jeudi 14 février 2019

Loire-Atlantique: 2 morts dans un contresens sur l'autoroute A11

Un conducteur de 34 ans est mort hier après avoir emprunté l'autoroute A11 à vive allure et à contresens près de Nantes, percutant mortellement un autre conducteur et faisant un blessé grave, a-t-on appris auprès de la gendarmerie
Le conducteur, qui a failli percuter une voiture de gendarmes, a roulé 28 km à contresens, dans le sens Nantes-Angers, avec des pointes de vitesse à 160 km/h.
Enfonçant la barrière de péage d'Ancenis, il a poursuivi sa route avant de percuter violemment deux voitures à Saint-Herblon (Loire-Atlantique). Le passager du premier véhicule, âgé de 17 ans, a été gravement blessé dans l'accident et héliporté par les services de secours. Le conducteur du deuxième véhicule est lui mort dans l'accident. Gravement blessé, le conducteur du véhicule à contresens est lui aussi mort des suites de ses blessures. Le peloton motorisé d'Ancenis est chargé de l'enquête.
  1. Flash Actu http://www.lefigaro.fr/flash-actu/



lundi 11 février 2019

Il meurt chez lui après un passage aux urgences

Renvoyé chez lui après avoir été pris en charge par les urgences de l'hôpital d'Orléans, un homme de 60 ans a succombé à un infarctus.
Ce n’est pas que pour mon papa que je m’exprime. Parce que, malheureusement, pour nous c’est trop tard. Mais, c’est inacceptable. On ne comprend pas. On n’a pas de réponse. Ils sont censés être à l’écoute aux urgences, non ? Je ne comprends pas. On est anéantis."
Sabrina, 32 ans, raconte ce lundi à La République du Centre le décès de son père, Orlando, le 23 janvier dernier. Atteint de forts saignements au nez, l'homme de 60 ans appelle les pompiers, qui le transportent aux urgences du centre hospitalier d'Orléans, dans le Loiret. Quelques heures plus tard, il est autorisé à rentrer chez lui.
>A la Une https://www.dna.fr/

mercredi 30 janvier 2019

Un motard tente d'éviter un camion et percute un mur à pleine vitesse

Un jeune homme a été transporté à l'hôpital après avoir violemment percuté un mur avec son deux-roues, mardi 29 janvier, dans le secteur de Perdigon à Grasse.


En voulant éviter un camion, un homme de 29 ans est entré dans un mur à pleine vitesse.
Il ne portait pas de casque intégral, ce qui lui a valu un important traumatisme crânien. Il a donc été évacué à l'hôpital Pasteur, à Nice.
Si son état était stable mardi soir, son pronostic vital était tout de même engagé.


dimanche 27 janvier 2019

Loiret : deux salariés d'un centre hospitalier décèdent de la grippe, quatre autres décès confirmés

Deux personnes salariées d'un centre de soins de La Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret) 
sont décédées suite à un "syndrome grippal" cette semaine ainsi que quatre patients
 de l'établissement, sans que le lien avec la grippe ne soit encore confirmé pour ces 
derniers, selon l'ARS et la direction de l'établissement.
Selon un communiqué de l'Agence régionale de santé (ARS) Centre Val de Loire,
 sollicitée vendredi par La République du Centre qui a révélé l'information, 
"deux personnes salariées du CRF des Coteaux à la Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret)
 sont décédées le 24 janvier 2019 à leur domicile.
 Elles étaient en arrêt maladie pour syndrome grippal".
Le CRFA (Centre de réadaptation fonctionnelle pour adultes), 
ainsi que l'Ehpad Les Ombrages qui le jouxte, sont tous les deux gérés par l'UGECAM Centre.
Faits divers - Justice https://www.laprovence.com/faits-divers-justice

Pontarlier : suspicions d'euthanasies à l'Ehpad

Quelqu’un à l’Ephad du Larmont, aux portes de Pontarlier (Doubs), a-t-il accéléré les fins de vie de résidents, et si oui, selon quels procédés ? Ces questions sont posées de manière officielle. La famille d’une patiente décédée dans de troublantes circonstances, au printemps 2018, a déposé un signalement à l’Agence Régionale de Santé (ARS). Cette dernière a ouvert une enquête administrative.
Début décembre, une inspection étalée sur deux jours a été menée au sein de cet Ehpad. Les premiers éléments recueillis ont été jugés suffisamment inquiétants pour qu'à son tour, l’ARS saisisse le parquet de Besançon.

Des premiers constats "préoccupants", selon le parquet

"Les premiers constats qui m’ont été apportés sont préoccupants", confirme à L’Est Républicain le procureur de la République, Étienne Manteaux, "c'est pourquoi j’ai décidé d’ouvrir une enquête préliminaire pour homicide involontaire."
Deux éléments retiennent d’ores et déjà l’attention de la justice, explique le procureur : "Une surmortalité des résidents de cet établissement comparée à la moyenne nationale d’une part, et l’utilisation de molécules jamais ou rarement utilisées dans la majorité des Ehpad d'autre part".

 De nouvelles expertises judiciaires à venir

Dans les jours à venir, l’ARS délivrera un rapport définitif, qui précisera le résultat de ses investigations. Dans l’attente, un médecin de l’Ehpad a été mis à pied à titre conservatoire. Il est difficile, à ce stade, de prédire l'orientation pénale de ce dossier. La direction de l'hôpital de Haute-Comté, dont dépend l'Ehpad, s'abstient pour l'heure au silence, « pour le respect et la sérénité du dossier en cours ».
Outre le cas initial ayant déclenché la procédure, plusieurs autres morts prêtant à confusion retiendraient l’attention des inspecteurs. "Le nombre de cas est inconnu pour le moment, je suis dans l’attente de ce rapport définitif", indique Étienne Manteaux. Le moment venu, de nouvelles expertises judiciaires d’ordre médical seront sans doute diligentées par le parquet de Besançon, ajoute le procureur. Ces investigations devraient durer de longs mois.


jeudi 24 janvier 2019

Paris: un homme percuté par un train gare Saint-Lazare

Un homme a été percuté par un train ce matin gare Saint-Lazare à Paris, où le trafic a été fortement perturbé, selon la SNCF et les pompiers.
"Nous sommes intervenus peu après 08h00 pour un homme tombé sur les voies. Il est gravement blessé et a été rapidement transporté à l'hôpital", ont déclaré les pompiers.
Le trafic a été totalement interrompu tôt dans la matinée, en pleine heure de pointe, dans cette gare qui dessert l'ouest de la capitale. "Le trafic a repris progressivement depuis 07h55" et les perturbations devraient "se résorber dans le courant de la matinée", a précisé le service presse de la SNCF. Une enquête a été ouverte pour connaître les circonstances exactes de l'accident.
Selon une source proche, une rixe entre deux hommes, "des toxicomanes", est survenue au départ d'un train intercités pour la Normandie. "L'un d'eux est tombé sur la voie alors que le train avait commencé à démarrer". Les lignes concernées par les perturbations sont les trains intercités vers la Normandie et le Transilien L et J vers l'Ouest.http://www.lefigaro.fr/flash-actu/
  1. Flash Actu http://www.lefigaro.fr/flash-actu/

samedi 19 janvier 2019

Rappels de lots d'antibiotiques en poudre pour enfants et nourrissons

C’est le moment de regarder dans votre pharmacie. Quatre lots d'antibiotiques en poudre du laboratoire Sandoz destinés aux enfants et aux nourrissons ont été rappelés. Le problème réside dans la notice d’utilisation, déclare ce vendredi l’Agence du médicament (ANSM).
Il s’agit de « deux lots d’amoxicilline/acide clavulanique Sandoz 100 mg/12,5 mg par ml nourrissons, poudre pour suspension buvable en flacon (flacon 30 mL), et deux lots d’amoxicilline/acide clavulanique Sandoz 100 mg/12,5 mg par ml enfants, poudre pour suspension buvable en flacon (flacon 60 ml) ».

Concernant les nourrissons, le premier lot a été commercialisé à partir de janvier 2018 et les stocks sont donc quasiment épuisés. Quelque 31.000 boîtes du second sont toujours disponibles. Les numéros de lots sont HP6041 (péremption : 30/11/2020) et HP6043 (péremption : 30/11/2020). Concernant les enfants, 24.000 boîtes du premier lot et 13.000 boîtes du second sont toujours disponibles. Les numéros de lots sont JA0287 (péremption : 30/06/2021) et HZ6881 (péremption : 30/06/2021).

Un risque de sous-dosage


Ces antibiotiques se présentent sous la forme d’une poudre contenue dans un flacon. Il faut la diluer avec de l’eau uniquement avant la première utilisation, pour obtenir un liquide qu’on administre à l’enfant en lui faisant boire. Or, la notice des lots rappelés peut, à tort, « laisser penser qu’il est nécessaire de rajouter de l’eau avant chaque prise », souligne l’ANSM. Dans ce cas, le médicament sera trop dilué et la dose administrée ne sera pas suffisante.

« La qualité de la poudre du médicament n’est pas remise en cause », souligne l’ANSM, selon laquelle seule la notice pose problème. Pour des enfants dont le traitement est en cours, si le dosage a été mal fait et le flacon rempli d’eau à chaque utilisation, l’ANSM recommande de consulter rapidement un médecin en l’informant du sous-dosage, et de ramener les boîtes à la pharmacie.

Si le flacon n’a été rempli par de l’eau qu’une fois en début d’utilisation, le traitement peut être poursuivi. Pour des enfants dont le traitement est terminé, si le dosage a été mal fait mais que l’enfant ne présente aucun symptôme, il faut contacter son médecin pour l’informer du sous-dosage. Si l’enfant présente des symptômes, il faut consulter rapidement son médecin en l’informant du sous-dosage.


lundi 14 janvier 2019

Vaucluse : un homme retrouvé mort, attaché à une chaise

Un homme a été retrouvé mort, attaché à une chaise, dans une maison d’hôtes de la commune de Piolenc (Vaucluse), samedi soir, relate Le Dauphiné Libéré.
Les gendarmes ont retrouvé des accessoires sexuels autour du quadragénaire.

La piste criminelle est privilégiée.

A la Une https://www.dna.fr/

mardi 25 décembre 2018

Rappel de lait: 38.016 litres concernés

Le rappel de lait produit par la coopérative française Sodiaal, en raison de la présence de résidus de produits de nettoyage, a concerné 38.016 litres de lait, à destination essentiellement de la restauration collective.
"Le retrait rappel concerne 44 palettes (38.016 litres) dispatchées dans une douzaine de départements", a indiqué à l'AFP le ministère de l'Agriculture.
Des chiffres corroborés par une porte-parole de Sodiaal, qui précise qu'ils concernent majoritairement la restauration collective et qu'il y a eu "un seul appel" de ce type de client. Toutes les briques ne sont pas contaminées, mais la réglementation prévoit le rappel de l'ensemble du lot.
Concernant la vente directe au grand public, "moins de 600 briques" de lait, qui devaient être vendues dans des supermarchés Système U, ont été concernées par ce rappel, selon cette porte-parole, qui précise que la coopérative n'a reçu aucun signalement de consommateurs malades.
Elle ajoute que la procédure de retrait/rappel, débutée le 8 décembre, touche à sa fin.
Le lot 18312 de lait demi-écrémé, de la marque "J'aime le lait d'ici", provenait de l'usine de Campbon (Loire-Atlantique), à quelques kilomètres de Nantes, selon cette porte-parole. Il porte la date de péremption du 8 mars 2019, un horaire de production entre 8h40 et 11h54, ainsi que l'agrément sanitaire FR 44-025-001.
La société C SA, qui commercialise le produit pour Orlait, a procédé à ce retrait/rappel après avoir reçu "une réclamation pour du lait de couleur brune", a précisé Sodiaal.
Cet incident est lié à une erreur humaine" et "s'est produit sur une très courte durée, environ deux minutes dans la ligne de production", selon la première coopérative de lait française.
La marque "J'aime le lait d'ici" appartient à Orlait, dont Candia, elle-même filiale de Sodiaal, est l'actionnaire majoritaire.
  1. Flash Eco http://www.lefigaro.fr/flash-eco

lundi 24 décembre 2018

Gard : un aqueduc plus que centenaire s'effondre subitement

Un aqueduc plus que centenaire s'est effondré dimanche 23 décembre au soir à Comps (Gard), sans faire de victimes, a-t-on appris lundi auprès des pompiers. Huit arches de l'aqueduc en pierre édifié entre 1892 et 1900 à Comps (entre Nîmes et Avignon) pour acheminer l'eau du Rhône à Nîmes se sont subitement effondrées vers 22 heures dimanche soir. 

"La structure de 200 mètres de long s'est subitement effondrée sur une centaine de mètres", ont décrit les pompiers du Gard dans un communiqué. D'après le quotidien Midi Libre, c'est le maire du village, habitant tout près, qui a été alerté par un "fracas assourdissant" et a appelé les secours. 




Un aqueduc plus que centenaire s'effondre subitement dans le Gardhttps://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/gard-un-aqueduc-plus-que-centenaire-s-effondre-subitement-7796031609

dimanche 23 décembre 2018

Rappel de briques de lait contaminées par des résidus de détergent

Un lot de briques de lait, de la marque "J'aime le lait d'ici", contenant des résidus de produits de nettoyage a fait l'objet d'une mesure de rappel et de retrait, a indiqué dimanche la coopérative de lait française Sodiaal. Le lot 18312 de lait demi-écrémé est concerné en raison "de la présence de résidus de produits de nettoyage constatée dans certaine briques de lait", selon l'affichette de retrait/rappel destinée aux consommateurs. Il porte la date de péremption du 8 mars 2019, un horaire de production entre 8h40 et 11h54, ainsi que l'agrément sanitaire FR 44-025-001. Ni la zone géographique, ni la composition des détergents responsables de la contamination, ne sont précisées dans la fiche d'information.
La société C SA, qui commercialise le produit pour Orlait, a procédé à ce retrait/rappel après avoir reçu "une réclamation pour du lait de couleur brune", a précisé Sodiaal qui détient notamment les marques Candia, Entremont, Le Rustique, Coeur de Lion, RichesMonts, Régilait, ou encore Yoplait. "Cet incident est lié à une erreur humaine" et "s'est produit sur une très courte durée, environ deux minutes dans la ligne de production", a souligné la première coopérative de lait française qui dit n'avoir reçu "aucun signalement de consommateurs malades", contrairement à des allégations en ce sens qui circulent sur Facebook. "Une analyse" a été lancée à la suite de ce problème qui concerne des "réseaux de distributeurs spécialisés dans la restauration et quelques magasins Systèmes U", selon Sodiaal
  1. Flash Ecohttp://www.lefigaro.fr/flash-eco