéresser l'enquête", a expliqué le procureur de la République de Boulogne-sur-Mer.
Selon le quotidien, les lieux de la découverte sont traités comme une scène de crime par les enquêteurs. Ces derniers envisagent toutes les hypothèses
  1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

Un motard suisse décède lors d’une épreuve

Le championnat de Supermotard suisse devait se dérouler ce dimanche. Il a été annulé. Samedi, vers 10 h 30, un drame est survenu sur le terrain du moto-cross de Villars-sous-Écot (MC Villars). Lors d’une épreuve de qualification pour la compétition, un pilote a trouvé la mort. « Il a visiblement perdu le contrôle à un passage sur une bosse. Il a effectué un bond d’au moins cinq mètres. L’accident était impressionnant. L’engin est passé au-dessus du commissaire de la course », informe un officier de gendarmerie. Le sportif, Daniel Zwicky, âgé de 36 ans, qui habite en Suisse à Reichenburg (dans le canton de Schwyz) est retombé lourdement sur le sol. A l’arrivée des secours, la victime était décédée. Suite au drame, les organisateurs ont décidé d’arrêter les épreuves.
       

dimanche 23 avril 2017

Seine-Saint-Denis : Renversée par un bus, une femme de 53 ans décède

Une cellule de soutien psychologique a été ouverte pour les proches de la femme décédée d’un accident en gare routière samedi. Dans l’après-midi, cette dernière courait après un bus qui l’a renversé, rue du Général-de-Gaulle, au terminus de la ligne Gagny - Bagnolet (Seine-Saint-Denis), rapporte Le Parisien.

Elle tentait de monter dans le bus

Cette femme, âgée de 53 ans, aurait trébuché puis serait tombée. Ses vêtements se seraient, ensuite, accrochés au véhicule et le conducteur du bus, en état de choc, n’aurait rien vu sur le coup. L’enquête a été confiée à la police des Lilas
  • Décès,
  • chute,
  • Seine-Saint-Denishttp://www.20minutes.fr/dossier/deces

  • Boulogne-sur-Mer : un pompier volontaire meurt après la chute de sa voiture dans le bassin Napoléon

    Un sapeur-pompier volontaire de 21 ans est décédé pendant son temps de repos à Boulogne-sur-mer, vers 5 h 45 ce matin.
    Selon la Voix du Nord, le jeune pompier voulait retenir sa voiture en train de tomber dans le bassin Napoléon du port de Boulogne. Le frein à main  n'aurait pas été assez serré et il serait rentré dans son véhicule pour empêcher sa chute, sans parvenir à en sortir
    Après une première intervention d'un sauveteur en eaux intérieures, la victime a été extraite de sa voiture par trois plongeurs embarqués sur la vedette des sapeurs-pompiers.

    Pris en charge par ses collègues


    Ses collègues appelés sur place ont tenté de réanimer durant 30 minutes le jeune homme en arrêt cardio-respiratoire, sans succès selon la Voix.

    Un suivi psychologique au sein de l'équipe intervenue a été mise en place, ont indiqué les pompiers du Boulonnais. Une enquête de police a été ouverte.

    1. Boulogne-sur-Merhttp://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/nord-pas-calais/pas-calais/boulogne-mer

    Un homme sème la panique à la gare du Nord

    Deux jours après l'attaque sur les Champs-Élysées au cours de laquelle un policier a été tué, nouveau mouvement de panique ce samedi à Paris. Cette fois, il a eu lieu dans la gare du Nord après qu'un homme armé d'un couteau a été signalé à une patrouille de gendarmes, rapporte BFM TV.
    Les gendarmes ont alors immédiatement interpellé l'individu. Selon une source policière, ce sont «des voyageurs» qui ont aperçu le jeune homme, un Malien âgé de 20 ans inconnu des services de police, et ont prévenu une patrouille de trois gendarmes mobiles qui sont intervenus "arme au poing" pour l’interpeller, vers 15h20.

    Mouvement de panique

    De nombreux passagers ont assisté à la scène et se sont mis à courir, abandonnant leurs bagages, en pleine gare du Nord, d’où partent notamment les Thalys vers la Belgique, les Pays-Bas et l’Allemagne et les Eurostar vers l’Angleterre.
    Les usagers se sont dirigés vers le parvis devant la gare qui a été temporairement fermée par la SNCF, avant de rouvrir vers 16 heures. L’embarquement dans les Eurostar a été brièvement suspendu. Le calme était toutefois revenu dans l’après-midi. 

    Pas "menaçant"

    Des équipes de déminage et les brigades cynophiles ont été dépêchées sur place. Un périmètre de sécurité a été mis en place autour de la gare, située dans le 10e arrondissement de la capitale. 
    Une source policière a indiqué à BFM TV que l'homme n'avait jamais été "menaçant". "Lorsque les gendarmes lui ont ordonné de s'allonger, il s'est exécuté immédiatement", a précisé cette source
    Un homme sème la panique à la gare du Nordhttp://www.estrepublicain.fr/actualite/2017/04/22/un-homme-seme-la-panique-a-la-gare-du-nord

    samedi 22 avril 2017

    Un Niçois annonce son suicide sur Twitter, une mobilisation menée par Samuel Etienne le sauve

    Ce vendredi 21 avril à 21h42, un jeune niçois annonce via son compte Twitter vouloir mettre fin à ses jours. Il annonce vouloir prendre des cachets. S'ensuit une mobilisation rapide menée par l'animateur de télévision Samuel Etienne qui est le premier à réagir et à vouloir contacter le jeune homme.
    Cher twitter. Cette fois j'ai décidé d'en finir. Je vais prendre assez de cachets pour m'endormir pour toujours. Adieu à tous.
    C'est ce message posté ce vendredi 21 avril à 21h42 sur le compte d'un Niçois, un certain Julien qui se présente comme "trentenaire, au PS de gauche, supporter de l'OGC Nice et traducteur de formation" qui déclenche une vague de solidarité et de réactivité.

    Le premier Tweeto, a réagir à cet appel de détresse est Samuel Etienne, l'animateur et journaliste de France 3 et amoureux de Nice.

    "Julien, je vois que tu me suis... On parle en message privé s'il te plait ???"
    Parmi les 22.400 abonnés au compte Twitter du journaliste, les commentaires se font de plus en plus en plus nombreux. Sous le message de Julien, ils sont aussi plus de 300 à lui répondre. Chacun y va de son message d'encouragement, de partage de l'information et au fil des minutes de félicitations pour Samuel Etienne le "parrain" malgré lui du jeune homme
     Samuel Etienne a contacté les amis de Julien qui sur place ont eux appelé les secours. Pris en charge par le SAMU 06, il a été hospitalisé à l'hôpital Pasteur de Nice. Selon notre confrère, ce samedi matin les nouvelles semblent bonnes, "mais j'attends d'en savoir plus et d'être en contact avec lui
  • Nicehttp://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/alpes-maritimes/nice
  • Un camion toupie dans le fossé, le conducteur hélitreuillé

    Ce vendredi 21 avril aux alentours de 9 heures, un poids lourd s'est renversé sur la commune de Boussan entre Aurignac et L'Isle-en-Dodon. Le véhicule accidenté est un camion toupie qui transportait seulement 10 mètres cubes de béton.

    Le conducteur transporté à Toulouse

    Le routier s'est mis seul dans le fossé, encore conscient suite au choc, son état se dégradant rapidement, les secours ont préféré le faire hélitreuiller vers un hôpital toulousain.
    Une équipe de dépollution s'est rendue sur place afin de nettoyer le carburant qui s'est écoulé
    Boussanhttp://www.ladepeche.fr/communes/boussan,31083.html

    Il suspend son enfant dans le vide pour se venger de sa compagne

    Le geste fou aurait pu tourner en véritable drame.
    Jeudi, à Toulouse, un homme âgé d'une trentaine d'années a suspendu son enfant au-dessus du vide, depuis son appartement situé au 4e étage. Il voulait se venger de sa compagne, comme le racontent nos confrères de La Dépêche.

    Sa femme avait porté plainte pour violences conjugales

    Celle-ci, frappée au cours d'une nouvelle dispute, était en effet allée porter plainte au commissariat pour violences conjugales.
    En réponse, son compagnon, furieux, a alors décidé de s'enfermer dans l'appartement avec l'enfant, puis il l'a pris dans les bras et l'a suspendu dans le vide.  

    Maîtrisé par les policiers

    Les policiers sont rapidement intervenus et ont maîtrisé l'homme avant que le pire arrive. Le suspect a été placé en garde à vue.
    suspend son enfant dans le vide pour se venger de sa compagnehttp://www.estrepublicain.fr/faits-divers/2017/04/22/il-suspend-son-enfant-dans-le-vide-pour-se-venger-de-sa-compagne

    vendredi 21 avril 2017

    Terrible accident à Gannat dans l'Allier: le bilan s’alourdit

    1. C’est sur la RD 2009 à Gannat que le terrible accident s’est produit ce jeudi 20 avril vers 14h10. Le bilan est de 3 morts. Dans la violence du choc, une fillette de 9 ans a été éjectée de la voiture et est morte sur le coup.  Deux femmes sont décédées dans la soirée au CHU de Clermont-Ferrand.


      Selon les premiers témoignages, un véhicule utilitaire  roulait à vive allure aurait percuté le véhicule des victimes, une 205 qui se trouvait devant lui. La voiture aurait alors été projetée contre un arbre avant de finir sa course contre un mur. 4 personnes se trouvaient à son bord : 2 femmes et 2 enfants.

      L’une des fillettes qui était âgée de 9 ans a perdu la vie dans la violence du choc. Sa mère et la seconde femme qui était au volant de la Peugeot 205 sont également décédées  dans la nuit au CHU de Clermont-Ferrand.  L’autre enfant a été très grièvement blessée, elle a été transportée par hélicoptère à l’hôpital de Saint-Etienne.
      Ce terrible accident a mobilisé d’importants moyens de secours : 3 équipes du Samu étaient sur place, 2 hélicoptères et plusieurs camions de pompiers.

      Les gendarmes de la brigade de Gannat sont en charge de l’enquête, ils vont devoir déterminer les circonstances exactes de l’accident et la responsabilité éventuelle du jeune conducteur de l'utilitaire, âgé de 20 ans.
      Allierhttp://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/allier

    Fusillade à Paris : un policier tué, l'Etat islamique revendique l'attentat

    U n policier a été tué, deux autres ont été blessés et l'agresseur a été abattu lors d'une fusillade sur les Champs-Elysées, à Paris, dans la soirée de ce jeudi 20 avril. Revivez notre direct...

    00 h 35 : Le procureur de la République de Paris, François Molins s'est exprimé, confirmant les circonstances de la fusillade sur les Champs-Elysées. L'identité du terroriste qui a été abattu est "connue et vérifiée", mais François Molins n'as pas souhaité donné plus de détails "car des perquisitions sont en cours, pour savoir s'il a bénéficié de complicités".
    Un prochain point presse sera organisé vendredi 21 avril dans la journée. 
    00 h 30 : Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henri Brandet annonce que le pronostic vital d'un des deux policiers blessés n'est plus engagé. Mathias Felk, le ministre de l'Intérieur est à son chevet à l'hôpital, où il a été transporté.
    00 h 15 : Le ministère allemand des Affaires étrangères avait assuré dans un tweet que l'Allemagne se tenait "de façon ferme et déterminée aux côtés de la France".  La chancelière allemande Angela Merkel a exprimé sa "compassion aux victimes et à leurs familles"
    00 h 10 : La police nationale est "endeuillée" suite au tragique décès d'un policier. 


    23 h 35 : Le groupe Etat islamique revendique la fusillade à Paris.
    Dans un communiqué publié par son organe de propagande Amaq, l'Etat islamique affirme que "L'auteur de l'attaque des Champs-Elysées dans le centre de Paris est Abu Yussef le Belge, et c'est un des combattants de l'Etat islamique".

    23 h 30 : Selon des sources proches de l'enquête, l'assaillant était visé par une enquête antiterroriste pour avoir manifesté son intention de tuer des policiers.
    23 h 20 : François Hollande prend la parole depuis l'Elysée en réaction à la fusillade sur les Champs-Elysée. "Nous sommes convaincus que la piste est d'ordre terroriste", a commenté le chef de l'Etat, précisant qu'un Conseil de Défense est convoqué demain, vendredi 21 avril, à 8 heures.
    "Ce soir mes pensées vont vers la famille du policier qui a été tué, et vers les proches des policiers blessés. Un hommage national sera rendu au fonctionnaire de police qui a été lâchement assassiné. (...) Le soutien de la nation aux forces de police est total."

    En savoir plus sur
    Terrorisme http://www.midilibre.fr/2017/04/20/paris-fusillade-sur-les-champs-elysees-un-police-tue-un-autre-blesse,1495434.php#dDGtGGDfP2XfbeLg.99

    jeudi 20 avril 2017

    Happé par une branche, un bûcheron grièvement blessé

    Lors de la chute d’un arbre, un bûcheron, âgé de 56 ans, a été happé par une branche ce jeudi matin vers 9 h 45. L’accident est survenu en forêt puis la victime a été transportée à la mairie du village où une dizaine de pompiers des centres de secours d’Ingwiller et de Strasbourg l’ont pris en charge.
    Le quinquagénaire présente une plaie béante au niveau du bas du dos et a été transporté au centre hospitalier de Hautepierre par l’hélicoptère Dragon 67.
    >Fil Infohttp://www.dna.fr/actualite/fil-info

    Un supermarché braqué au petit matin par un homme encagoulé

    Un supermarché de Cagnes-sur-Mer a été victime d’un braquage ce jeudi matin, à l’aube. Il était aux alentours de 5h40 lorsqu’un individu au visage dissimulé et portant des gants a réussi à pénétrer dans le magasin Lidl, avenue de Verdun, au pied du Haut-de-Cagnes .
    Les employés, qui préparaient l’ouverture du commerce, disent avoir été menaçés par l’intrus qui brandissait une arme à feu.
    Cette dernière était-elle véritable ou factice? L’enquête d’usage confiée à la brigade de sûreté urbaine de Cagnes-sur-Mer tentera de le déterminer.
    Le braqueur se serait ainsi fait remettre le contenu d’un coffre et/ou des fonds de caisses. La somme dérobée pourrait être de plusieurs centaines d’euros mais le montant exact n’est pas communiqué.
    Une fois son forfait commis, le malfaiteur est reparti à bord d’un véhicule qui l’attendait à proximité.
    Il n’y a eu aucun coup de feu et seule une employée aurait fait un malaise, les sapeurs-pompiers de garde étant intervenus.
    Faits-Divershttp://www.nicematin.com/sujet/faits-divers

    Un poste de chauffeur « bidon » !

    « À mon âge, 59 ans, les patrons mettent beaucoup de temps à me trouver », plaisante Hakim Limane, un habitant de Vieux-Charmont qui recherche un emploi. En mars 2015, après 39 ans d’activité chez Peugeot-Sochaux, en qualité de chauffeur, le Doubien est contraint de démissionner pour des raisons personnelles : « Je divorçais. Je voulais consacrer du temps à mon enfant, qui souffre d’une maladie génétique, aujourd’hui âgé de 10 ans ». Depuis lors, l’homme est inscrit sur le site internet de Pôle Emploi, il y a déposé son CV. En ouvrant sa boîte mail lundi, il découvre un message qui, d’emblée, lui redonne du baume au cœur. On lui propose un poste de chauffeur personnel en CDD, pendant quatre mois. Son interlocuteur est installé à New-York, cogérant d’une société française spécialisée dans les semences et protections des cultures. Handicapé, le responsable ne pourra pas se déplacer à Montbéliard où il doit effectuer une mission professionnelle. « J’ai eu votre contact sur le site www.pole-emploi.fr », indique le soi-disant patron.

    « C’est la première fois qu’on me proposait un poste qui me correspondait »

    Sur le moment, Hakim Limane, qui fut un temps écrivain public, ne doute pas de la véracité du propos : « Il y avait une ou deux fautes d’orthographe mais, dans l’ensemble, ça se tenait. J’y croyais. La société existe vraiment, j’avais pris des informations sur le web. De plus, j’étais découragé par des mois d’attente. C’est la première fois qu’on me proposait un poste qui me correspondait. J’étais ravi ».
    Le Charmontais répond rapidement à son interlocuteur qui, en retour mardi, lui adresse un contrat de travail à télécharger et remplir : « Je suis un ancien syndicaliste. Je l’ai lu. Rien ne me paraissait bizarre, à part peut-être, l’article consacré à l’absence de convention collective ». Mercredi, contrat en main, le Doubien se rend à l’agence montbéliardaise de Pôle Emploi, rue Pierre-Brossolette : « Je souhaitais des précisions sur mon allocation (N.D.L.R. : de retour à l’emploi). Après avoir examiné ce contrat de travail, le conseiller m’a dit qu’il était frauduleux et que Pôle Emploi allait déposer plainte. Je n’ai rien vu venir ».
    L’homme s’interroge sur les motivations de l’escroc. Pas besoin de chercher loin… Une telle démarche permet, d’une part, de recueillir des informations personnelles sur la victime (numéro de sécu, adresse, lieu de naissance…) et de les utiliser à des fins délictuelles. Elle permet aussi d’endormir la vigilance des gens, fragilisés par la perte d’un travail : « Ces escrocs demandent ensuite de l’argent aux chômeurs, une avance de frais par exemple. Certains tombent dans le panneau ».
    chauffeur « bidon » ! http://www.estrepublicain.fr/edition-belfort-hericourt-montbeliard/2017/04/20/un-poste-de-chauffeur-bidon                         
    Un habitant de Vieux-Charmont

    mercredi 19 avril 2017

    Gard : l’homme qui a tué sa mère lors d’un repas de famille mis en examen

    L’homme qui a tiré sur plusieurs personnes tuant sa propre mère lors d’un repas de famille dimanche en fin de journée à Saint-Ambroix, dans le Gard a été mis en examen pour «violences volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner».

    Pour rappel l’homme de trente ans avait tiré sur trois personnes dont ses deux parents dans la nuit de dimanche à lundi à Saint-Ambroix, au Nord d’Alès, dans le Gard. Sa mère est morte des suites de ses blessures.

    Le tireur présumé parle d'accident 


    Au cours de la soirée, le ton est monté entre le père de famille et un invité alors qu’ils ont une discussion à propose de la chasse. Ils en viennent aux mains. La mère tente de séparer les deux hommes. Le fils part chercher un fusil de chasse. En revenant, il fait feu touchant les trois personnes dont ses parents et tuant sa mère.

    Le tireur présumé conteste la volonté de toucher ses parents et parle d'un accident. Le dossier a été confié au pôle criminel de Nîmes.

    Gardhttp://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/gard

    Un homme retrouvé mort dans un squat à Cannes

    Le corps d'un sans domicile fixe âgé de 45 ans a été découvert ce mardi soir aux alentours de 23 heures, dans un squat situé avenue du Petit-Juas à Cannes.
    C'est un autre SDF qui a fait la macabre découverte et a alerté les secours.
    Les pompiers n'ont malheureusement rien pu faire pour réanimer la victime.
    L'enquête a été confiée à la Sûreté urbaine de Cannes. Une autopsie devrait avoir lieu dans les prochains jours pour déterminer les causes de ce décès.
    Un homme retrouvé mort dans un squat à Canneshttp://www.nicematin.com/faits-divers/un-homme-retrouve-mort-dans-un-squat-a-cannes-131095

    Besançon : camionnette fracassée contre un mur, son conducteur disparaît

    Ce mardi midi rue de la Grette, police et pompiers ont découvert une camionnette accidentée, mais abandonnée… Son conducteur a préféré filer. Les circonstances de l’accident restent énigmatiques
    Ce mardi vers midi, la rue de la Grette, derrière les 408, a été le théâtre d’un spectaculaire accident, dont les circonstances, étranges, restent à éclaircir. Une enquête de police a été ouverte à cet effet.
    « Je me suis bien fait avoir ! » Cet automobiliste, de passage par hasard, et acteur bien malgré lui de l’action, oscillait entre sourire et grimace : « Quand je suis arrivé, la camionnette venait de se retourner. Un homme m’a arrêté, il saignait de la bouche. Il m’a demandé de l’emmener chez lui pour qu’il aille chercher ses papiers. Alors je l’ai fait, je l’ai déposé en bas de Velotte. » Ce dernier en a profité pour s’évaporer dans la nature.

    Un second véhicule impliqué, selon des témoins

    L’état de la camionnette qu’il conduisait, retournée sur le flanc gauche et fracassée contre un mur, témoigne de la violence du choc. Selon des témoins, un second véhicule - peut-être un camion - pourrait être impliqué dans ce mystérieux accident. Un premier accrochage aurait même eu lieu quelques hectomètres plus tôt. L’hypothèse d’un règlement de compte en mode « Fast and Furious » n’est pas à exclure. La police espère relier le véhicule abandonné sur la chaussée à un propriétaire « identifiable », afin de mener à bien ses investigations.
    La scène, en tout cas, n’est pas sans rappeler le rodéo urbain auquel s’étaient livrées deux familles rivales des gens du voyage, début avril. À cette occasion, des coups de feu avaient été échangés, et au terme d’un travail d’enquête, les forces de l’ordre avaient fini par procéder à six interpellations

    mardi 18 avril 2017

    Attentat déjoué : des armes et des explosifs retrouvés

    Cinq jours avant le premier tour de présidentielle, deux hommes, soupçonnés de préparer un attentat imminent, ont été arrêtés à Marseille
    Deux hommes de 23 et 29 ans, soupçonnés de préparer un attentat "imminent" ont été arrêtés mardi à Marseille, à cinq jours du premier tour de l’élection présidentielle, a-t-on appris de sources proches de l’enquête. 
    Les deux hommes sont "soupçonnés d’un passage à l’acte imminent", a précisé l’une de ces sources. Ils ont été arrêtés par la DGSI dans le cadre d’une enquête en flagrance ouverte à Paris pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et infraction à la législation sur les armes en relation avec une entreprise terroriste. Le ministre de l’Intérieur doit faire une déclaration à 12H30 sur la sécurité de l’élection présidentielle
    "Connus pour leur radicalisation", les deux suspects ont déjà été incarcérés pour des faits sans caractère terroriste, a ajouté une source proche de l’enquête. "Une perquisition est en cours" à Marseille.
    Les officiers de sécurité de François Fillon ont été avertis vendredi de "risques avérés" sur le candidat, selon des sources concordantes LR.
    Le ministère de l’Intérieur "avait renforcé la sécurité à Montpellier", où le candidat tenait meeting vendredi, selon les mêmes sources, qui évoquent la présence désormais de "tireurs d’élite" et de membres du Raid lors de ses réunions publiques.                                           

    La touchante lettre d'une mère de famille au pilote du planeur qui s'est sacrifié pour épargner des enfants

    Dans une courte lettre rédigée au dos d'une feuille volante, Julie Vershoore, témoin de l'accident, a tenu à rendre hommage au pilote du planeur qui s'est écrasé sur la commune de Valdeblore au lieu-dit Soun Dal Pra mercredi dernier.
    >> RELIRE. Le pilote du planeur décédé dans un crash s'est sacrifié pour épargner des enfants
    La lettre commence ainsi: "À cet homme qui a épargné nos enfants au prix de sa vie." À Valdeblore, sur ce terrain plat situé près du lieu-dit Soun dal Pra, une jeune femme est venue déposer un mot, un hommage au pilote de ce planeur qui s’est écrasé mercredi, tuant son occupant.
    >> RELIRE. Un sexagénaire décède dans un accident de planeur
    Julie Verschoore, en vacances dans la commune, surveillait cet après-midi-là son fils qui s’amusait sur le terrain de foot avec les enfants et les animateurs du club du Chalet de Valdeblore.
    Après le crash, cette trentenaire et trois autres vacanciers ont prodigué les premiers gestes au pilote, alors inconscient. "On l’a massé durant plusieurs dizaines de minutes, en attendant l’arrivée des secours". Mais rien n'y a fait. 
    Elle aimerait "pouvoir présenter [ses] condoléances à la famille", mais n’ayant pas leur contact, elle s’est contentée de ce mot. Celle lettre "écrite après avoir déposé un cierge à l’église", faute d’avoir trouvé des fleurs c’est aussi pour "que sa famille sache qu’il est mort en héros."
    Alors elle a rédigé une lettre, sobre, griffonnée au dos d'une feuille volante qu'elle est allée déposer le lendemain près du drame pour rendre hommage au pilote:
    "A cet homme qui a épargné nos enfants au prix de sa vie, que son âme repose en paix parmi les anges car il doit être au paradis. On n'oubliera jamais ce mercredi 12 avril 2017 à 16h45... où ne voyant où se poser, a préféré se sacrifier. Nul geste ne peut être plus noble que celui-là. Merci pour nos enfants. Paix à ton âme."
    Faits-Divershttp://www.nicematin.com/sujet/faits-divers

    Montpellier : un homme blessé par arme à feu, le tireur en fuite

    U n homme âgé de 33 ans a été victime de plusieurs coups feu dans le quartier de Richter, à Montpellier. Son pronostic vital n'est pas engagé tandis que son tireur est en fuite.
    Ce lundi 17 avril vers 19 h 45, un homme âgé de 33 ans a été blessé aux cuisses par les projectiles d'un tireur. La scène s'est déroulée à Montpellier, rue Messidor, dans son appartement de la résidence Le Parc, dans le quartier Richter. La victime a été secourue par les sapeurs-pompiers du Sdis 34 qui ont eu recours à la grande échelle pour le descendre par le balcon de son appartement, situé au dernier étage de la résidence. Fort heureusement, son pronostic vital n'est pas engagé
    Une tentative de braquage ?
    Le tireur, quant à lui, est actuellement recherché par les forces de l'ordre. Le quartier des facultés de Richter est bouclé par les policiers de la Sécurité publique de l'Hérault, qui tentent de localiser le tireur. Selon nos informations, il pourrait s'agir d'une tentative de braquage de la voiture de la victime qui aurait mal tournée
    Montpellierhttp://www.midilibre.fr/herault/montpellier/

    lundi 17 avril 2017

    Dordogne : mort mystérieuse dans le village d’Aubas

    Jean-Jacques Peyramaure, 57 ans, a été retrouvé devant chez lui dans une mare de sang et avec un couteau à ses côtés, jeudi.

    Pour l’heure, le parquet de Périgueux ne privilégie aucune piste, qu’elle soit accidentelle ou criminelle. Une enquête a été ouverte jeudi par la brigade de recherches de la gendarmerie de Sarlat pour établir les causes de la mort d’un habitant d’Aubas, âgé de 57 ans
    Très connu dans le Montignacois, Jean-Jacques Peyramaure, commerçant ambulant spécialisé en restauration, habitué des marchés locaux, a été retrouvé mort allongé dans une flaque de sang sous le porche d’entrée de son domicile qui se trouve au premier étage de la mairie d’Aubas. C’est un élu et les employés municipaux qui ont découvert le corps « face contre terre » alors qu’ils sortaient de la mairie, jeudi matin à l’heure où les enfants se rendaient à l’école, voisine de quelques mètres.

    Plaie à l’arme blanche

    Comme l’a confirmé le parquet de Périgueux ce week-end, l’homme présentait une plaie à l’arme blanche sur le corps. Un couteau a également été retrouvé près de la victime. Les spécialistes de l’identification judiciaire se sont rendus sur place jeudi et les investigations se poursuivent pour comprendre les circonstances de ce décès mystérieux.

    « Très apprécié »

    La victime était locataire d’un appartement depuis dix mois dans le village. L’information a commencé à se répandre dans le secteur en fin de semaine dernière, alors que les autorités étaient restées très discrètes sur ce décès.
    Dans le Montignacois, on note que Jean-Jacques Peyramaure était « très apprécié ». Sur place samedi, ses voisins faisaient état de leur émotion. Le village compte un peu moins de 500 habitants. Tous aimeraient, bien sûr, comprendre ce qui a pu se passer. Ils ont d’ailleurs demandé au premier magistrat de tenir une réunion dès qu’il en saura plus.
    Selon l’avis de décès publié à Montignac, les obsèques de Jean-Jacques Peyramaure doivent se dérouler demain, à 10 heures à Montignac

                                                                                     

    Dordogne : mort mystérieuse dans le village d’Aubashttp://www.sudouest.fr/2017/04/17/mort-mysterieuse-dans-le-village-3372980-1713.php


    Provocations, auditions de police, violences : le film complet des incidents à Furiani

    Le moment où le football rentre dans le domaine judiciaire. Dimanche après-midi, la rencontre entre le Sporting club de Bastia et l’Olympique lyonnais n’est pas allée à son terme. Un match stoppé à la mi-temps (0-0), par les pouvoirs publics, après de nombreux incidents avant et pendant la partie. Le procureur de la République de Bastia a ouvert une enquête en flagrance pour violences publiques. La ligue de football professionnel s’est saisie du dossier et va statuer sur cette affaire dès jeudi. Selon nos informations, plusieurs joueurs de Lyon ont déjà été auditionnés par les services de police avant de prendre l’avion en direction de Lyon. Les enquêteurs vont tenter de comprendre le déroulé d’une après-midi agitée.
    Les supporters bastiais accusent Memphis Depay, les Lyonnais nient toute provocation
    A commencer par l’échauffement des joueurs des deux équipes. Soleil de plomb sur le stade Armand Cesari, les 11 000 spectateurs attendent le début d’une partie prévue à 17h. En

    tribune Est, située derrière les cages, une partie du virage qui abrite le groupe d’Ultra Bastia 1905 chambre les joueurs lyonnais à l’échauffement. Scène habituelle d’avant match. C’est à ce moment-là que les versions divergent. Selon les supporters, Memphis Depay, l’attaquant des gones, n’hésite pas à viser clairement la tribune avec le ballon lors de son entrainement. Rien de tout ça, prétexte les protégés de Bruno Genesio qui nient toute provocation.
    Les Ultras de Bastia … sifflés par Furiani
    Quoi qu’il en soit, la situation s’envenime rapidement. Un premier supporter descend s’expliquer de manière véhémente avec le joueur lyonnais. Bientôt suivi par une cinquantaine de ses camarades bien décidés à en découdre avec les hommes de Jean-Michel Aulas. Les spectateurs assistent alors à une scène surréaliste sous l’œil des caméras de la télévision : une bagarre générale éclate et les coups pleuvent entre les deux camps. Les visiteurs rejoignent finalement les vestiaires en courant sous la menace des fans bastiais. Dépassée par les événements, la sécurité du stade ne parvient pas à stopper les violences. Les ultras regagnent leur tribune sous les sifflets du stade de Furiani. Un public conscient d’avoir assisté à l’incident de trop. A 17h, coup d’envoi initial du match, aucun joueur n’est sur la pelouse. Dans les couloirs des vestiaires, le patron de l’OL, Jean- Michel Aulas le fait savoir à voix haute :
    «Nous allons jouer le match, mais au moindre incident, la partie s’arrête.»
    Certains lyonnais font constater des blessures pour ne pas débuter la rencontre
    Selon nos informations, ses joueurs n’étaient pas du même avis. Certains ont même fait constater des blessures. 50 minutes plus tard, le football reprend ses droits… Le temps d’une mi-temps soporifique. Les jambes coupées, presque tétanisés par les événements d’avant match. Les joueurs des deux équipes ont longtemps fait durer le round dit d’observation. L’arbitre siffle le moment de la pause sur un score nul et vierge. Les athlètes regagnent les vestiaires, avant de subir un nouvel incident. Anthony Lopes, le gardien lyonnais est interpellé par le directeur des services généraux du club bastiais avant de rentrer aux vestiaires. Ce dernier reproche au joueur de jeter de l’huile sur le feu en provoquant les supporters. Une bousculade éclate entre les deux hommes, qui se transforme là aussi en bagarre générale. Les pouvoirs publics décident de mettre fin à la partie. Cette fois, Jean-Michel Aulas ne revient plus sur sa parole : «Si vous voulez on peut jouer demain, mais aujourd’hui c’est fini.» 
    Le délégué principal du match, Pierre Galea abonde dans son sens : «vu les conditions sportives qui ne sont plus réunies, le Préfet du département, les arbitres et moi-même avons décidé d’arrêter la rencontre.» Après une énième attente, les joueurs lyonnais ont pu regagner l’aéroport sous une escorte policière, dans un contexte tendu. Le résumé d’une journée pas comme les autres : pas de blessé, ni d’interpellations mais un bien triste spectacle pour le sport et le football.

    Football

    Homme mort ligoté : une autre victime retrouvée

    Un homme de 58 ans avait été retrouvé ligoté, vendredi, dans son appartement de Lisieux (Calvados). Trois jeunes hommes ont été interpellés samedi soir et placés en garde à vue dans le cadre de cette affaire.
    Les trois suspects sont un majeur et deux mineurs. Ils ont été arrêtés à Lisieux, mais aussi hors du département. L'enquête se resserrerait plus particulièrement sur deux des trois personnes interpellées, dont le majeur. 

    Un septuagénaire lui aussi ligoté

    Surtout, l'enquête s'est élargie à une seconde affaire de même nature, toujours à Lisieux, mais qui toutefois ne s’est pas soldée par un décès.
    Un septuagénaire a en effet lui aussi été agressé, et retrouvé ligoté, mais vivant, dans son appartement. Cette agression s’est déroulée vendredi, quelques heures avant celle à l’issue de laquelle l’homme de 58 ans est décédé.
    Des vérifications sont en cours sur le lien éventuel entre ces deux affaires, ainsi que sur l’implication éventuelle de chacune des trois personnes interpellées.
    Concernant le mobile des agressions, il est trop tôt pour le déterminer avec exactitude. Mais des vols de carte bleue et de voiture ont été constatés chez le septuagénaire. Chez la victime décédée, l’éventualité d’un vol à son préjudice est étudiée.
    Homme mort ligoté : une autre victime retrouvéehttp://www.estrepublicain.fr/faits-divers/2017/04/16/homme-mort-ligote-une-autre-victime-retrouvee

    dimanche 16 avril 2017

    Un jeune homme tué d'une balle dans la tête dans l'Essonne

    Un jeune homme de 25 ans a été tué d'une balle en pleine tête samedi soir dans un quartier sensible de Longjumeau (Essonne), a-t-on appris dimanche de sources concordantes. C'est sa compagne qui a ouvert la porte vers 21H00 à deux individus qui ont fait irruption dans l'appartement, selon une source proche de l'enquête. "Une rixe s'est ensuivie, un coup de feu est part", a relaté cette même source. La victime est décédée sur place quelques minutes plus tard.

    Les agresseurs ont ensuite pris la fuite. Les faits se sont déroulés dans l'appartement de la compagne de la victime, dans le quartier de La Rocade, construit dans les années 1960 et connu pour être «un supermarché de la drogue» dans le département, selon une source judiciaire.

    Le jeune homme était, lui, domicilié à Massy, une commune voisine. Il était seulement «connu pour des faits de petite délinquance», notamment routière,
    "mais pas pour trafic de drogue", selon la source proche de l'enquête. La brigade criminelle de direction régionale de la police judiciaire de Versailles (BIEN Versailles) est chargée de l'enquête. Une autopsie aura lieu "probablement mardi", selon la source judiciaire.
    Un jeune homme tué d'une balle dans la tête dans l'Essonnehttp://www.laprovence.com/actu/en-direct/4409549/un-jeune-homme-tue-dune-balle-dans-la-tete-dans-lessonne.html
                                

    Vosges : tous derrière la petite Jade

    Une association pour venir en aide à Jade, une petite fille de Vincey atteinte de leucodystrophie, vient d’être créée. Parallèlement, sa maman organise diverses manifestations pour rassembler des fonds
    En juillet prochain, Jade fêtera son neuvième anniversaire. Comme tous les enfants de son âge, elle le fera dans la joie et la bonne humeur. Parce que la petite blondinette aux grands yeux bleus sourit à la vie, comme si de rien était. Même si parfois, elle souffre. Bien souvent en silence. À l’âge de trois ans, Jade a déclaré une leucodystrophie (syndrome CACH), une maladie génétique rare qui l’empêche de marcher et occasionne des tremblements.
    « Il y a des jours, ça va mieux que d’autres », tempère Sandra Simon, sa maman dont la vie tourne autour de Jade, de Chloé et de Yanis. Sandra remplit son rôle de mère dans des conditions pas toujours aisées, sans jamais se plaindre. « Ça va, ça va, répète-elle souvent. Même si parfois les formalités administratives sont lourdes. » Sandra fait face et, en même temps, se plie en quatre pour améliorer le quotidien de Jade. « Aujourd’hui par exemple, explique-t-elle, elle a besoin d’une aide humaine ou technique pour se déplacer. »

    Un véhicule adapté

    Alors, afin de pouvoir rassembler des fonds, Sandra a fondé l’association « Jade ma petite pierre précieuse ». La fillette a effectivement besoin d’un déambulateur, mais également d’un engin électrique pour se déplacer seule dans la rue ou chez elle. Sandra a bien conscience qu’elle peut compter sur des aides, mais ça ne suffit pas. D’autant qu’elle aimerait changer sa voiture usée par les ans et les kilomètres. Un véhicule qui serait adapté au handicap de Jade. « On va y arriver », précise, résolument optimiste, la jeune femme.

    Plusieurs actions

    Si la création de l’association a bien occupé ses journées, Sandra a, en parallèle mis en place d’autres actions. Le 10 juin, le Paquis à Châtel-sur-Moselle accueillera une zumba party de 20 h à 23 h. La journée « spéciale Jade » aura lieu le 18 juin à Vincey avec le concours précieux des amis de Sandra et du club sport et loisirs local. Dans les cartons aussi, une journée baptême de l’air en montgolfière à Mirecourt, en automne. Dernier souhait de Sandra : s’associer à un club qui organise un trail afin, là encore, de récupérer des subsides en fonction des inscriptions. Sandra Simon ne fait pas l’aumône, elle précise simplement : « Toutes les sommes mises bout à bout, si petites soient-elles, sont extrêmement précieuses. » Précieuse comme le mieux-être de Jade.
    « Jade ma petite pierre précieuse », siège social, 50, rue des Tisserands, 88 450 Vincey. Cagnotte leetchi : « Tous ensemble pour une voiture adaptée au handicap de Jade »

    Médecine préventivehttp://www.estrepublicain.fr/sante-et-medecine/medecine-preventive

    samedi 15 avril 2017

    Crash d’ULM en Charente : son pilote grièvement blessé

    A bord d’un engin léger motorisé de sa propre fabrication, un quinquagénaire s’est écrasé dans un champ de la commune de Genac. Il a été transporté dans un état grave vers Bordeaux. 

    Ce samedi, un ULM s’est crashé peu après 11h30 en Charente, sur la commune de Genac, à proximité de Rouillac, au Nord-Ouest d’Angoulême
    L’appareil qui avait décollé d’une piste privée voisine a brutalement atterri dans un champ. A son bord, un homme d’une cinquantaine d’années, retrouvé dans un état grave. A la mi-journée, la victime attendait son transfert en hélicoptère vers le CHU de Bordeaux. 

    Il essayait un appareil de sa fabrication

    Ce sont des voisins qui ont alerté les secours, soit une dizaine de pompiers ainsi que la gendarmerie. 
    Selon les premiers éléments recueillis par les forces de l’ordre, il essayait son appareil, issu de sa propre fabrication. Les gendarmes excluaient l’impact des conditions météo difficiles car le temps était clément ce samedi matin. 
                                                                  Angoulêmehttp://www.sudouest.fr/charente/angouleme/

    Une fillette de 2 ans chute du troisième étage

    Une petite fille âgée de 2 ans est tombée du troisième étage d'un immeuble situé rue des Roseaux à Illkirch-Graffenstaden ce vendredi vers 16h30.

    L'enfant, qui aurait échappé à la vigilance de ses parents, serait montée sur un canapé qui se trouvait sous une fenêtre ouverte, avant de basculer dans le vide.
    Elle a été évacuée, consciente, vers les urgences pédiatriques du CHU de Strasbourg-Hautepierre par les sapeurs-pompiers
    Fil Infohttp://www.dna.fr/actualite/fil-info

    Un corps calciné retrouvé sur la rocade d'Amiens

    Les pompiers sont intervenus hier soir vers 21h30 sur la rocade d'Amiens pour porter secours à une personne victime d'un accident de la route sur la rocade d'Amiens. Une fois sur place, ils ont retrouvé un corps carbonisé
    C'est suite à un accident de voiture sur la rocade d'Amiens, à hauteur de Rivery, que les pompiers ont dû désincarcérer, hier soir, le corps d'un homme entièrement brûlé.

    La voiture a été entièrement détruite par le feu. La victime n'a pas encore été identifiée. Une enquête est en cours afin de déterminer les causes de cet accident.

    1. Amienshttp://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/picardie/somme/amiens

    Montpellier : elle fonce sur son concubin et percute deux retraités

    L a jeune femme a refusé de se soumettre à un test de dépistage d'alcoolémie. Elle a été déférée au parquet.
    Après s'être disputée avec son compagnon, mardi 11 avril vers 21 h 40 à l'angle de la rue Ferran et de l'avenue de la Justice-de-Castelnau, et alors qu'elle était au volant, une femme a décidé de foncer sur celui-ci. Mais c'est un couple de retraités qui a été heurté par l'auto. Par chance, ceux-ci n'ont été que très légèrement blessés. Interpellée, la jeune femme a refusé de se soumettre à un dépistage d'alcoolémie bien qu'ayant indiqué avoir bu
    Faits divershttp://www.midilibre.fr/faits-divers/

    vendredi 14 avril 2017

    Voiture contre un arbre, un blessé grave

    Dans la nuit de jeudi à vendredi s’est produit un violent accident de la route sur la RD21 entre Magstatt-le-Bas et Stetten.
    Peu avant 1h du matin, un homme de 27 ans, seul dans son véhicule, a percuté un arbre avec sa voiture. La forte cinétique du choc avec l’arbre a provoqué un vol plané de la voiture sur une dizaine de mètres.
    Le bloc moteur s’est alors détaché du reste du véhicule.
    A l’arrivée sur place des secours de Stetten et Magstatt-le-Bas, l’homme était coincé dans la taule de son véhicule.
    Il a été désincarcéré par les pompiers de Saint-Louis, avant d’être transporté dans un état grave au Centre hospitalier de Mulhouse.
    Faits divershttp://www.dna.fr/faits-divers

    Collision moto contre voiture

    Frahier-et-chatebier
    Un accident de la circulation a fait un blessé grave en la personne d’une motarde de 46 ans. Cette dernière, qui circulait vers 18 h sur la RN 19 à hauteur du carrefour, près de la boucherie, n’a pu éviter une voiture. Sous la violence du choc, la victime a été sérieusement blessée au visage. Elle souffrait d’un traumatisme facial et a eu le poignet gauche fracturé. Prise en charge par les sapeurs-pompiers de Champagney puis par le SMUR Belfort, elle a été acheminée par hélicoptère sur le CHU de Besançon
    Accidenthttp://www.estrepublicain.fr/faits-divers/accident

    jeudi 13 avril 2017

    Une jeune femme en urgence absolue après un incendie dans une résidence étudiante

    Un incendie s'est déclaré dans une résidence étudiante à Nice dans la nuit de mercredi à jeudi. 140 étudiants ont été évacués.
    L'incendie s'est déclaré aux alentours de 3 heures du matin dans une résidence étudiante située au 37 avenue de la Bornala à Nice. 
    Une jeune femme de 20 ans a été transportée en urgence absolue à l'hôpital Pasteur II. Sa chambre, située au 3e étage, a été totalement détruite par les flammes et la porte de l'appartement d'à côté a été légèrement brûlée.
    Huit autres personnes ont été légèrement incommodées par les fumées ainsi qu'un bébé de 18 mois, transporté à l'hôpital Lenval. 
    En tout, 140 étudiants ont été évacués.
    Afin de vérifier qu'aucun étudiant n'était resté dans sa chambre, les pompiers ont dû fracturer plusieurs portes. Sept personnes ont donc été relogées à l'intérieur du bâtiment.
    En tout, 63 pompiers ont été mobilisés sur cette opération et ont déployé trois lances. Le feu a été maîtrisé aux alentours de 4 heures du matin.
    On ne connaît pas, pour l'instant, l'origine du sinistre.
    Faits-Divershttp://www.nicematin.com/sujet/faits-divers

    Explosion à Dortmund: Attente, coups de fil... Comment les joueurs de Monaco ont vécu cette situation

    Finalement, on a pu leur demander. Eux qui étaient enfermés dans leur cocon au moment où le bus de Dortmund a fait l’objet d’une attaque aux explosifs dans la soirée de mardi n’avaient pas encore eu l’occasion d’exprimer leur ressenti sur les péripéties de la veille. Ce n’est pourtant pas l’envie qui leur manquait.

    Mbappé a pris des nouvelles de Dembélé mardi soir

    Car oui, les joueurs de Monaco ont défilé en zone mixte le visage décrispé par la victoire, mais ils n’en oubliaient pas pour autant leurs homologues du Borussia, évidemment encore affectés au moment où le coup d’envoi du quart de finale aller était donné mercredi à 18 h 45. Une phrase de Kylian Mbappé après la rencontre traduit d’ailleurs très bien cet état d’esprit.
    Dans la foulée, le jeune international français a avoué avoir pris des nouvelles de son pote Dembélé mardi soir. « J’ai appelé Ousmane, il m’a expliqué un peu la situation, je lui ai dit que j’étais avec lui, avec toute son équipe, que sur ce plan-là il n’y avait pas de clan, qu’on était des hommes. »
    Pour Leonardo Jardim, la situation était difficile à gérer. L’entraîneur portugais avait peur que ses troupes se déconcentrent trop et finissent par se démobiliser malgré eux. « Préparer ce match a été difficile. Hier soir nos joueurs ont appelé les amis, la famille, le niveau de concentration a baissé », a concédé l’entraîneur portugais. Mbappé, qui « ne souhaite à personne de vivre ça », n’a d’ailleurs pas de mal à avouer sa déconcentration le soir de l’attaque.
    « On subissait. On avait des informations qui tombaient toutes les demi-heures, franchement c’était compliqué. On était vraiment dans l’attente. Nous, on nous a donné l’information de l’explosion, Bartra touché et puis plus d’info sur Bartra. On craignait le pire, on ne savait pas où il était touché ni ce qu’il avait… »

    « On n’a pas subi les images »

    Mais tous n’ont pas vécu la soirée de manière aussi intense que l’attaquant monégasque. Nabil Dirar, lui, dit avoir réussi à garder ses distances avec l’événement. « L’équipe de Dortmund était sûrement plus touchée que nous, je les soutiens. Nous, on était concentrés, on ne voulait pas perdre notre concentration. Hier, on n’a pas vu vraiment ce qu’il s’est passé, on n’a pas subi les images. Donc même si on a reçu des appels de la famille pour les rassurer, on a peut-être été moins exposés et c’est aussi pour ça qu’on a mieux réussi à gérer ça », analyse le joueur.
    Du côté de Dortmund, la situation a forcément été moins bien vécue. En conférence de presse d’après-match, Thomas Tuchel a fait part de sa colère envers l’UEFA. « Après l’attaque, nous aurions aimé avoir plus de temps pour digérer tout cela. Et on ne nous a pas laissé de temps

                        
    • Explosionhttp://www.20minutes.fr/monde/explosion/

    Le corps de Narumi recherché en vain dans le bois de Parcey

    De nouvelles recherches pour retrouver le corps de la jeune étudiante japonaise disparue à Besançon en décembre ont débuté lundi dans le secteur de Parcey, au sud de Dole. Hier, elles étaient demeurées vaines.
    « C’est la battue la plus conséquente depuis le début des recherches, qui remontent à janvier », précise Edwige Roux-Morizot, la procureure de Besançon. Si le corps reste introuvable, les enquêteurs restent persuadés que Narumi Kurosaki, 21 ans, est décédée. La police judiciaire de Besançon, appuyée par les maîtres-chiens de la gendarmerie et les plongeurs de Strasbourg, a donc, une nouvelle fois, tenté de retrouver la dépouille de la jeune étudiante disparue depuis le 5 décembre dernier.
    Le bois de Parcey, près de Dole, est parcouru de long en large depuis lundi. Un hélicoptère renforce les 80 policiers au sol qui procèdent aux recherches avec méthode. Les forces de l’ordre n’ont encore rien trouvé à l’heure qu’il est, selon le parquet.

    Une large zone de recherche

    « Nous cherchons secteur par secteur, dans les bois, les rivières (la Loue, le Doubs), pour ne rien oublier », a déclaré de son côté une source policière, précisant que ces investigations « très précises » sur le terrain se poursuivraient « toute la semaine ». « Nous avons recoupé plusieurs données à la fois (données GSM, données téléphoniques du suspect) afin de sélectionner une zone de recherche », a-t-elle ajouté. Il est désormais urgent et essentiel pour les autorités de démontrer une nouvelle fois le bien-fondé de leurs suspicions à l’encontre de Nicolas Zepeda Contreras. L’enjeu final, pour la justice bisontine, est d’obtenir l’extradition de cet assistant professeur chilien de 26 ans, ex-petit ami de Narumi, parti se réfugier dans son pays le 7 décembre 2016. Le suspect, convoqué en février à Santiago (Chili) par le juge Jorge Dahm, reconnaissait avoir passé la nuit du 4 au 5 décembre avec Narumi et avoir perdu sa trace par la suite. Le juge Dahm s’étonnait, à l’époque, de la « légèreté » du dossier d’enquête français. L’absence de corps ne permettait pas d’arrêter le jeune homme, selon le magistrat de la cour suprême chilienne. Depuis, le parquet de Besançon a complété et traduit la demande d’extradition en espagnol, puis l’a envoyée récemment. Lorsque la justice chilienne aura examiné la pile de documents mise à sa disposition, il faudra encore attendre quelques semaines pour que l’extradition du suspect se concrétise, si elle est acceptée. La justice bisontine, de son côté, met les bouchées doubles pour retrouver le corps de Narumi.
    corps de Narumi recherché en vainhttp://www.estrepublicain.fr/edition-de-besancon/2017/04/12/le-corps-de-narumi-recherche-en-vain-dans-le-bois-de-parcey

    mercredi 12 avril 2017

    Un jeune enfant perdu sur un parking de Rouen secouru par la police

    Mineur en danger

    C'est un groupe de jeunes qui a été intrigué de voir un très jeune enfant marcher tout seul au pied d'un immeuble hier après-midi (mardi 11 avril 2017) vers 17h15. Ne voyant aucun adulte dans les parages, les ados ont alors pris en charge l'enfant et appelé à l'aide.

    Un équipage de Police-Secours est rapidement arrivé sur les lieux et a constaté que
    l'enfant, très jeune, mais surtout très sale et apparemment affamé, n'était en mesure de donner ni son nom ni d'indiquer où il habitait.

    Aucun parent ne se présentant pour le récupérer, l'enfant  (considéré comme étant "un mineur en danger") a été
    emmené à l'hôtel de police où les policiers ont lavé le petit et lui ont donné à manger une banane et une compote de pommes.

    C'est un peu plus tard, en début de soirée, que la mère s'est présentée à l'accueil de l'hôtel de police pour reprendre son enfant.

    Ce matin, on ignorait encore pourquoi cet enfant était seul (et dans cet état) sur la voie publique.
    La mère doit être prochainement entendue par les policiers.

    1. Rouenhttp://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/seine-maritime/metropole-rouen-normandie/rouen

    Lyon: un fourgon de transport d'or attaqué

    Un fourgon banalisé transportant de l'or a été attaqué par des malfaiteurs ce matin près de Lyon, quatre mois après une agression similaire survenue dans le même secteur, a-t-on appris de sources proches de l'enquête.
    Selon le site internet Lyonmag qui a révélé l'information, le véhicule a été pris en tenaille et intercepté plusieurs malfaiteurs armés à la sortie de l'autoroute A89 au nord de Lyon.
    Après avoir fait main basse sur le chargement, qui contenait également des bijoux selon le quotidien Le Progrès, ils ont incendié des véhicules utilisés pour l'attaque, ainsi que le fourgon, avant de prendre la fuite.
    Le montant du butin est inconnu à ce stade. La police judiciaire de Lyon est chargée de l'enquête.
    En décembre, à quelques kilomètres de distance un fourgon banalisé de la société de transport de fonds Loomis avait été attaqué. Une dizaine de malfaiteurs avaient dérobé 70 kilos d'or sous la forme de granules. Le butin avait été estimé à 2,5 millions d'euros. Les agresseurs avaient utilisé six voitures
    1.                                                   
    2. Flash Actu http://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

    Un mois après la découverte d’un triple infanticide à Doubs, près de Pontarlier, les enquêteurs ont passé le terrain de la maison où s’est noué le drame au peigne fin, ce mardi matin. Munis d’un radar de sol.
    « Y’avait des enquêteurs partout ! »
    Cet habitant de la rue Calisto décrit une scène digne d’une série policière. Ce mardi, aux alentours de 9 h, des enquêteurs ont passé au peigne fin le terrain de la maison où s’est noué le drame du triple infanticide de Doubs, village aux portes de Pontarlier. Quasiment un mois jour pour jour après la découverte par la police de trois corps de nouveau-nés dans le garage de l’habitation (L’Est Républicain du 14 mars 2017). Un dispositif d’envergure déployé dans le but de rechercher d’autres éventuelles victimes. Sur commission rogatoire, des agents de la police judiciaire, des gendarmes de la brigade cynophile et de l’institut de recherche criminelle de Pontoise, ont mené durant plusieurs heures des investigations dans le jardin du pavillon.

    « C’était impressionnant »

    Au total, quatre véhicules et une dizaine d’enquêteurs, accompagnés d’un chien renifleur et munis d’un radar de sol capable de sonder le terrain de la maison. « Ils ont fait des allers-retours dans le jardin. Ils ont vérifié les moindres recoins, même sous les haies de thuyas. C’était impressionnant, des curieux ont assisté aux recherches », raconte un témoin de la scène.
    Les enquêteurs ont mené leurs investigations jusqu’à 11 h, en présence du compagnon de la jeune femme incarcérée à la maison d’arrêt de Mulhouse. C’est ce père de famille de 36 ans qui avait découvert les sacs contenants les corps sans vie des nouveau-nés dans le grenier de la maison.
    La mère de famille, âgée de 30 ans, a depuis reconnu avoir tué trois bébés à qui elle venait de donner naissance, en les étouffant avec des serviettes. Elle avait ensuite placé les petits corps dans des sacs entreposés dans les combles de la maison. Mise en examen pour homicides volontaires sur mineurs de moins de 15 ans, elle a été placée en détention provisoire au terme de sa comparution devant le juge des libertés et de la détention. Pour sa part, le parquet n’a pas souhaité communiquer sur les investigations menées ce mardi matin à Doubs.

    Triple infanticide : à la recherche
    http://www.estrepublicain.fr/edition-haut-doubs/2017/04/11/triple-infanticide-a-la-recherche-d-autres-corps

    Dortmund plongé dans l’effroi

    Trois explosions qui ont touché le bus des joueurs de Dortmund ont blessé ce mardi soir un joueur, Marc Bartra, et entraîné le report du quart de finale de Ligue des champions contre Monaco à ce mercredi. La police n’était pas en mesure dans l’immédiat de préciser l’origine des explosions mais, selon des sources proches des services de sécurité, les autorités du pays n’ont pas à ce stade d’indications sur un acte « terroriste ». La police ne parle pas non plus à ce stade d’attentat, mais d’une « attaque grave à l’explosif ».
    « Toute l’équipe est en état de choc. Ce sont des images que l’on ne peut pas s’enlever de la tête », a déclaré le directeur exécutif du club allemand, Hans Joachim Watzke. « Le bus de l’équipe a été victime d’une attaque à l’explosif », a-t-il dit. La police locale a précisé dans un communiqué que les explosifs « pourraient avoir été dissimulés dans une haie » et ont détonné au passage du véhicule.
    À environ deux heures du coup d’envoi, prévu à 20h45, le bus de l’équipe a été touché par trois explosions au moment de quitter son hôtel dans cette ville de l’ouest de l’Allemagne, à une dizaine de kilomètres du stade, a expliqué un porte-parole de la police locale, Gunnar Wortmann. Des vitres ont volé en éclat, blessant le défenseur international espagnol Marc Bartra, âgé de 26 ans. Le joueur a été transporté à l’hôpital avec une blessure à une main. Il a été soigné sur place par un urgentiste, a raconté Hans Joachim Watzke.

    « Tous baissés dans le bus »

    « Après l’explosion, nous nous sommes tous baissés dans le bus, ceux qui pouvaient se sont couchés par terre », a raconté le gardien de but suisse de Dortmund, Roman Bürki. Le joueur estime que la décision de reporter le match était la meilleure. Après un tel choc, « plus personne ne pensait à jouer au football », a-t-il dit.
    La police a précisé sur Twitter qu’elle effectuait dans la soirée des recherches à l’aide notamment d’un drone pour vérifier qu’aucun autre engin n’était présent et pour rassembler des indices. Les doubles vitrages du bus ont été très endommagés, le véhicule noir à écusson jaune a été visiblement brûlé sur le côté droit et à l’arrière, à hauteur des joueurs.
    Informé des événements par les réseaux sociaux, le stade, notamment sa fameuse immense tribune sud, le « mur jaune », a attendu fébrilement l’annonce de la suite des événements. À 20h30, l’annonce du report a été faite au micro du stade. « La décision a été prise lors d’une réunion au stade entre des représentants de l’UEFA, des deux clubs et des autorités locales », a écrit l’instance européenne dans un communiqué. Le speaker a demandé au public présent de rester encore « environ une demi-heure » avant de sortir après avoir assuré qu’il n’y avait « aucune raison de paniquer », dans le contexte actuel de crainte d’attentats. « Il n’y a pas de danger à l’intérieur et à proximité du stade », a-t-il ajouté. L’enceinte s’est vidée, puis les joueurs de Monaco sont venus disputer un petit entraînement sur la pelouse.
    « J’espère que l’équipe sera, dans une certaine mesure, en état de se présenter pour un match de compétition », a souhaité Watzke. « Les joueurs vont réussir à dépasser cela et à jouer », a promis le président du Borussia, Reinhard Rauball.
            Dortmund plongé dans l’effroi
    http://www.estrepublicain.fr/sport/2017/04/12/dortmund-plonge-dans-l-effroi

    mardi 11 avril 2017

    Pays basque : plus d’1 million d’euros découverts dans une voiture

    Les douaniers d’Hendaye ont saisi 1 033 225 euros, près du village Urrugne, fin mars

    Dimanche 26 mars, les douaniers d’Hendaye contrôlent près d’Urrugne, dans le Pays basque, un véhicule en provenance d’Espagne, immatriculé en Pologne, avec deux personnes à bord
    Poursuivant leurs investigations, les agents des douanes découvrent, dissimulés derrière les sièges avant, plusieurs sacs renfermant des liasses de billets de 500, 200, 100 et 50 euros pour un total de 368 175 euros.
    Associé au contrôle, le chien détecteur de billets Irish (« cash dog »), réagit positivement au niveau du coffre arrière droit du véhicule.
    Le démontage de la structure permet alors de découvrir de nouvelles liasses de billets dans un caisson dissimulé derrière le pare-choc arrière, pour un montant de 665 050 euros.
    Au total, 1 033 225 euros sont saisis au titre du manquement à l’obligation déclarative 1 et du blanchiment douanier.
    Sur instruction du Parquet de Bayonne, les suites judiciaires ont été confiées au Service national de douane judiciaire (SNDJ).
    http://www.sudouest.fr/2017/04/11/pays-basque-plus-d-1million-d-euros-decouverts-dans-un-vehicule-de-tourisme-3357274-4441.php

    La voyagiste conservait les coordonnées bancaires des clients pour effectuer des prélèvements à leur insu

    L’enquête de la brigade financière de la Sûreté départementale est loin d’être terminée mais le préjudice atteint déjà plus de 300.000 euros.
    Une Niçoise, gérante d’une agence de voyages, est soupçonnée d’une impressionnante série de malversations.
    M. S., 44 ans, est accusée d’avoir conservé les coordonnées bancaires de clients pour ensuite effectué des prélèvements à leur insu.
    Elle aurait également édité de fausses factures, fait payer des billets jamais édités et poursuivi son activité d’agent de voyages sans agrément.
    La police dénombre à ce jour quatorze victimes.
    http://www.nicematin.com/sujet/justice


  • Justice


  •            

    Une cavalière et son cheval englués dans le lac

    Le lac de Fontorbe à Alzonne revit avec les beaux jours, permettant à un grand nombre de personnes de pratiquer leurs sports favoris. C'était le cas de deux jeunes cavalières qui ont leur cheval en pension aux Écuries de Conques, à quelques kilomètres du plan d'eau. La journée chaude, l'eau toute proche, cheval et cavalière se sont engagés dans une petite descente donnant accès à une sorte de plage, pour permettre à la monture de se désaltérer. Une mauvaise idée car les pluies importantes de ces dernières semaines ont détrempé en profondeur un sol qui paraît pourtant sec sur la surface.

    Une grue pour dégager l'animal

    Quelques mouvements de panique et le cheval s'est retrouvé englué dans une vase collante jusqu'à mi-hauteur du ventre. Loryne, la jeune cavalière, a tout essayé pour dégager l'animal, mais elle s'est retrouvée piégée à son tour dans la boue. Rapidement prévenus, les pompiers d'Alzonne et de Carcassonne, ainsi que la gendarmerie se sont rendus sur les lieux et ont dégagé la jeune fille, non sans difficulté. Loryne a fait preuve d'un grand sang-froid, restant aux côtés de son cheval «Octopussy» qui, rassuré par la présence de sa jeune maîtresse, attendait les décisions des sauveteurs. De toutes les solutions, la grue flèche pour poids lourds paraissait être la meilleure solution afin de ne pas blesser l'animal. Pendant que les pompiers dégageaient le bas-ventre du cheval, celui-ci se propulsa d'un bond hors du piège de boue et se retrouva en train de nager au milieu du lac ! Bien inspirés, les sauveteurs étaient allés quérir un canoë pour guider «Octopussy» jusqu'à l'autre rive. Une histoire qui finit bien

    En savoir plus sur http://www.ladepeche.fr/article/2017/04/11/2554327-une-cavaliere-et-son-cheval-englues-dans-le-lac.html#5Q3dEdt0phijag8u.99
    http://www.ladepeche.fr/communes/alzonne,11009.html


    lundi 10 avril 2017

    Un véhicule sort de la route et fait une chute de 15 mètres de hauteur à Valmeinier en Savoie

    Un accident de la route s’est produit ce lundi en début de matinée, peu après 6 heures sur la route départementale 902, au  niveau de Valmeinier, en Savoie. Un véhicule et ses deux occupants qui circulaient sur la route départementale sont sortis de route et ont fait une chute de 15 mètres de hauteur dans un ravin en contrebas.

    Les deux occupants du véhicule ont été blessés et ont dû être évacués, l’un par ambulance et l’autre par hélicoptère

    1.             
    2. Savoie
    3. http://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/savoie

    Piéton écrasé à Saint-Vincent-de-Paul (40) : l’identité de la victime se précise

    Le jeune homme qui a perdu la vie dimanche à l’aube, écrasé par deux voitures sur la RD27 dans des circonstances qui restent à élucider, serait Gino Labadie, un basketteur qui évoluait au sein du club de l’Union jeunesse sportive Buglose Pontonx

    Beaucoup de questions restent encore en suspens, vingt-quatre heures après l’accident de la circulation qui a coûté la vie à un jeune homme, dimanche peu après 7 heures du matin, sur la RD 27 dite route de Buglose, sur la commune de Saint-Vincent-de-Paul. Que faisait le jeune homme à cette heure matinale, à cet endroit, apparemment allongé sur la chaussée ? Dans quel état était-il à ce moment là ? Que s’était-il passé dans les heures qui ont précédé le drame?
    L’identité de la victime se précise ce matin. Il s’agirait de Gino Labadie, un jeune d’une vingtaine d’années originaire de Seyresse, qui évoluait au sein de l’équipe 2 de basket de l’Union Jeunesse Sportive Buglose Pontonx. Un club qui compte 220 licenciés, 16 équipes dont 3 seniors garçons. Le parquet de Dax confirme que cette piste est la plus probable mais attend des analyses ADN complémentaires pour en être certain à 100 %.
    Sur le plan de l’enquête, les gendarmes doivent interroger dans les heures qui viennent les copains et coéquipiers de la victime, qui n’ont pas pu être entendus dimanche, afin d’en savoir un peu plus sur son emploi du temps. Apparemment, Gino Labadie aurait pris part à une soirée, quelques heures avant de se retrouver sur cette route. Des analyses de sang sont aussi en cours.
                                                                  Mont-De-Marsan                                         
       http://www.sudouest.fr/landes/mont-de-marsan/            

    Collision entre un poids lourd et une voiture sur l'A35

    Un accident matériel impliquant un poids lourd et une voiture est survenu vers 10h25 sur l'A35, dans le sens Strasbourg-Colmar, à hauteur de l'Elsau, a-t-on appris dans un communiqué de la Direction interdépartementale des routes de l'Est (Direst).
    Deux voies sur trois ont été temporairement fermées à la circulation qui s'est effectuée uniquement sur la voie rapide. 
    Un ralentissement  a été observé sur plus de quatre kilomètres avant la réouverture de l'ensemble des voies de circulation vers 10h40.
    Strasbourg Collision entre un poids lourd et une voiture sur l'A35                                            
    http://www.dna.fr/actualite/2017/04/10/collision-entre-un-poids-lourd-et-une-voiture

    Besançon : un homme se défenestre rue de la Rotonde

    L’acte du malheureux, qui a sauté de son domicile, a suscité un émoi bien compréhensible, ce dimanche matin rue de la Rotonde à Besançon.
    Malgré l’intervention des pompiers, la victime n’a pu être réanimée. Tout indique l’acte desespéré. Cet homme de 55 ans avait d’ailleurs laissé un mot à son domicile, expliquant son geste. En toute logique, l’enquête de police devrait vite conclure à un suicide.
    Besançon : un homme se défenestre rue de la Rotonde
    http://www.estrepublicain.fr/edition-de-besancon/2017/04/09/besancon-un-homme-se-defenestre-rue-de-la-rotonde