dimanche 29 juillet 2018

Un gendarme meurt en poursuivant un automobiliste

Un gendarme de 33 ans est mort dans un accident de moto samedi lors d'un contrôle routier.
 L'agent avait pris en course un automobiliste en fuite à Saint-Martin-aux-Chartrains 
sur la route de Deauville. D'après 20 minutes, il aurait perdu le contrôle de son deux-roues
 dans un virage. Le sous-officier de gendarmerie de Pont L'Evêque était père d'un enfant
Une enquête a été confiée à la brigade de Blangy-le-Château.
aits divers - Justice https://www.laprovence.com/faits-divers-justice

mardi 24 juillet 2018

Essonne: Un policier oublie son arme de service dans la cabine d'essayage d'un magasin Décathlon

Une erreur d’inattention aux conséquences fâcheuses. Samedi, vers 17 heures, un policier de la Direction de l’ordre public et de la circulation (DOPC) a oublié son sac dans une cabine d’essayage du magasin Décathlon de Brétigny-sur-Orge, dans l’ Essonne, rapporte Le Parisien. L’affaire aurait pu en rester là si la sacoche ne contenait pas son arme de service, son chargeur ainsi que des papiers d’identité.

C’est une fois à l’extérieur du magasin que l’agent, qui était alors hors-service, s’est rendu compte de l’oubli. A son retour, les vigiles ont procédé à la fouille des clients sur place, sans succès. Une source interne à la préfecture a indiqué que le policier aurait à s’expliquer sous peu. En parallèle, une enquête a été ouverte pour le vol de l’arme.

Un nouvel incident donc se serait bien passé la DOPC, déjà empêtré dans l'affaire Benalla. Trois membres haut placés de cette direction sont mis en examen dans ce dossier.

vendredi 20 juillet 2018

Une marche blanche pour Béa, percutée par un chauffard

Les fleurs et les messages poignants sont encore présents à l’angle des rues. Le 22 juin dernier, au petit matin, au carrefour de l’avenue du Maréchal-Juin et de la rue Blandan, face au bar « Le Placieux », celle qui allait obtenir son diplôme d’aide-soignante à la fin du stage, qu’elle effectuait au CHU de Nancy-Brabois, a été percutée de plein fouet par un chauffard âgé de 26 ans.
En arrêt cardio-respiratoire à l’arrivée des secours, Béatrice Carpentier, 47 ans, perdait la vie. Les analyses révéleront par la suite que le conducteur – hospitalisé ensuite en psychiatrie - avait un taux d’alcoolémie de 1,21 g/l et que le dépistage initial aux stupéfiants était positif. De plus, même si l’enquête pour « homicide involontaire aggravé » est toujours en cours, il semblerait que celui-ci ait grillé le feu rouge.
Ce jeudi, une marche blanche a été organisée pour « rendre un dernier hommage à Béa ». Rendez-vous était donné devant l’église Sainte-Thérèse, à Villers-lès-Nancy. « On a lancé un appel sur les réseaux sociaux, on a fait circuler l’information. Nous organisons cette marche blanche évidemment en mémoire de Béa, mais aussi pour sensibiliser les gens sur le fait que l’alcool et la drogue au volant peuvent tuer quelqu’un en une fraction de seconde. Béa était agent des services hospitaliers. Elle était à l’école d’aide-soignante et allait être diplômée après son dernier stage qu’elle achevait », explique Jessy Gross, une de ses collègues.
A 18 h 30, les cloches de l’église sonnaient dans un silence poignant. Un sexagénaire au visage buriné faisait vrombir le moteur de son 4x4, musique hurlante et mettait plein gaz tout en sirotant une bière au volant… Le contraste se passait de commentaires.
Trente minutes plus tard, le cortège prenait alors la direction du boulevard d’Haussonville avant d’emprunter la rue Félix-Faure, où résidait Béatrice, et de se rendre au carrefour où le drame s’est produit. L’heure était au recueillement, des larmes perlaient sur les joues, des fleurs venaient garnir encore un peu plus le luminaire de la rue du Placieux recouvert de messages… Dans un silence toujours aussi assourdissant, la marche prenait fin dans le parc Sainte-Marie, là où Béatrice venait régulièrement se promener avec sa fille Maëlyne. L’émotion était toujours aussi forte. Plus que jamais.


dimanche 8 juillet 2018

Paris: Une personne meurt happée par une rame de métro sur la ligne 8

Dramatique accident dans le métro parisien. Une personne est morte, ce dimanche matin, happée par une rame de métro de la ligne 8, vers 10h30 au niveau de la station Faidherbe-Chaligny, dans le 12e arrondissement de Paris, rapporte Le Parisien.

Le trafic de la ligne 8 a été interrompu le temps de l’intervention des secours​.
L’hypothèse d’un suicide est privilégiée par les enquêteurs.



Mots-clés :

samedi 30 juin 2018

A36 : une tôle se détache d'un camion et tue un père de famille sur la voie opposée

Un camion circulait sur l'A36 dans le sens Montbéliard-Belfort quand, à environ 1 km de la sortie n°10 Grand-Charmont, les sangles qui retenaient son chargement de tôles auraient, d'après les premiers éléments de l'enquête, lâché. L'une des tôles est tombée de la plateforme et s'est envolée de l'autre côté du terre-plein central. Elle est allée s'encastrer dans le pare-brise d'un véhicule arrivant dans le sens Belfort-Montbéliard. Le conducteur de la voiture, un homme de 35 ans, a été tué sur le coup.

A bord du véhicule, immatriculé en France -on n'en sait pas plus pour l'instant- sa femme, âgée de 31 ans, leur petit garçon de 3 ans et leur fille, un bébé de 2 semaines : tous en état de choc, ils sont en train d'être transportés au Centre hospitalier Nord Franche-Comté, à Trévenans, où les pompiers ont mis en place une cellule d'urgence médicopsychologique pour la famille.
Le camion aurait, quant à lui, continué sa route sans s'arrêter. Une enquête est en cours. Peu de temps après l'accident, le propriétaire du camion aurait néanmoins contacté les autorités.
Une famille allemande qui suivait le véhicule a été témoin de l'accident. Elle s'est aussitôt arrêtée. Les occupants sont entendus pour affiner les circonstances du drame.
La circulation sur l'A36 dans le sens Belfort-Montbéliard, est encore fortement perturbée avec un bouchon de 4 km. Les secours sont encore sur place : pompiers de Montbéliard et la Brigade motorisée de Villars-sous-Ecot, chargée de l'enquête.
Un accident annoncé comme mortel, par Bison futé a eu lieu ce vendredi matin à 10 h 15 sur l'A36 à hauteur d'Etupes, dans le Doubs, au PR 48+223.
Un bouchon de 4 km est déjà enregistré sur les trois voies de circulation, entre Dambenois et Etupes. L'A36 est fermée à partir de Vieux-Charmont dans le sens Belfort-Montbéliard.
Attention si vous circulez dans le secteur, vous risquez d'être dévié sur le réseau secondaire.
Informations circulation en temps réel sur Bison futé.


lundi 25 juin 2018

Pont-à-Mousson : accident au carrefour de la rue des Lilas et du chemin de Montrichard

Au cours de cette nuit de samedi à dimanche, peu avant minuit, une Mussipontaine âgée de 23 ans, qui circulait chemin de Montrichard en direction du centre-ville de Pont-à-Mousson, a perdu le contrôle de son véhicule qui a violemment percuté le poteau de feu tricolore réglant le carrefour du chemin de Montrichard et de la rue des Lilas. L'accident s'est produit pratiquement sous les yeux de ses parents, qui habitent un pavillon situé à quelques mètres du carrefour.
Ce sont eux qui ont sorti la conductrice de sa voiture, avant l'arrivée des sapeurs-pompiers du centre de secours de Pont-à-Mousson, placés sous le commandement du capitaine Fabien Disse, chef de centre. Les médecins urgentistes du SMUR ont également été appelés sur place. L'état de santé de la victime a nécessité son transport à l'hôpital Central de Nancy.
Pendant que les policiers du commissariat de Pont-à-Mousson réglaient la circulation au carrefour, les services techniques de la ville sont intervenus pour mettre en sécurité le poteau de feu tricolore, très endommagé par l'impact et qui menaçait de tomber.


dimanche 24 juin 2018

Dans son malheur, le conducteur a eu de la chance

L'automobiliste, qui circulait semble-t-il à vitesse élevée, a perdu le contrôle de son véhicule et terminé sur le toit dans une légère courbe à hauteur de l’ancienne scierie Rimlinger en amont de Lembach.
Le premier arrivé sur le lieu de l’accident fut le chef de colonne du Service départemental d'incendie et de secours du Bas-Rhin, le commandant James Fridli : revenant de la vallée du Steinbach, il rejoignait le centre de secours de Lembach.
Le pompier a aidé le conducteur, indemne, à s’extirper de la voiture avant que celle-ci ne prenne feu. L'incendie s'est rapidement propagé à la forêt de résineux voisine.
Et là encore, les circonstances ont évité un sinistre de plus grande ampleur : suite à l'alerte donnée par le commandant Fridli, quatre équipes spécialistes étaient sur place en un temps record. Les pompiers (de Niederbronn-les-Bains, Lembach, Wissembourg, Seltz et Woerth) étaient en effet en plein débrifing à la caserne de Lembach après une semaine de stage de formation aux feux de forêt.
Au moyen de quatre camions tout terrain feux de forêt), d'un fourgon pompe-tonne et d'un 4X4 de liaison, les pompiers ont rapidement éteint à la fois le véhicule et les flammes qui progressait dans une forte pente, heureusement avec une absence totale de vent. Ainsi, seule une bande forestière d’environ 2400 mètres carrés a été touchée.
L’intervention a nécessité l’interruption de toute circulation sur la D3 pendant trois quarts d'heure, des gendarmes de la brigade de Woerth assurant la sécurité des intervenants. Le maire de Lembach Charles Schlosser était également sur place.
Le conducteur, originaire de Niedersteinbach, a été évacué par les secours vers le centre hospitalier de Wissembourg pour des contrôles.
>Fil Info https://www.dna.fr/actualite/fil-info

Série noire pour les motards du Doubs : ’’des fondamentaux à respecter’’

Quand cette spirale va-t-elle s’arrêter ? Depuis quelques jours, les motocyclistes ne sont pas épargnés par les routes du Doubs. Après la mort d’un jeune homme de 24 ans lundi à Mathay, c’est la vie d’un trentenaire du Haut-Doubs qui, d’un coup d’un seul, s’est stoppée net, jeudi à Maîche. Vendredi à Goux-les-Usiers puis samedi, encore à Maîche ( lire par ailleurs ), ce sont deux autres pilotes de deux-roues qui, grièvement blessés, ont été héliportés au CHRU de Besançon.
On le sait, la vulnérabilité des motards sur la route est élevée. Et la moindre erreur des automobilistes – protégés, eux, par l’habitacle de leurs voitures – peut leur coûter très cher. Vigilance et respect doivent rester les maîtres mots à l’égard des motards, qui représentent 2 % du flux routier en France, mais 25 % des tués.

Commandant adjoint de l’escadron départemental de la sécurité routière du Doubs, Eric Bruckert pointe également la responsabilité des motocyclistes : « Il y a des fondamentaux à respecter. C’est le pilote qui amène sa moto, et non l’inverse. La plupart des motocyclistes ne roulent pas de l’hiver, il doit y avoir une période de réacclimatation, de reprise en main de son engin, alors que certains, aux beaux jours, se sentent pousser des ailes. La moto, c’est de l’habileté ». Et les chiffres tombent, implacables : déjà cinq morts dans le Doubs en 2018 (hors agglomérations de Besançon, Montbéliard ou Pontarlier), soit autant que durant toute l’année 2017.
« On voit deux situations se reproduire souvent », note le major, « la première, c’est le défaut de maîtrise. On va trop vite, on appréhende mal la trajectoire d’un virage, on subit un élément extérieur, et le motard chute seul. Avec ensuite des obstacles : une barrière, un camion, un arbre… L’autre cas, c’est lorsqu’on remonte une file de voiture, et que l’une d’elle tourne à gauche à un carrefour. Il faut rappeler que le code de la route interdit tout dépassement au niveau d’un carrefour. »
Eux aussi juchés sur des deux-roues, Eric Bruckert et ses collègues de l’EDSR passent leur vie à « ramasser » des victimes sur la chaussée : « On a la même passion qu’eux. Quand on se déplace sur un accident qu’on voit un jeune ou moins jeune mourir de cette passion, ça nous touche profondément. La moto doit rester un plaisir. » Un plaisir qui doit être à la fois maîtrisé, et respecté par les autres usagers de la route.


vendredi 8 juin 2018

VL en feu à Aulnay sous Bois A104 vers RN2

hebergement d'image


Nationale 2 infos



5:00 [VL EN FEU/A104 COUPÉE]
93 | A104 - AULNAY SOUS BOIS
Sens : A1-A3 vers A104/N2
⭕️ Circulation difficile depuis l’A1 et l’A3.
🔵 SP / Gendarmerie sur place.

dimanche 27 mai 2018

Paris : un couple meurt dans un incendie

Un couple de gardiens d’immeuble a péri dans un incendie, hier soir vers 22h40, dans le centre de Paris, rue Jean-Jacques Rousseau (Ier arrondissement), rapporte Le Parisien . Le feu a pris dans leur loge au rez-de-chaussée de leur immeuble. Appelés par des voisins, les pompiers ont trouvé les deux corps calcinés près de la fenêtre.
À ce jour, l'origine du sinistre reste inconnue, mais le laboratoire central de la préfecture de police a été saisi afin de procéder aux relevés techniques. Une enquête a également été ouverte, et confiée au commissariat du 1erarrondissement, afin de déterminer s’il s’agit d’un acte accidentel ou criminel.
  1. Flash Actu http://www.lefigaro.fr/flash-actu/

vendredi 25 mai 2018

Le Creusot: une explosion détruit une maison, 2 blessés graves

Une violente explosion, qui pourrait être due à une fuite accidentelle de gaz, a totalement détruit une maison du Creusot (Saône-et-Loire) ce matin, blessant grièvement deux personnes âgées d'une soixantaine d'années, a appris l'AFP de sources concordantes.
"Nous avons reçu de nombreux appels vers 7H00 ce matin, à cause d'une importante explosion avec fumée noire et poussière", ont indiqué les pompiers à l'AFP, précisant qu'une maison avait été soufflée. "Deux autres maisons ont été touchées ainsi que de nombreux véhicules."
La police a mis en place un périmètre de sécurité et les deux victimes ont été transportées en urgence absolue au centre hospitalier du Creusot. Leurs jours ne seraient pas en danger.
  1. Flash Actu http://www.lefigaro.fr/flash-actu/