jeudi 27 juillet 2017

Collioure : Les touristes évacués après une fausse alerte à la bombe

Vent de panique éphémère ce mercredi soir à Collioure, théâtre d’une fausse alerte à la bombe qui a néanmoins mobilisé les gendarmes, les militaires ainsi qu’une équipe de démineurs venus spécialement de Montpellier.
Il est environ 21 h 30, lorsqu’une patrouille de militaires de l’opération Sentinelle repère un sac de sport abandonné sur le quai de l’Amirauté, à proximité du départ du petit train touristique qui sillonne la station. L’alerte est immédiatement donnée aux gendarmes qui déploient aussitôt un périmètre de sécurité. Toutes les terrasses des restaurants de l’avenue Camille-Pelletan, et elles sont noires de monde ce soir-là, sont évacuées. Les commerçants baissent leur rideau.
La foule de badauds en promenade au bord de mer est déroutée vers l’intérieur de la ville. Les forces de l’ordre et les secours ainsi mobilisés attendent les spécialistes en déminage de l’Hérault, appelés à intervenir d’urgence. Vers minuit, ils arrivent en hélicoptère qui se pose sur l’aire du château royal. Le groupe d’intervention en descend, se faufile jusqu’à l’objet suspect et le neutralise.
Une puissante explosion retentit dans Collioure qui retenait son souffle. Le sac de sport est détruit, il ne contenait rien de dangereux. Son propriétaire, un jeune homme qui l’avait oublié sur le parking, est identifié.
Fin de l’histoire.

«Elle nous aura permis de tester l’excellente réactivité des services de l’Etat et la réceptivité du public. C’était comme un exercice parfait», résume un gradé de l’Etat-Major

Collioure : Les touristes évacués après une fausse alerte à la bombehttp://www.lindependant.fr/2017/07/27/collioure-les-touristes-evacues-autour-d-une-fausse-alerte-a-la-bombe,3037467.php

Mandeure : Incendie, par vengeance, il laisse le gaz ouvert

Le pire a sans doute été évité. On imagine le drame si une explosion s’était produite. Mais, vendredi soir, lorsque les pompiers parviennent à maîtriser le feu dans un immeuble de la cité du Mexique à Mandeure, commune de l’agglomération de Montbéliard, l’hypothèse initiale sur les causes du sinistre ayant nécessité l’évacuation du bâtiment comme de ceux attenants, tient plutôt à une défaillance électrique. Un court-circuit au niveau de la prise du réfrigérateur d’un appartement du rez-de-chaussée serait en cause. Un accident, donc.
Sauf que des informations laissent entendre que le locataire des lieux inhabitables depuis, et absent au moment des faits, aurait volontairement laissé le gaz ouvert.
Un détail que les techniciens de la gendarmerie auraient sans doute détecté. Ils n’en ont pas eu le temps car l’intéressé, un retraité de 69 ans, interpellé mardi par les gendarmes, a reconnu les faits. Il aurait expliqué aux enquêteurs avoir agi de la sorte pour nuire à ses voisins. Il devra s’en expliquer, ce jeudi, à la barre du tribunal correctionnel de Montbéliard dans le cadre d’une procédure de comparution immédiate. Laquelle interviendra au terme de sa garde à vue pour destruction volontaire par incendie.
Le feu se serait déclaré lorsque le gaz est entré en contact avec la flamme du brûleur du chauffe-eau

Mandeure : Incendie, par vengeance, il laisse le gaz ouverthttp://www.estrepublicain.fr/edition-belfort-hericourt-montbeliard/2017/07/26/incendie-par-vengeance-il-laisse-le-gaz-ouvert

mercredi 26 juillet 2017

Ardèche: 1 adolescent tué en sautant d'une rivière

Un adolescent de 15 ans participant à une colonie de vacances en Ardèche, s'est tué aujourd'hui en sautant d'une falaise dans un cours d'eau, a-t-on appris auprès de la gendarmerie.
L'accident a eu lieu aux alentours de 16h00, sur la commune de Berrias-et-Casteljau. Le jeune homme a voulu sauter dans le Chassezac, un affluent de l'Ardèche, du haut d'un promontoire de 7 ou 8 mètres, mais s'est cogné la tête au moment de la réception a rapporté une source judiciaire.
Il est ensuite sorti de l'eau, s'est senti mal puis a perdu connaissance. Malgré un massage cardiaque prodigué par l'un des animateurs et l'intervention rapide des pompiers, il n'a pas pu être réanimé.
L'adolescent faisait partie d'un groupe d'une quinzaine de jeunes en vacances dans la région dans le cadre d'une colonie de vacances de la Communauté de communes de Chamonix-Mont-Blanc.
Avant lui, un animateur du camp de vacances ainsi qu'un autre jeune avaient effectué le même saut sans aucun problème. Une enquête a été ouverte par le parquet de Privas pour déterminer s'il y a eu faute ou non de la part du personnel encadrant.

  1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

Monaco: un touriste meurt après une chute de 20 mètres

Dans la nuit de vendredi à samedi, un touriste australien de 27 ans est décédé à Monaco, rapporte Nice-Matin.
L’homme était accompagné d’un groupe d’amis, eux aussi australiens, séjournant dans la région de Nice. Lors d’une pause pour se soulager, la victime s’est hissée sur un muret afin d’uriner dans le vide. Il a, ensuite, perdu l’équilibre et a fait une chute mortelle vingt mètres plus bas.
Immédiatement alertés par ses amis, les secours ne sont pas parvenus à réanimer le jeune homme, victime de multiples fractures, dont certaines fatales, au niveau des cervicales.
Il semblerait que le jeune homme ait basculé dans le vide sous l'effet de l'alcool. Ses amis ont été entendus par la Sûreté publique
                                                 
  1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

Valdahon : une fillette de 15 mois meurt éjectée sur la route

Un nourrisson âgé de 15 mois s’est retrouvé éjecté de la voiture de ses parents sur le rond-point du Chêne, à l’entrée de Valdahon (Doubs). Selon les premiers éléments - qui demandent à être confirmés - la fillette a chuté sur la chaussée alors que la portière s’est ouverte, avant d’être percutée par un second véhicule en circulation.
Difficile ce mardi soir d’en savoir davantage sur les circonstances. « Il est encore trop tôt pour communiquer », indiquait le parquet de Besançon. Sur place, les gendarmes de Valdahon, renforcés par la brigade de recherches de Pontarlier, procédaient en effet aux constatations d’usage et au recueil de témoignages pour tenter d’éclaircir les rouages de ce dramatique accident. Le maire et son premier adjoint étaient aussi présents.

Sous les yeux de sa maman et de ses grands-parents

Dans la voiture, se trouvaient la mère de la toute jeune victime ainsi que ses grands-parents. Ce sont eux qui, très vite après la chute, ont pris en charge la petite pour l’emmener jusqu’au cabinet dentaire voisin. De là, les pompiers ont été prévenus. Les secours n’ont malheureusement pas pu sauver la fillette.
Ses parents, qui n’ont pas d’autre enfant, habitent Valdahon. Absent lors de l’accident, survenu vers 18 h 45, le père est arrivé sur les lieux de la tragédie dans un second temps. Lui et sa compagne ont été pris en charge psychologiquement, tout comme les grands-parents.
Valdahon : une fillette de 15 mois meurt éjectée sur la routehttp://www.estrepublicain.fr/edition-de-besancon/2017/07/25/une-fillette-de-15-mois-decede-sur-la-route-de-valdahon-(doubs)

mardi 25 juillet 2017

Blessés par balles à Vallauris: la piste du banditisme privilégiée

Le père et son fils blessés par balles, dans la nuit de lundi à mardi nuit à Vallauris, appartiennent à une famille bien connue du banditisme azuréen.
Les deux victimes se sont présentées par leurs propres moyens à l'hôpital de la Fontonne peu avant 1 heure du matin. Ils sont arrivés dans une Citroën C4 criblée de balles.
Le père, âgé de 51 ans, a reçu un projectile à la tête. Il se trouve toujours entre la vie et la mort.
Son fils de 28 ans, plus légèrement blessé, a été placé en garde à vue après avoir été soigné. Ce dernier est connu pour des faits de "séquestration, port d'arme prohibée, vol à main armée..."
Le père est également connu des services de justice pour "trafic de stupéfiants, braquage, vol aggravé..."
La piste du règlement de compte est donc privilégiée. Même si pour l'heure, les enquêteurs de la police judiciaire saisis de l'affaire, tentent de reconstituer le film de cette fusillade.
Les faits se sont déroulés sur les hauteurs de Vallauris, dans une zone assez reculée à proximité de Mougins.
Sur place les policiers ont retrouvé treize douilles percutées.

Faits-divershttp://www.nicematin.com/sujet/faits-divers

Arnaque au mandat cash: 2500 euros volés

Tout le monde ou presque connaît quelqu’un qui a été victime d’une tentative d’escroquerie sur internet. Mais désormais, les arnaqueurs deviennent plus rusés dès lors qu’il s’agit de cibler leur proie et de masquer leurs traces. Jean et Shu-Mei Fayolle, deux résidants d’Étupes, peuvent en témoigner.
Mme Fayolle est femme de ménage, et parle mal français. Elle dépend donc de son mari pour la plupart de ses démarches. Inscrite à Pôle Emploi, elle croit à une bonne nouvelle le 5 juillet dernier, lorsqu’elle reçoit un mail d’une certaine Carole D., qui souhaite l’engager. L’employeuse, dont il s’avère plus tard que l’identité a été usurpée, explique vouloir emménager dans sa maison en périphérie de Montbéliard. Les mails se multiplient pendant deux semaines et, faux papiers à l’appui, les arnaqueurs convainquent le couple de leur bonne foi. Problème : « Carole D. » explique avoir besoin de faire installer des équipements à hauteur de 2 500 euros. Elle propose donc de transférer 2 750 euros au couple, afin qu’ils puissent payer le fournisseur du matériel.

Une stratégie bien rodée

Un chèque de 2 750 euros est donc envoyé à Shu-Mei, qui l’encaisse. Le couple reçoit alors l’ordre d’effectuer deux mandats cash urgents à la poste, à l’ordre d’une certaine Geneviève G. Le mandat postal, qui permet de retirer des espèces rapidement grâce à un code envoyé au destinataire, est l’une des méthodes préférées des escrocs pour soutirer de l’argent à leurs proies. Ce week-end, le piège se referme sur Shu-Mei. Le transfert initial de 2 750 euros est annulé par la banque. Motif : la somme provenait d’un carnet de chèque déclaré volé depuis plusieurs années. Les 2 500 euros versés par Shu-Mei, eux, sont perdus. « On n’a rien vu venir, et maintenant nous n’avons aucun recours », explique le mari.
Les forces de l’ordre ont souvent affaire à ces « arnaques à l’africaine » ou « au mandat », dont les commanditaires se trouvent souvent en Afrique de l’Ouest. Cependant, la distance et les précautions prises par les arnaqueurs compliquent les investigations.
Les personnes âgées, ou qui utilisent peu internet, sont évidemment les plus vulnérables, mais devant l’ingéniosité des escrocs, il est du ressort de chacun de rester vigilant sur les réseaux


lundi 24 juillet 2017

Vaucluse : un homme happé par un train

Un homme âgé de 43 ans a été happé par un train reliant Marseille à la gare de Lyon Part-Dieu, hier aux environ de 10h45, alors qu'il circulait entre Piolenc et Orange.
Il s'agirait selon toute vraisemblance d'un suicide.
Cet événement dramatique a entraîné quelques perturbations sur le réseau ferroviaire. Le TER qui a percuté le malheureux a affiché plusieurs heures de retard alors que d'autres ont dû être détournés

Locales en directhttp://www.laprovence.com/taxonomy/term/721085/en-direct

Un homme tué au fusil de chasse à Stains

Un homme a été tué dimanche par un tir de fusil de chasse lors d'une dispute qui a éclaté au sein de la communauté des gens du voyage à Stains (Seine-Saint-Denis), a-t-on appris dimanche de source policière.
L'auteur du tir mortel est recherché par la police, qui a interpellé trois personnes en lien avec ce "différend dont on ne connaît pas l'origine", a précisé cette source.
D'après les premiers éléments de l'enquête, les faits se sont produits vers 2H30 du matin. La victime, née en 1976, n'a pas pu être ranimée par les secours. Elle n'habitait pas dans la rue où s'est produit le drame et était venue rendre visite à de la famille.
L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis

  1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

Contresens sur l’A36 : deux personnes gravement blessées

Un grave accident s’est produit dimanche après-midi vers 16 h 30 sur l’A 36, à hauteur de Menoncourt (90), dans le sens Montbéliard Mulhouse.
Quelques minutes auparavant, à hauteur du péage de Fontaine, une voiture immatriculée dans le Territoire de Belfort et occupée par deux retraités, avait effectué un demi-tour avant de prendre l’autoroute à contresens.

Atterrissage sur l’autoroute

Elle a roulé ainsi pendant plusieurs kilomètres sur la voie de gauche, avant de violemment percuter une moto immatriculée dans le Haut-Rhin.
Le pilote et sa passagère ont été projetés à plusieurs dizaines de mètres et gravement blessés, notamment aux jambes.
D’importants moyens ont été déployés : sept véhicules du SAMU et une vingtaine de sapeurs-pompiers étaient sur place.
Les gendarmes du peloton motorisé ont délimité des zones de sécurité.
Après avoir pratiqué les premiers soins dans des ambulances, les sapeurs-pompiers ont fait appel à deux hélicoptères du SAMU, qui ont successivement atterri sur l’autoroute. Chacun d’eux a pris en charge un blessé à destination du Centre hospitalier universitaire Jean-Minjoz de Besançon.
L’accident a bien sûr provoqué un énorme bouchon de plusieurs kilomètres dans les deux sens
La circulation sur l’autoroute a été bloquée pendant plus d’une heure. À 18 h 37, une seule voie était ouverte sur la voie où s’est produit l’accident.

        Contresens sur l’A36 : deux blesséshttp://www.estrepublicain.fr/edition-belfort-hericourt-montbeliard/2017/07/23/contresens-sur-l-a36-deux-blesses

dimanche 23 juillet 2017

Colmar: un mort après une altercation

Un homme d'une trentaine d'années a été interpellé et placé en détention provisoire dimanche à Colmar, suspecté d'avoir provoqué la mort d'un de ses voisins lors d'une altercation, a-t-on appris auprès du parquet.
La victime, un homme d'une soixantaine d'années, est décédée dimanche à l'hôpital des suites de ses blessures.
L'altercation est survenue vendredi vers 20H00, dans un quartier réputé paisible de Colmar. L'homme a "subi des coups" et fait une chute, avant d'être transporté à l'hôpital, a précisé le parquet, qui n'a donné aucun détail sur les motifs de la querelle entre les deux voisins.
Une information judiciaire a été ouverte.

  1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

La chanteuse héraultaise Barbara Weldens est bien morte électrocutée

L'autopsie de la chanteuse héraultaise de 35 ans a confirmé l'électrocution. Le drame s'est produit mercredi soir, dans une église, lors du festival Léo Ferré à Gourdon, dans le Lot. Le parquet devrait ouvrir une information judiciaire pour homicide involontaire
L'accident s'est produit mercredi soir. La chanteuse héraultaise était en train de chanter dans ce le cadre de ce festival, organisé dans l'église des Cordeliers, lorsqu'elle est tombée au sol, vers une heure du matin.

La gendarmerie de Cahors, chargée de l'enquête, a rapidement privilégié la thèse de l'électrocution. Ce qu'a confirmé vendredi l'autopsie de la jeune femme. La chanteuse se serait électrocutée en touchant avec son pied un dispositif électrique placé sur la scène où elle se produisait.

Nombreux dysfonctionnements électriques

Les secours sont intervenus quelques minutes après le choc électrique mais la jeune artiste était déjà en arrêt cardio-ventilatoire. Ce décès a suscité une très vivre émotion parmi les spectateurs et dans la ville du Lot où le monde est consterné, selon Marie-Odile Delcamp, la maire de Gourdon.

Selon le parquet de Cahors, de nombreux dysfonctionnement électriques ont été relevés par un expert sur place, une information judiciaire devrait être ouverte la semaine prochaine pour homicide involontaire et pour déterminer les responsabilités de ce drame.

Fouzilhon en deuil


A Fouzilhon, dans l'Hérault, le théâtre de Pierres dont elle était l'une des propriétaires, est en deuil, raconte nos confrères de Midi Libre.  Barbara Weldens, surnommée “la diva aux pieds nus”, faisait partie du Collectif TDP, le regroupement d'artistes pluridisciplinaires en résidence permanente sur le lieu, s'occupant de la direction artistique et de la programmation.

Comme d'autres propriétaires du lieu, la jeune artiste vivait dans l'appartement au-dessus du théâtre. Chanteuse mais aussi auteure, compositrice, acrobate et  jongleuse , elle devait se produire dans différents festivals de la région.

  1. Occitaniehttp://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/

Un enfant de 11 ans originaire de Charente-Maritime décède après une chute de vélo

Le garçon, originaire de Charente-Maritime, effectuait une descente en VTT sur des chemins rocailleux 

Un garçon de 11 ans qui effectuait une descente à VTT en bordure des pistes de la station de Chalmazel (Loire), est mort samedi soir des suites de ses blessures.
Le pronostic vital de l’enfant originaire de Charente-maritime était déjà engagé quand il a été transporté par hélicoptère au CHU de Saint-Étienne depuis cette station de ski des monts du Forez. En vacances chez ses grands-parents, le jeune garçon portait les équipements adéquats à la pratique de ce sport.
C’est son père avec qui il effectuait une descente sur des chemins rocailleux en bord des pistes qui l’a retrouvé inanimé et a effectué un premier massage cardiaque.
Une enquête a été confiée à la gendarmerie et une autopsie sera réalisée en début de semaine pour connaître les causes précises de la mort de l’enfant qui portait des traces de blessures au thorax et au visage.


A La Unehttp://www.sudouest.fr/

Une fillette se tue en chutant du septième étage

Une petite fille âgée de 7 ans est morte samedi après-midi après avoir chuté du 7e étage d'un immeuble de Haute-Savoie où elle séjournait avec sa famille pour les vacances, a appris l'AFP auprès des gendarmes.
Le drame s'est déroulé peu avant 14H30 dans un appartement situé dans la station de ski de Flaine, qu'elle occupait avec ses parents et ses deux frères, âgés de 13 et 16 ans. Tous sont originaires de Bourg-en-Bresse, dans l'Ain.
Selon les gendarmes, la fillette aurait basculé dans le vide depuis la fenêtre d'une chambre de l'appartement pour une raison encore indéterminée. "Nos tentatives de réanimation ont été vaines", ont précisé les pompiers, confirmant une information de France 3 Alpes.
Une enquête, confiée à la gendarmerie de Cluses, a été ouverte pour faire la lumière sur les circonstances exactes du drame.

  1. Flash ActuFlash ActuFlash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

Fatale collision entre une moto et une voiture

Un grave accident de la circulation s’est produit, ce samedi vers 20 h 15 à Vesoul, à hauteur du passage à niveau qui permet de rejoindre Frotey-lès-Vesoul. Une conductrice, à bord d’une Peugeot 206 SW, venait de franchir ce passage à niveau lorsqu’une moto est venue la percuter de plein fouet. Un homme de 47 ans était au guidon. Il s’est déporté sur la voie opposée pour une raison que l’enquête de police tentera de déterminer.
Les sapeurs-pompiers de Vesoul, dont la caserne se trouve à quelques centaines de mètres, sont rapidement arrivés sur les lieux. Ils ont pris en charge les deux impliqués. La conductrice, légèrement blessée, a été transportée au centre hospitalier de Vesoul. Le motard, étendu sur la chaussée, était dans un état très critique. Un massage cardiaque lui a été prodigué sur place. En vain. Il est décédé à son arrivée au centre hospitalier vésulien.


samedi 22 juillet 2017

Aude/Meurtre à Alzonne: le conjoint de la victime en garde à vue

Un homicide a été commis ce vendredi, en fin de matinée, dans une petite maison de la rue des Etudes, au centre du village d'Alzonne, dans l'Aude.
Une mère de famille nombreuse a été retrouvée morte. "Son conjoint est en garde à vue" a simplement précisé le parquet de Carcassonne, qui a qualifié les faits de "meurtre

Selon plusieurs témoignages recueillis sur place, cet homicide intervient sur fond de fortes difficultés sociales dans cette famille dont les enfants avaient été placés et qui avait fait l'objet de plusieurs signalements pour violences conjugales.
En début d'après-midi, les techniciens d'investigation criminelle de la gendarmerie étaient encore sur les lieux.

 Aude/Meurtre à Alzonne: le conjoint de la victime en garde à vuehttp://www.lindependant.fr/2017/07/21/meurtre-a-alzonne-aude-le-conjoint-de-la-victime-en-garde-a-vue,3036099.php

Il renverse sa compagne puis annonce son suicide sur Facebook

Un habitant de Flavigny-sur-Moselle a été mis en examen puis écroué - conformément aux réquisitions du parquet de Nancy - ce vendredi soir pour « tentative de meurtre ». Cet homme de 27 ans est soupçonné d’avoir volontairement foncé en voiture sur sa compagne. Les faits se sont produits devant le domicile conjugal mardi, vers 18h45. La victime, qui souffre de fractures au bassin, s’est présentée le soir même à la brigade de Neuves-Maisons pour signaler les faits. Elle a par la suite été conduite au CHU.

Mise en scène rocambolesque

Les gendarmes qui ont effectué des prélèvements sur les lieux de « l’accident » pour vérifier les déclarations de la plaignante ont tenté en vain d’interpeller son compagnon dans les heures qui ont suivi. Il s’est finalement lui-même présenté à la brigade de Neuves-Maisons le lendemain matin, où il a aussitôt fait l’objet d’un placement en garde à vue.
Il a nié lors de son audition avoir voulu tuer sa compagne, s’accrochant au scénario invraisemblable qu’il avait mis au point durant la nuit. Dans sa version, sa compagne aurait tenté de se suicider en se jetant sous les roues de sa voiture. D’ailleurs, le compte Facebook de la victime comportait un message qui peut laisser croire à un geste désespéré : (« Tout le monde croit que j ai eu une vie facile, j ai eu un beau père violent depuis mon enfance. malgré les plaintes rien n’a changé, ma mère fermait les yeux comme si rien ne se était passé. Maintenant tout va mieux enfin »). Le problème, c’est qu’il est peu probable que sa compagne soit l’auteur de ce statut puisqu’elle était entendue par les gendarmes au moment où le message a été publié !
« Mon client n’a jamais voulu faire croire que sa petite amie voulait se suicider », conteste toutefois Me Samira Boudiba, l’avocat du mis en examen. « Il n’avait pas non plus l’intention de la percuter. Il voulait commettre des dégâts matériels sur véhicule du beau-père ».


vendredi 21 juillet 2017

Après une course-poursuite entre Mandelieu et Nice, la police tire pour stopper deux suspects

Leur périlleuse trajectoire les a conduits en prison. Deux jeunes Albanais ont été écroués, ce mardi soir, à l'issue de leur garde à vue chez la police judiciaire. Le parquet a requis un mandat de dépôt criminel: les suspects ont mis en péril la vie des policiers, au terme d'une course-poursuite épique à travers les Alpes-Maritimes.
La scène débute dimanche soir à Mandelieu-La Napoule. Un propriétaire surprend des cambrioleurs qui tentent de s'introduire chez lui. Il les met en fuite. Puis il alerte les forces de l'ordre, alors que les fuyards se dirigent vers l'A8.
Police municipale, police nationale, gendarmerie: l'information circule bien. Et voilà les suspects pris en chasse sur l'autoroute, au niveau de Cagnes-sur-Mer, par un équipage de la brigade anticriminalité. Un fameux gymkhana s'engage sur les chapeaux de roue.
Il fonce sur la police
Alerté, un autre équipage met en place un barrage au niveau du Centre administratif des Alpes-Maritimes. Le véhicule suspect surgit. Mais au lieu d'obtempérer, le conducteur emboutit le véhicule de police. "Il fonce délibérément, à deux reprises. Il fonce encore sur d'autres fonctionnaires de police, puis tente d'éviter un barrage de herses », précise Caroline Chassain, procureur adjoint de la République de Nice. Les policiers ouvrent alors le feu. Sans faire de blessé.
A bord du véhicule de police, les agents sont, eux, légèrement blessés. Des douleurs cervicales, pour l'essentiel. Mais l'assaut a été violent. Finalement, le véhicule suspect stoppe, les deux hommes tentent de fuir à pied. Policiers nationaux et municipaux les interpellent.
Soupçonnés de cambriolages
Ces Albanais, respectivement âgés de 21 et 16 ans, sont confiés à la brigade de répression du banditisme de la PJ de Nice. Outre la tentative de cambriolage déjouée, ils sont soupçonnés d'être impliqués dans divers vols avec effraction commis entre Alpes-Maritimes et le Var. Leur véhicule a lui-même été volé aux Adrets-de-L'Estérel.
Désormais, le principal fait qui leur est reproché est une tentative de meurtre sur des personnes dépositaires de l'autorité publique. "Pour se soustraire au contrôle de police, explique Caroline Chassain, ils n'ont pas hésité à prendre tous les risques. Y compris celui de tuer un policier." L'enquête est désormais pilotée par un juge d'instruction.

Faits-Divershttp://www.nicematin.com/sujet/faits-divers    

Pontarlier : des employées brûlées par de la cancoillotte chez Badoz

Un accident de travail peu commun s’est produit ce jeudi matin, sur les coups de 7h40, sur le site de production de la fromagerie Badoz, à Pontarlier. Le problème se situait au niveau d'un pétrin contenant de la cancoillotte en train de chauffer. Ce pétrin, bien que nanti de plusieurs éléments de sécurité censés l'empêcher de fonctionner en cas d'anomalie, a continué à fonctionner.
Quatre employées de l'usine ont été blessées et rapidement transportées à l'hôpital, aux urgences, victimes de brûlures au second degré sur différentes parties du corps (mains, avant-bras, cou) par des projections de cancoillotte. Dans le pétrin, le fromage est censé passer de 60 à 106 degrés. "Au moment de l'accident, on estime qu'il était à 80 degrés", explique Vincent Badoz, l'un des deux patrons de l'entreprise familiale, " mais on n'en a pas encore l'entière certitude. En tout cas, on ne comprend pas comment cela pu se produire puisque le pétrin est blindé de sécurité".
Une cellule psychologique a été mise en place sur l'unité de production. Au niveau mécanique, les responsables de l'entreprise cherchent les raisons de ce dysfonctionnement, le constructeur et concepteur de la machine étant lui aussi interrogé.  
Les pompiers ont été appelés sur place pour les premiers soins et la prise en charge des blessées. La police était également sur les lieux.


jeudi 20 juillet 2017

Carcassonne: une jeune fille miraculée après s’être défenestrée du 3e étage

Cécile, qui travaille dans le studio de tatouage « Pic Stell » du 6 rue Antoine-Armagnac, n’est pas prête d’oublier cette fin de matinée du 19 juillet.
Alors qu’elle circule à quelques mètres de sa boutique, tombe devant elle une jeune fille venant de sauter du troisième étage d’un appartement. De leurs magasins, d’autres commerçants ont entendu le choc du corps s’écrasant sur la chaussée.La victime est âgée de 16 ans. À l’origine du drame, une forte dispute avec son compagnon, dispute ayant abouti au « passage à l’acte » de la défenestration. Une défenestration volontaire et miraculeuse, sachant qu’hier matin les secours nous indiquaient que le pronostic vital de la jeune fille n’était pas engagé.
Consciente et se plaignant d’une très forte douleur à la clavicule, la victime prise en charge par les pompiers, semblait souffrir de sérieuses blessures au bassin. Elle était placée hier mercredi en observation à l’hôpital de Carcassonne. « Elle venait de se lever et son café était encore chaud lorsqu’elle a sauté », expliquait mercredi son compagnon âgé d’une vingtaine d’années, sous le choc.
Celui-ci ne cachait pas que les disputes dans le couple étaient fréquentes, parfois violentes. Le voisinage confirme les faits, avec « des engueulades toute la journée » ayant perturbé la quiétude du quartier.
« Elle venait de se lever, son café était encore chaud lorsqu’elle a sauté »
Si la victime est connue des services de la police pour avoir fugué à plusieurs reprises, en revanche il n’y aurait eu à ce jour aucune tentative de suicide de sa part, pas plus que de séjours en hôpital psychiatrique.
Compte tenu de l’état préoccupant de la jeune fille, les tests relatifs à la consommation de produits stupéfiants n’ont pas été réalisés par les forces de l’ordre. Des analyses qui seront pratiquées ultérieurement et qui apporteront, peut-être, une partie de la réponse à cet acte désespéré.

Un enfant de 10 ans se noie au Pré l'Evêque

Il y avait beaucoup de monde ce mercredi après-midi sur la plage du Pré l'Evêque à Verdun. Parmi les nageurs du jour, les enfants du centre de loisirs de la MJC du Verdunois, à Belleville. Vers 16h, le groupe a constaté qu'un enfant manquait à l'appel. Les maîtres nageurs ont plongé pour tenter de retrouver le petit garçon, et ont prévenu les pompiers de Verdun.
Sur le bord de l'eau, les centaines de personnes présentes, enfants, adultes, ne comprennent pas ce qu'il se passe. "On les a vus plonger, mais il n'y a pas eu de message, ils ont juste hissé le drapeau rouge. Il s'est passé beaucoup de temps. C'est quand on a vu tous les pompiers et les policiers arriver qu'on a compris qu'il se passait quelque chose de grave".
Les plongeurs des pompiers se sont mis en action. Au bout de quelques minutes, l'un d'entre eux a retrouvé le petit garçon inanimé au fond de l'eau, dans le périmètre de la baignade surveillée. Les pompiers présents se sont jetés à l'eau pour l'en sortir et l'emmener dans l'ambulance. Le SMUR de Verdun est arrivé sur les lieux peu après.
Alors que les pompiers sortaient l'enfant de l'eau, les policiers ont fait évacuer la plage.
Après avoir été transporté en service de réanimation à l'hôpital, le petit garçon est décédé.
Policiers et pompiers sont toujours sur place pour tenter de comprendre les causes de ce terrible accident.
  • Edition de Verdunhttp://www.estrepublicain.fr/edition-de-verdun
  • mercredi 19 juillet 2017

    Le corps d'une femme retrouvé 8 mois après un glissement de terrain

    Le corps d'une femme de 28 ans a été retrouvé aujourd'hui, huit mois après un glissement de terrain en Nouvelle-Calédonie dont le bilan s'élève désormais à six morts et deux disparus, a indiqué le maire du village de Houaïlou.
    "Nous avions une pelleteuse de chantier et des barres à mine, puis nous avons terminé à la pelle pour réussir à extraire le corps", a déclaré Pascal Sawa, maire de Houaïlou, à 235 kilomètres au nord-est de Nouméa.
    Cette découverte intervient alors qu'une ultime mission de recherche sous la direction de la sécurité civile, avec un maître-chien et des démineurs, vient d'avoir lieu de samedi à lundi derniers. Les sauveteurs recherchaient les corps de trois personnes, ceux d'un frère et d'une soeur et celui d'une fillette de 5 ans, mais n'avaient rien trouvé.
    La famille et la mairie avaient décidé de poursuivre les fouilles et sont donc parvenues à trouver le corps de la jeune femme, sur le site de l'éboulement situé sur le territoire de la tribu kanak de Gouareu. M. Sawa a précisé que les investigations allaient se poursuivre.
    Le 22 novembre dernier, deux petites tribus kanak reculées, Gouareu et Ouakaya, avaient été frappées par un important glissement de terrain, après un épisode pluvieux exceptionnel. Les deux localités sont situées en contrebas d'anciennes mines de nickel et près d'un barrage hydraulique, dans une zone où les sources souterraines sont nombreuses.
    Les corps de cinq personnes, dont deux enfants, avaient été retrouvés dans les jours suivants la catastrophe.

    1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

    Femme mangée par son chien: l'animal ne sera pas euthanasié

    Les faits remontent à la fin du mois de juin, une femme de 57 ans était retrouvée morte chez elle à Nevers (Nièvre), avec une jambe partiellement dévorée.

    Un berger allemand de 6 ans

    Mis en cause dans le décès de sa maîtresse, le berger allemand de 6 ans, Cyra, ne sera finalement pas euthanasié selon les informations de l'Yonne Républicaine. Un arrêté municipal vient d'être pris avec l'aval la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations.
    La décision a été prise en accord avec le rapport d'expertise réalisé par un vétérinaire de Fontainebleau (Seine-et-Marne).

    Bientôt mis à l'adoption

    Si pour l'heure le berger allemand se trouve toujours en famille d'accueil, l'animal qui a longtemps subi la violence de sa maîtresse devrait bientôt être mis à l'adoption.


  • Actualitéhttp://www.estrepublicain.fr/actualite
  • mardi 18 juillet 2017

    Un nourrison gravement blessé suite à une sortie de route

    Lundi, un peu avant midi, un accident de la route est survenu sur la départementale 117, dans le sens Saint-Girons/Foix.
    C'est dans un virage, un peu avant l'entrée de la commune de Lescure, qu'un automobiliste a perdu le contrôle de son véhicule. La voiture, dans laquelle se trouvaient 4 occupants, un couple et leurs deux enfants, a d'abord roulé sur la bordure droite de la route, puis sur la gauche, pour finalement effectuer un tonneau.
    Lors de l'impact, le bébé a été éjecté par une vitre latérale. Le nourrisson, gravement blessé, a été évacué par un hélicoptère du Samu de la Haute-Garonne vers l'hôpital toulousain de Purpan. Si son pronostic vital n'était pas engagé, un traumatisme crânien était néanmoins suspecté.
    Le père de famille et le second enfant, âgé de 7 ans, ont également été évacués vers le Chiva, centre hospitalier du val d'Ariège, mais ne présentaient pas de blessures apparentes. La mère de famille a quant à elle été conduite vers le Chac, centre hospitalier Ariege-Couserans.
    Les causes de l'accident ne sont pour l'heure pas encore connues.



  • Lescurehttp://www.ladepeche.fr/grand-sud/ariege/

  •  


    Un camion de 38 tonnes de fruits et légumes se renverse à l'entrée de Perpignan

    Appelé sur place le destinataire de la marchandise n’a pu que constater la perte du chargement. Il a contacté ses clients, afin que ceux qui le désiraient puissent récupérer les fruits et légumes qui, de toute manière, hors de la chaîne du froid étaient destinés à être détruits dans la journée.Une grue spécialisée dans le relevage de ces camions devrait être mise en œuvre en fin de matinée.
    La circulation dans ce secteur a été perturbée durant plusieurs heures. La vitesse et l’état des pneus du véhicule pourraient être la cause de cet accident.

    Un camion de 38 tonnes de fruits et légumes se renverse à l'entrée de Perpignanhttp://www.lindependant.fr/2017/07/18/un-camion-de-38-tonnes-de-fruits-et-legumes-se-renverse-a-l-entree-de-perpignan,3035149.php

    Un blessé grave dans un accident entre une voiture et un poids lourd sur la Grande Corniche

    Une voiture et un camion à benne sont entrés en collision, tôt ce mardi matin, sur la route de La Turbie. Une seconde voiture a également été impliquée dans l'accident.
    Le véhicule léger le plus gravement touché circulait sur la Grande Corniche (RD 2564), en direction de cette commune qui surplombe la principauté de Monaco, lorsque, pour une raison que l'enquête de police devra déterminer, elle a percuté de face le 19-tonnes qui descendait.
    Quatre véhicules de secours de La Turbie et de Menton, placés sous le commandement du capitaine Desmoulins, ont été déployés sur place pour porter secours à la victime, le conducteur de la voiture, un homme de 31 ans.
    Les pompiers ont d'abord dû procéder à sa désincarcération, avant de lui prodiguer les premiers soins et l'évacuer en direction de l'hôpital Pasteur, à Nice.
    PUBLICITÉ
    L'automobiliste est grièvement blessé aux membres inférieurs.
    La circulation a été coupée à 8h40, afin de faciliter l'intervention des secours. Elle a été rouverte dans les deux sens de circulation à 10h10.

    lundi 17 juillet 2017

    Yvelines: une femme tuée, un homme pendu

    Les cadavres d'une femme de 32 ans et d'un homme de 50 ans ont été trouvés au domicile de la première, aujourd'hui à Élancourt (Yvelines), a indiqué une source proche de l'enquête, qui s'oriente vers un meurtre suivi d'un suicide.
    Selon l'hypothèse privilégiée par les enquêteurs, l'homme, qui entretenait une relation intime avec la trentenaire, l'a tuée avant de se suicider, a précisé cette source. Il pourrait s'agir d'un meurtre conjugal.
    L'alerte avait été donnée par la mère de l'ex-mari de la jeune femme, qui gardait son petit-fils âgé de quatre ans depuis plusieurs jours. Il s'inquiétait de ne pas avoir de nouvelles de la mère de famille depuis "au moins 48 heures". Le commissariat d'Élancourt est chargé des investigations.

    1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

    Cauterets (65) : un minibus chute dans un ravin avec sept enfants à bord

    Le minibus a manqué son virage et a terminé sa course une dizaine de mètres plus bas dans un ravin

    L’accident aurait pu être bien plus grave. Dimanche soir, peu avant 20 heures, un minibus a manqué son virage et a terminé sa course une dizaine de mètres plus bas dans un ravin, rapporte La Dépêche.
    Cette sortie de route s’est produite sur la D920 dans les gorges situées entre Pierrefitte et Cauterets. Deux adultes et sept enfants âgés de 11 mois à 17 ans se trouvaient à bord. Par chance, aucun blessé n’est à déplorer.

    Le père se serait assoupi au volant

    Cette grande famille originaire de l’Indre-et-Loire passait ses vacances à Cauterets depuis 15 jours. Ce dimanche, tous devaient rejoindre Lourdes pour un pèlerinage. Mais à quatre kilomètres de la destination, le père se serait assoupi au volant.
    Le véhicule aurait alors dévié de sa trajectoire, frôlant un arbre, ainsi que le garage d’une habitation. Toujours selon le journal, la faible vitesse aurait sans doute permis d’éviter un drame. 

    A La Unehttp://www.sudouest.fr/

    Un enfant de deux ans hospitalisé après avoir été ébouillanté

    Le petit garçon a été transporté aux urgences de l'hôpital Lenval après avoir été malheureusement ébouillanté au torse dans un accident domestique.
    Les sapeurs-pompiers interviennent ce lundi matin depuis 10h30 environ, pour un accident dramatique qui a touché un enfant de deux ans.
    Le garçonnet, qui se trouvait dans un appartement du boulevard Joseph-Garnier, aurait été malheureusement ébouillanté au torse dans un accident domestique.
    Très grièvement brûlé au deuxième degré, il a été immédiatement conduit à la pharmacie Garnier par ses proches, où il a été pris en charge par les sapeurs-pompiers et le SMUR.
    Il a été transporté aux urgences de l'hôpital Lenval.

                                         
  • Faits-Divers            http://www.nicematin.com/sujet/faits-divers
  • Voiture de police en feu à Besançon

    Tout a commencé peu avant 18 h ce dimanche par une alerte incendie rue Bertrand-Russel, à Besançon, au deuxième étage d’un immeuble. Une porte palière y a pris feu. Le sinistre a finalement été maîtrisé par les résidents eux-mêmes.
    Second départ des pompiers, vers 18 h 30, pour l’avenue de Bourgogne cette fois, non loin de la première intervention, au neuvième étage d’une barre de logements, pour une poussette enflammée éteinte aussi par les locataires.
    Alors que les deux interventions sont en cours, les policiers sont appelés en renfort par le chef de groupe des pompiers pour l’incendie rue Bertrand-Russel, probablement volontaire selon lui. Une patrouille s’y rend, fait les premières constatations et réclame l’identité judiciaire pour relever les empreintes éventuelles.

    Les policiers ciblés par des individus munis de pétards

    D’après quelques témoins, au moment où l’équipage repartait vers la voiture de service une fois sa mission terminée, une petite bande d’individus s’est manifestée pour le bombarder de pétards. Les hommes se sont repliés et ont donné l’alerte. Très vite, la Brigade anticriminalité (BAC) est arrivée sur place pour protéger ses collègues.
    Ces derniers ont pu enfin repartir. Mais au moment de démarrer, une fumée est sortie du capot avant. Des flammes ont surgi et ont dévoré le moteur. Les pompiers, tout proche, sont revenus pour étouffer l’incendie et éviter qu’il ne se propage.
    « Pourvu que cela ne recommence pas comme l’autre soir », se lamentaient quelques passants. En effet, dans la nuit du 14 au 15 juillet , toujours dans le quartier de Planoise, deux véhicules et plusieurs poubelles ont été volontairement incendiés pendant qu’une bande de jeunes caillaissaient les policiers (ER du 16/07). Ce dimanche soir, aucune interpellation n’avait été effectuée.


    dimanche 16 juillet 2017

    Marquixanes : une femme décédée et trois blessés dans un accident sur la RN 116

    Un drame de la route a fait un mort et trois blessés ce samedi sur la RN 116 à l'entrée de Marquixanes vers 18heures.
    Quatre véhicules et neuf personnes seraient impliqués dans ce carambolage. Au départ, deux voitures se seraient percutées de plein fouet entraînant une collision en chaîne.
    Les pompiers ont été immédiatement dépêchés sur les lieux. Malheureusement, une passagère âgée de 79 ans et domiciliée à Prades, a succombé à ses blessures. Son mari, au volant, ainsi que leur fille ont été grièvement blessés. Un autre conducteur a été touché. Tous ont été pris en charge par les pompiers. 
    La circulation a été coupée sur cet axe durant une heure environ

    Marquixanes : une femme décédée et trois blessés dans un accident sur la RN 116http://www.lindependant.fr/2017/07/15/marquixanes-un-femme-decedee-et-trois-blesses-dans-un-accident-sur-la-rn-116,3034496.php

    Perpignan: un automobiliste fauche un policier

    Le parquet de Perpignan a ouvert une enquête après qu'un automobiliste a renversé et blessé dimanche matin à Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales) un policier municipal et une autre personne, d'après la gendarmerie.
    Les faits se sont produits vers 5h30. Dans des circonstances qui restaient à déterminer, l'automobiliste a renversé un policier municipal et une autre personne, a précisé la gendarmerie, sans autre détail sur les faits. Les deux blessés ont été hospitalisés, ont informé les pompiers. Leur état de santé n'a pas été donné

    1. Flash Acthttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

    Un motard suisse se tue dans la vallée du Dessoubre

    Vers 15 h 30 ce samedi, trois amis motards étaient en train de rouler sur la D 39, petite route qui longe la rivière du Dessoubre. Soudain, arrivés à hauteur du village de Vaucluse (Doubs), l’un d’entre eux a perdu le contrôle de son engin dans le virage du Moulin du Milieu, en direction de Rosureux. Les secours, rapidement sur place, ont tenté de réanimer l’homme de 47 ans, de nationalité suisse.
    L’hélicoptère de Dragon 25 a été appelé en renfort mais est vite reparti alors que les pompiers tentaient toujours, vainement, de sauver la victime.

    Un motard suisse se tue dans la valléehttp://www.estrepublicain.fr/edition-haut-doubs/2017/07/15/un-motard-suisse-se-tue-dans-la-vallee-du-dessoubre

    samedi 15 juillet 2017

    Un mort dans le crash d'un planeur

    Un pilote britannique de 69 ans, porté disparu vendredi après un décollage dans les Hautes-Alpes, a été retrouvé mort aujourd'hui à 1.300 mètres d'altitude dans les débris de son planeur, a-t-on appris auprès du parquet de Gap. La disparition du sexagénaire, parti vendredi dans la journée de l'aérodrome de La Bâtie, dans le sud-ouest du département, avait été signalée aux secours en montagne dès 23H00.
    Selon le parquet de Gap, qui a ouvert une enquête pour homicide involontaire, l'homme aurait été victime d'un crash qui a provoqué la "dislocation de l'engin sur plusieurs mètres". Le pilote britannique aurait semble-t-il "violemment et directement" heurté la Crête de Peyrolles, un sommet situé dans le secteur de la commune de Val-des-Prés, au nord de Briançon. Le corps du sexagénaire, ainsi que les débris de l'appareil ont été retrouvés samedi matin par les secours en montagne.
    La Brigade de gendarmerie des transports aériens (BGTA) et le Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Briançon ont été co-saisis par le parquet de Gap pour faire la lumière sur l'accident

    1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

    Accident mortel dans un camping de St-Georges-d’Oléron (17)

    Un homme de 48 ans, employé du camping, a été victime d’un accident avec le chariot-élévateur qu’il conduisait

    Mercredi soir, un salarié de 48 ans du camping "Airotel Mer & Soleil" de Saint-Georges-d’Oléron a trouvé la mort sur son lieu de travail. 
    Aux environs de 18 heures, mercredi, cet homme âgé de 48 ans a été découvert par un de ses collègues, gisant sous le chariot élévateur qu’il manœuvrait. L’engin était tombé dans un fossé situé le long d’un chemin à l’extérieur du camping, en bordure de ce dernier. Il venait alors de transporter du matériel.
    Sitôt l’alerte donnée, les secours n’ont pu ranimer le malheureux. Des fleurs ont été déposées sur le lieu de l’accident. Couvert d’une bâche bleue, l’engin n’avait pas été retiré, hier à la mi-journée.

    Employé à l’année

    Une enquête de gendarmerie a été ouverte pour déterminer les circonstances de ce drame. La thèse d’un accident survenu alors que l’employé reculait dans ce chemin est privilégiée. La victime avait repassé en mars dernier son autorisation de conduite d’un chariot élévateur, une approbation valable cinq ans.
    L’homme était connu des résidents du camping. Il était en CDI (contrat à durée indéterminée) depuis le 1er janvier 2016 mais avait déjà travaillé dans ce camping dans le passé, avant de retourner dans le Nord de la France, région dont il est originaire. Il était logé avec sa famille sur place.

    Un deuil accompagné

    À la suite du drame, le directeur du camping, Dimitri Rochard, a contacté la médecine du travail. Une cellule d’aide psychologique a été mise en place afin de réconforter et soulager les 25 employés (en haute saison) qui en ressentent le besoin.
    Par ailleurs, résidents et personnel du camping pourront apporter leur soutien à la famille par l’intermédiaire d’une boîte aux lettres. Installée près de l’accueil, elle permettra à chacun de présenter ses condoléances. L’ensemble des mots seront ensuite transmis à la famille.

    A La UneA La Unehttp://www.sudouest.fr/2017/07/14/accident-mortel-dans-un-camping-de-st-georges-d-oleron-17-3618549-1391.php

    Un chauffeur de quad meurt suite à un accident en Aveyron

    Ce jeudi 13 juillet, en début de soirée, sur la commune de la Salvetat-Peyralès, un chauffeur de quad qui avait emprunté un chemin a été victime d'un accident. Les circonstances de ce drame demeurent, pour l'heure, inconnues. 

    Intervention des pompiers de la Salevetat et du Centre de Secours de Villefranche de Rouergue

    Les pompiers de la Salvetat, dont les effectifs ont été renforcés par leurs collègues du Centre de Secours Principal de Villefranche de Rouergue, sont intervenus pour tenter de secourir le malheureux.
    La Salvetat-Peyralèhttp://www.ladepeche.fr/communes/la-salvetat-peyrales,12258.htmls
                        

    Affaire Grégory : Laurence Lacour vise les avocats

    En marge d’une conférence aux « rendez-vous de juillet », festival de journalisme à Autun (Saône-et-Loire), Laurence Lacour, ancienne reporter à Europe 1, a pointé, ce vendredi, 32 ans après la mort de Grégory, la responsabilité des avocats dans « l’ambiance délétère » qui régnait à l’époque.
    « J’en veux aux avocats, je les tiens vraiment pour responsables de l’ambiance délétère » qui entourait l’affaire, a-t-elle déclaré. Les avocats « nous ont obligés à prendre parti », ont « manipulé les journalistes » et ont fait du dossier une « histoire politique », a ajouté la journaliste, qui avait publié en 1993 « Le Bûcher des innocents », un livre dans lequel elle se montrait très critique face aux débordements médiatiques.
    La nouvelle, mardi, de la mort de Jean-Michel Lambert, « m’a beaucoup déstabilisée », a dit Laurence Lacour, ajoutant avoir hésité à maintenir son intervention à Autun
    • Actualitéhttp://www.estrepublicain.fr/actualite

    vendredi 14 juillet 2017

    Un homme dans le coma après une bagarre

    Les sapeurs-pompiers sont intervenus, ce vendredi vers 10h, au 21rue Clément Ader à Strasbourg sur les lieux d'une rixe. D'après les premiers éléments de l'enquête, un homme de 33 ans aurait été violemment poussé par une connaissance, ce qui aurait eu pour effet de le faire chuter en contrebas sur la tête. Inconscient, l'homme a été transporté en urgence au CHU de Hautepierre. Il serait dans le coma.
    Le suspect, un homme de 22 ans, a été appréhendé. Une enquête est en cours

    Doubs : un motard se tue à Dannemarie-sur-Crète

    Un homme âgé d'une cinquantaine d'années est mort des suites d'un accident de moto, survenu à 18h20 ce jeudi à Dannemarie-sur-Crête. La victime circulait sur une bretelle d'accès d'une zone artisanale, lorsqu'il a perdu le contrôle de son engin.
    Sur place, les efforts conjugués des pompiers et d'une équipe du Smur pour le réanimer et stabiliser son état de santé sont restés vains. Le motard a été déclaré décédé plusieurs dizaines de minutes plus tard.
    Aucun autre véhicule ne semble impliqué. Les circonstances précises de l'accident restent à éclaircir : une enquête a été ouverte en ce sens. Ce jeudi soir, les gendarmes envisageaient de lancer un appel à témoins pour mieux comprendre le déroulement des faits.

    jeudi 13 juillet 2017

    Renversé par un véhicule de secours, l'enfant de 9 ans a succombé à ses blessures

    En début de soirée mercredi, lors d’une dispute au sein d’un couple, un homme a blessé sa compagne en lui portant un coup de couteau avant de prendre la fuite et de faire un accident. Au cours de l'intervention pour lui porter secours, un véhicule des sapeurs-pompiers a heurté un enfant, à Lobsann. L'enfant est décédé la nuit dernière.
    Actualisé jeudi 11h. En début de soirée mercredi, lors d’une dispute au sein d’un couple, un homme a blessé sa compagne en lui portant un coup de couteau avant de prendre la fuite.
    À la sortie du village de Rott, il a perdu le contrôle de son véhicule, qui s’est retrouvé sur le toit. L’homme a alors été interpellé par les gendarmes.
    La victime, dont les jours ne sont pas en danger, a été évacuée à l’hôpital de Hautepierre, à Strasbourg jeudi soir.
    Le couple vivait une relation difficile. La femme est née en 1978 et habite à Rott. La dispute s’est déroulée à son domicile.
    L'homme mis en cause a 36 ans. Il a tenté de se suicider en voiture après la dispute, mais n’a pas été blessé. Il est actuellement en garde à vue à la brigade de Wissembourg (jeudi matin).
    Au cours de l’intervention, un véhicule de secours a percuté à la sortie d’un autre village un enfant d’une huitaine d’années qui a été secouru par l’hélicoptère de la sécurité civile Dragon 67.
    Le pronostic vital de l’enfant était engagé mercredi soir.
    Deux enquêtes sont en cours.
    10h50, jeudi : L'enfant grièvement blessé à Lobsann est décédé
    Ce jeudi matin, l’enfant âgé de 8 ans, qui a été percuté malgré un freinage d’urgence par le véhicule de pompiers de la caserne de Soultz-sous-Forêts à la sortie de Lobsann en direction de Drachenbronn (Alsace du Nord), a succombé à ses blessures et est décédé vers 4 h du matin. Le service départemental d’incendie et de secours du Bas-Rhin, par la voix de son président et de son directeur, s'associe à la douleur de la famille et lui présente ses plus sincères condoléances.
    Un communiqué des services du SDIS du Bas-Rhin 
    Les services du SDIS Bas-Rhin nous ont adressé le communiqué suivant ce jeudi matin.
    "Alors qu’il se rendait à Rott pour une personne en détresse vitale blessée par arme blanche, un véhicule du service départemental d’incendie et de secours provenant de Soultz-sous-Forêts a heurté un enfant de 9 ans.
    Malgré un freinage d'urgence, le choc n'a pu être évité. Le conducteur et un voisin médecin ont immédiatement porté secours à l’enfant, renforcés rapidement par les sapeurs-pompiers de Lobsann, Soultz-sous-Forêts et le SMUR de Haguenau. L’enfant a été transporté dans un état grave au CHU de Strasbourg par hélicoptère médicalisé de la sécurité civile.
    Au service de la population pour des missions de secours d’urgence dont l’enjeu n’est autre que la vie elle-même, tous les acteurs de l’urgence ont la hantise de l'accident qui peut survenir lorsqu’ils se rendent en intervention.
    L'ensemble des sapeurs-pompiers sont très affectés par ce dramatique accident qui les touche au plus profond de leur engagement. Le service départemental d’incendie et de secours du Bas-Rhin, par la voix de son président et de son directeur, s'associe à la douleur de la famille et lui présente ses plus sincères condoléances".

    >Fil Infohttp://www.dna.fr/actualite

    Territoire de Belfort: un homme blessé par balles

    Un homme de 29 ans a été grièvement blessé par balles, cette nuite, à Valdoie, dans le Territoire de Belfort, et son ou ses agresseurs sont en fuite, a indiqué le parquet de Belfort.
    La victime, touchée par trois impacts de balles, a été découverte vers 4 heures du matin sur la voie publique à Valdoie, à 4 km de Belfort, a précisé la même source. Le blessé a été transporté en urgence à l'hôpital et son pronostic vital est réservé, a confirmé le parquet.
    Avant de perdre connaissance, cet homme, inconnu des services de police, a dit qu'il ne savait pas pour quelle raison il avait été victime de ces tirs.Le ou les auteurs des tirs ont pris la fuite et sont activement recherchés.
    Une enquête a été ouverte et confiée à la police judiciaire de Besançon.

    1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

    Deux fillettes grièvement blessées

    « Je n’ai rien pu faire, j’ai vu la voiture arriver sur moi, je me suis serré au maximum et j’ai freiné mais c’était le choc ». Le conducteur du poids lourd est très agité. Les médecins du SMUR 70 et ceux du Samu 25 sont en train de ramener à la vie une fillette de 6 ans sur le bas-côté. Sa sœur, âgée de 4 ans, vient tout juste d’être conduite dans l’hélicoptère Dragon 25 pour être amenée au CHRU de Besançon. L’autre hélicoptère Heli 25 atterrit à son tour pour prendre en charge la sœur aînée, tout juste réanimée. La maman, elle, sera transférée par ambulance à Besançon, accompagnée par deux motards. 
    La maman qui conduisait s’est probablement endormie au volant ou a été victime d’un malaise. L’enquête tentera de déterminer les causes de cet accident aux très lourdes conséquences survenu ce mercredi peu après 15 h 30 sur la RN57 à hauteur d’Échenoz-le-Sec. L’absence totale de marques de freinage de l’Audi pourrait confirmer l’une ou l’autre de ces hypothèses. 
    Sur place, juste après le choc, deux infirmières qui circulaient sur la route ont pratiqué les gestes de premiers secours aux trois victimes. Notamment la fillette de 6 ans qui était en arrêt cardio-ventilatoire. La maman a réussi à sortir elle-même une de ses filles. Les secours sont arrivés très vite sur les lieux et ont requis l’intervention des deux hélicoptères. Pour finir, les urgentistes ont réussi à réanimer la victime, même si son état restait extrêmement précaire et préoccupant. Une très forte émotion était palpable, sur place, autour des deux jeunes victimes et de leur maman.
    Les gendarmes ont aussitôt mis en place une déviation par la route de Filain et par Authoison. Le trafic a été interrompu pendant plus d’une heure sur la RN57.
    Les sapeurs-pompiers ont engagé au total deux véhicules de secours routier, deux véhicules de secours aux asphyxiés et aux victimes et une vingtaine d’hommes de Vesoul et Montbozon.
    Les deux hélicoptères se sont posés alternativement au milieu de la chaussée, à proximité du lieu du drame.
    L’état des deux véhicules témoigne de la violence de l’impact frontal. Le poids lourd, très lourdement endommagé et qui circulait sans remorque, a dû être évacué à laide de moyens lourds. La circulation a été fortement perturbée par le trafic des camions sur les itinéraires de délestage mis en place après l’accident.


    mercredi 12 juillet 2017

    Argèles-sur-Mer: un jeune de 17 ans tué dans un accident, un second grièvement blessé

    Argèles-sur-Mer: un jeune de 17 ans tué dans un accident, un second grièvement blessé

    La circulation a été coupée pendant environ une heure ce mardi après-midi vers 15h15 sur la route départementale 11 à la limite des communes d'Argèles-sur-Mer et Palau-del-Vidre à la suite d'un accident tragique.
    Selon les premiers éléments, une voiture et trois cyclomoteurs sont entrés en collision pour une raison encore indéterminée
    L'un des pilotes des deux roues, âgé de 17 ans et domicilié dans le département, a malheureusement été tué sous le choc.
    Un second, âgé de 16 ans, a été grièvement blessé et évacué en urgence vers le centre hospitalier de Perpignan à l'aide de l'hélicoptère Dragon 66 de la sécurité civile.
    Le troisième jeune homme et la conductrice de la voiture ont été également pris en charge. En état de choc extrême, ils ont été transportés à l'hôpital par les sapeurs pompiers. 
    A 16h30, le trafic était rétabli. Les services de gendarmerie se sont rendus sur place et ont ouvert une enquête afin de déterminer les causes et circonstances exactes de ce drame


    Argèles-sur-Mer: un jeune de 17 ans tué dans un accident, un second grièvement blesséhttp://www.lindependant.fr/2017/07/11/argeles-sur-mer-un-jeune-de-17-ans-tue-dans-un-accident-un-second-grievement-blesse,3033477.php


    Un homme arrêté pour le meurtre de sa mère

    Un homme a été arrêté mardi près du Champ-de-Mars à Paris, soupçonné d'avoir tué quelques heures plus tôt sa mère dans le Val-d'Oise, a-t-on appris de source proche de l'enquête, confirmant une information de LCI.
    Cet homme, âgé de 29 ans selon LCI, est suspecté d'avoir frappé sa mère au cou avec une feuille de boucher dans la commune de La Frette-sur-Seine, au nord-est de Paris, a indiqué à l'AFP la source proche de l'enquête.
    Il avait ensuite pris la direction de Paris, où il a été interpellé par la police.
    Contacté par l'AFP, le parquet de Pontoise n'a pas donné suite.
    La police judiciaire de Versailles est chargée de l'enquête, selon une source proche du dossier.

    1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/

    Le juge Lambert retrouvé mort

    La nouvelle est tombée vers 21 h 30. À la fois laconique et terrible. L’ancien juge Jean-Michel Lambert a été retrouvé mort chez lui, près du Mans. Selon les premiers éléments dévoilés à la presse, il avait la tête dans un sac plastique. La thèse d’un suicide serait privilégiée. L’enquête a été confiée au SRPJ d’Angers qui devra déterminer les causes de la mort de l’ex-magistrat, âgé de 65 ans. Il était parti à la retraite en 2014.
    Difficile de ne pas faire le lien entre ce drame et les derniers rebondissements dans l’affaire Grégory. Une affaire qui lui est tombée dessus en octobre 1984. Il est alors le seul juge d’instruction en poste à Epinal. C’est donc lui qui a été chargé d’élucider ce qui allait devenir l’énigme du siècle : l’assassinat du petit Grégory Villemin.
    Vite surnommé par la presse « le petit juge » en raison de son allure juvénile malgré ses 32 ans, il est d’abord parti sur la piste de Bernard Laroche, le cousin du père de l’enfant retrouvé mort dans la Vologne. Il l’a inculpé et écroué le 5 novembre 1984. Avant de changer de conviction et de le remettre en liberté quatre mois plus tard.
    Il a alors confié l’enquête aux policiers de la P.J. de Nancy et comme eux, il a soupçonné Christine Villemin, la mère du petit Grégory, d’avoir tué son propre fils. Il l’a à son tour inculpée et écrouée en juillet 1985. La thèse de la mère infanticide a toutefois fini par être mise à mal lorsque le dossier a été délocalisé sur Dijon et la mère a bénéficié d’un non-lieu pour « absence totale de charge ».
    Une forme de désaveu du travail du juge Lambert qui a été fortement attaqué aussi bien par ses pairs que par la presse. Dans cette affaire folle où tout le monde a dérapé, il lui a été reproché des erreurs de procédure ainsi qu’une trop grande proximité avec les médias.
    Sa carrière a été plombée par ce dossier hors-normes. Il n’a plus jamais été juge d’instruction. Il s’est retrouvé simple juge du siège à Bourg-en-Bresse. Puis, au début des années 2000, il avait été muté au Mans comme vice-président chargé de l’instance.
    Malgré les attaques violentes dont il continuait à être la cible, il avait semble-t-il réussi à surmonter le choc de l’affaire Grégory. Lorsque nous avions pu le rencontrer en septembre 2014, lors de son départ à la retraite, il avait attribué sa résistance à sa vie de famille équilibrée auprès de sa femme et sa fille, son goût pour la course à pied et sa passion pour l’écriture.
    Après un premier livre décrié intitulé Le petit juge où il racontait notamment avoir pleuré en écoutant du Léo Ferré avant d’inculper Christine Villemin, il avait écrit plusieurs polars solides. Son dernier livre De combien d’injustices suis-je coupable ? sorti en 2014, était une réflexion très critique sur son métier de juge.
    Quelques pages étaient consacrées à l’affaire Grégory et en particulier à la mort de Bernard Laroche, abattu par le père de l’enfant assassiné. « Je suis l’un des artisans de cette abjection », avait écrit Jean-Michel Lambert, persuadé de l’innocence de Bernard Laroche. Il venait d’écrire un nouveau polar qui devait sortir en octobre prochain. Mais il a fini par être rattrapé par la malédiction qui semble entourer l’affaire Grégory.
    .
    http://www.estrepublicain.fr/edition-de-nancy-ville/2017/07/12/le-juge-lambert-retrouve-mort-gqmu

    mardi 11 juillet 2017

    Le bus freine d'urgence : 16 blessés

    Strasbourg, un bus a freiné brusquement... 16 passagers ont été transportés à l'hôpital de Hautepierre.
    Un bus de la CTS qui assure la liaison entre les stations de tram Rotonde et gare centrale, pendant les travaux qui ont cours dans le tunnel, a procédé à un freinage d'urgence à 10h ce mardi, rue du Zielbaum, à Strasbourg-Cronenbourg.
    Une cinquantaine de personnes se trouvaient à bord du bus.
    19 passagers ont été légèrement blessés. 16 souffrent de contusions et de traumatismes divers et ont été transportés à Hautepierre, ainsi qu'à la clinique Rhena. Parmi eux des passagers qui étaient debout dans le bus.
    Une quarantaine de sapeurs-pompiers sont sur place, venus de la caserne toute proche notamment.
    Nous ne connaissons pas pour l'instant la raison du freinage d'urgence

    Fil InfoFil InfoFil Infohttp://www.dna.fr/actualite/2017/07/11/le-bus-freine-d-urgence-16-blesses

    Ejectée du véhicule : une fillette tuée sur le coup

    Un accident de la circulation a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche, vers 5 h 45, sur le territoire communal de Mazerulles. À bord d’un véhicule, un couple et leurs deux enfants circulaient sur la départementale 674, en direction de Nancy. La famille est domiciliée à Pulnoy.
    Pour une raison encore indéterminée, la voiture quittait la chaussée, effectuait plusieurs tonneaux avant de s’immobiliser sur le toit, dans un champ. Âgé d’une trentaine d’années, le couple est indemne ainsi que l’aîné des deux enfants. En revanche, une fillette âgée de 6 ans, éjectée de l’habitacle au moment de l’accident, était en arrêt cardio-respiratoire à l’arrivée des secours.
    Prise en charge par les pompiers de Champenoux, Tomblaine, Nancy-Joffre et les médecins du SMUR, la fillette n’a pu être réanimée.
    La gendarmerie a ouvert une enquête pour tenter de définir les circonstances du drame.


    lundi 10 juillet 2017

    Décès d'un homme après une chute du 8e étage

    Un homme âgé de 36 ans est mort samedi soir à Toulouse après avoir chuté du 8e étage, boulevard des Minimes à Toulouse
    Les pompiers ont été alertés à 23 h 34 mais n’ont pu que constater le décès de cet homme à leur arrivée sur place, au pied d’un immeuble de 12 étages sur les bords du canal du Midi.
    La police a ouvert une enquête pour comprendre les circonstances de ce drame. Est-ce un geste volontaire, un suicide ? C’est malheureusement probable. Des écrits ont été retrouvés au domicile de la victime. Ils évoqueraient sa volonté de mettre fin à ses jours. Et les enquêteurs du quart judiciaire, chargés de l’enquête par le parquet, bénéficient de témoignages de personnes qui se trouvaient au bas de l’immeuble. Elles ont aperçu l’homme en équilibre sur son balcon et ont essayé de le dissuader de sauter, malheureusement sans succès.
    Les investigations de la police se poursuivent. Le parquet a ordonné une autopsie qui sera pratiquée en début de semaine à l’institut médico-légal de Rangueil

    ToulouseToulouseToulouse Décès d'un homme après une chute du 8e étage                   

    Roissy: Des touristes agressés et volés devant leur hôtel

    Une vingtaine de touristes ont été attaqués, samedi matin, devant leur hôtel à Roissy-en-France, apprend 20 Minutes, confirmant une information de LCI.
    Alors qu’ils attendaient la navette pour l’aéroport, des hommes cagoulés sont sortis de deux véhicules, les ont gazés à l’aide de bombes lacrymogènes, et les ont délestés de leurs sacs et de leurs bagages.
    >> A lire aussi : Val-d'Oise: Un car de touristes chinois attaqué et dévalisé près de l'aéroport de Roissy

    Un touriste blessé à la main et transporté à l’hôpital

    Un dispositif a été immédiatement mis en place pour tenter de retrouver les agresseurs. En vain. L’un des touristes a été, selon nos informations, blessé à la main et transporté à l’hôpital. 
    L’enquête a été confiée à la secton de recherche de Versailles et à la brigade de recherche de Montmorency.
    Mots-clés :

    dimanche 9 juillet 2017

    Alcoolisé et sous l'emprise de stupéfiants, il tue la grand-mère de sa petite-amie

    Un homme de 39 ans a avoué être l'auteur de coups, qui ont causé le décès d'une dame âgée de 96 ans, vendredi 7 juillet à Marseille.
    La nonagénaire a été retrouvée morte dans son appartement, situé cité des Olives dans le 13ème arrondissement de Marseille, vendredi 7 juillet, informe La Provence. Le corps de la vieille dame, découvert par sa petite-fille, présentait des traces de coups. 
    Un homme de 39 ans a été interpellé dans la même cité, samedi 8 juillet. Il était hébergé par la nonagénaire et se trouve être le petit-ami de la petite-fille de la dame, précise le quotidien marseillais. 
    Interrogé par les enquêteurs de la brigade criminelle de la Sûreté départementale de Marseille, chargée de l'enquête, il a avoué être l'auteur des coups mortels. Il aurait étranglé la vieille dame après une dispute, alors qu'il était alcoolisé et sous l'emprise de stupéfiants, a indiqué le procureur de la République de Marseille, Xavier Tarabeux. 

                                         
  • Faits-Divers            http://www.nicematin.com/sujet/faits-divers
  • Un Verdunois de 27 ans se noie dans le lac du Der

    Il était parti passer le week-end avec quelques amis. Dany Le Faucheux, un jeune Verdunois de 27 ans est mort noyé dans le lac du Der, dans la nuit de vendredi à samedi, à Giffaumont-Champaubert, dans la Marne.
    Selon les premiers éléments de l’enquête diligentée par les gendarmes de la compagnie de Vitry-le-François, cinq amis, originaires de Verdun, avaient décidé de passer le week-end sur le bateau du père d’un copain. La journée s’était bien passée, la soirée avait été festive. Pour s’amuser, deux d’entre-eux ont alors décidé d’aller se baigner. Et de plonger depuis une passerelle, située non loin du port. Les deux amis se seraient alors heurtés en sautant. L’un est remonté à la surface, l’autre non…
    Immédiatement, les secours ont été prévenus. Un grand déploiement de pompiers s’est rendu sur place, depuis les centres de secours de Chalons-sur-Marne, Saint-Dizier et Saint-Rémy. Il aura fallu plus d’une heure aux plongeurs pour retrouver le Verdunois : le lac ne faisant pas moins de 7 mètres de profondeur.
    Une enquête a été ouverte par le parquet de Chalons pour déterminer avec exactitude les causes de cet accident. Des techniciens en investigation criminelle se sont rendus sur place. Le lac du Der est le plus grand lac artificiel d’Europe et accueille chaque année de nombreux touristes. À l’endroit du drame, il était cependant interdit de se baigner, de jour comme de nuit. L’accident a provoqué un grand émoi au lac du Der et depuis ce samedi matin, à Verdun, où la nouvelle s’est propagée. Dany Le Faucheux allait fêter ses 27 ans le 13 juillet prochain.
    Un Verdunois de 27 ans se noie dans le lac du Derhttp://www.estrepublicain.fr/edition-de-verdun/2017/07/08/un-verdunois-de-27-ans-se-noie-dans-le-lac-du-der

    samedi 8 juillet 2017

    Meurtre : six jeunes interpellés

    L’information est confirmée par le parquet de Montbéliard. Très tôt ce vendredi matin, à 6 h, les enquêteurs de la brigade de recherches (BR) de Montbéliard, sur les traces du meurtre depuis mardi, et ceux de la section de recherches (SR) de Besançon, ont procédé à six interpellations entre Maîche et Saint-Hippolyte. Cette opération s’est faite dans le cadre de l’affaire du corps, lardé de cinq coups de couteau au thorax, retrouvé mardi dernier aux abords du club portugais de la rue Saint-Michel à Maîche par des employés municipaux qui suivaient des taches de sang au sol.

    La rumeur de la rue

    Une vingtaine de gendarmes se sont répartis, essentiellement à Maîche, les arrestations et les perquisitions dans les immeubles du clos Saint-Michel, mais aussi rue Guynemer. Les six individus concernés sont âgés entre 15 et 20 ans. Ils pourraient être mêlés à cet homicide volontaire, à des degrés divers. Les forces de l’ordre les ont placés en garde à vue. Elles devront déterminer le mobile qui les a poussés, le cas échéant, à commettre l’irréparable.
    Ce règlement de comptes pourrait être la conséquence d’un trafic de drogue, d’une histoire amoureuse qui aurait mal fini, des deux à la fois, ou alors être motivé pour des raisons encore plus obscures.
    Toujours sous le choc, les Maîchois sont à présent inquiets de constater que la délinquance qu’ils soupçonnent dans leur ville conduit des jeunes gens à ces extrémités. D’autres témoignent que la victime n’était pas tendre avec ceux qui lui devaient de l’argent.
    Le voisinage direct des personnes interpellées dit bien les connaître. Les habitants souhaitent rester anonymes. Ils craignent les représailles éventuelles. « Chacun provient d’une famille qui a déjà perdu un fils dans des conditions tragiques. Les pères trempent dans les stupéfiants, et pas que le cannabis. Ils sont en lien avec des donneurs d’ordre suisses. Nous préférons ne pas trop nous en approcher. » Bien évidemment, sans confirmations des autorités, ces informations sont à prendre avec prudence.
    Quoi qu’il en soit, outre les arrestations, plusieurs auditions de témoins ou de voisins se sont déroulées toute la journée. Le parquet de Montbéliard ne communiquera que lorsque les garde à vue seront terminées.

    • Edition Haut-Doubshttp://www.estrepublicain.fr/edition-haut-doubs/2017/07/07/meurtre-de-maiche-six-individus-interpelles-ce-vendredi-matin