vendredi 7 décembre 2018

Un blessé léger à Etaves-et-Bocquiaux


L’intersection entre la D13 et la D31 à Etaves-et-Bocquiaux a été, ce vendredi 7 décembre, le théâtre d’un nouvel accident de la circulation. Il a impliqué deux véhicules et trois personnes, dont une légèrement blessée.

Il est aux alentours de 12h30 quand un jeune homme au volant d’une Peugeot arrive à l’intersection en provenance d’Aisonville. « J’ai marqué le stop en discutant avec ma compagne. Lorsque j’ai voulu redémarrer j’ai pris soin de bien regarder des deux côtés, je ne comprends pas car une fois engagé, nous nous sommes percutés », confie le conducteur
Une faute d’inattention qui provoque une collision avec la conductrice d’une Toyota arrivant de la droite. Cette dernière parvient à stopper son véhicule sans dommage mais la Peugeot finit sa course sur le terre-plein. Légèrement blessée, la passagère du véhicule a été transportée par les pompiers de Fresnoy-le-Grand au centre hospitalier de Saint-Quentin pour y subir des examens.

Les gendarmes de la communauté de brigades de Bohain-en-Vermandois ont procédé aux constatations d’usage et soumis les conducteurs au dépistage alcoolémie…………  LIRE DANS LE JOURNAL L'AISNE NOUVELLE ………….  n mineur écroué après l’incendie d’un véhicule à Saint-Quentin http://www.aisnenouvelle.fr/82258/article/2018-12-07/un-mineur-ecroue-apres-lincendie-dun-vehicule-saint-quentin

jeudi 6 décembre 2018

«On veut manifester jusqu’à ce que les gilets jaunes prennent le relais», les lycéens de Guise se joignent au mouvement des gilets jaunes



Ce matin, aux alentours de 9 h 30, une quarantaine de lycéens de l’établissement Françoise Dolto se sont regroupés pour manifester contre les réformes du gouvernement.
Dans sa voiture, Sébastien 35 ans, patiente au rond-point occupé par un barrage filtrant : « Qu’ils continuent. J’irai manifester samedi aussi. C’est la galère partout. »
Alors que les lycéens reprennent le slogan : Macron démission !
Aurélie 34 ans, a manifesté le 17 novembre et filme la scène en direct sur fb : «  Je les soutiens bien sûr et je filme pour qu’on voie que Guise aussi bouge. »
Sur les routes de Guise, les bouchons s’allongent avec de nombreux poids lourds bloqués.
Océane qui semble prendre l’organisation en main, récolte des signatures pour annoncer en préfecture un blocage de la zone commerciale de la commune cet après-midi. Le délai risque d’être court.
Le rond-point est dégagé les lycéens se dirigent vers la zone commerciale………… LIRE DANS LE JOURNAL L'AISNE NOUVELLE ………….. 
Gilets jaunes

[VIDEO] «On veut manifester jusqu’à ce que les gilets jaunes prennent le relais», les lycéens de Guise se joignent au mouvement des gilets jaunes http://www.aisnenouvelle.fr/82204/article/2018-12-06/video-veut-manifester-jusqua-ce-que-les-gilets-jaunes-prennent-le-relais-les


mercredi 5 décembre 2018

Un nourrisson tué dans une collision

L’alerte a été donnée aux alentours de 16 h 50. Un choc frontal d’une grande violence venait de se produire sur la route départementale 90B, entre Saizerais et Liverdun. À la tombée de la nuit et sur une chaussée humide, une Renault Twingo est entrée en collision avec une Audi A4 break dans la ligne droite, à la sortie de Liverdun.
Les secours, venant des casernes de Pont-à-Mousson, Pompey, Nancy-Gentilly et de Toul avec quatre véhicules de secours et d’assistance aux victimes, un fourgon-pompe tonnes et un véhicule léger de commandement, arrivaient rapidement sur les lieux, épaulés par deux équipes du SMUR. L’état des deux voitures laissait présager le pire et confirmait la violence du choc.
Placés sous les ordres du lieutenant David Godenir, dix-huit sapeurs-pompiers portaient secours aux victimes qui étaient à l’extérieur des habitacles. Au niveau de la Twingo, un nourrisson, âgé de quelques mois, était en arrêt cardio-respiratoire à l’arrivée des secours. Ces derniers n’ont malheureusement rien pu faire pour le bambin.
Une autre équipe du SMUR prenait en charge la conductrice, la maman, âgée de 25 ans, en arrêt cardio-respiratoire, elle aussi. Elle parvenait à la ranimer avant de la médicaliser pour la transférer à l’hôpital central de Nancy. Son pronostic vital est mardi soir très engagé.
À bord de la berline allemande, trois occupants, parmi lesquels une femme, âgée de 42 ans, légèrement blessée, qui a été dirigée vers le service urgences nancéiennes.
Durant plusieurs heures, la RD 90B a été totalement fermée à la circulation. Sur place, les gendarmes de la brigade autonome territoriale de Liverdun procédaient aux premières constatations afin de recueillir le maximum d’éléments permettant de faire la lumière sur les circonstances exactes de ce terrible accident.






































































































































































































































































mardi 4 décembre 2018

Accident à Saint-Vit : un adolescent renversé sur un passage piéton

La scène a eu lieu ce lundi à Saint-Vit vers 18h40, en plein orage. Un jeune habitant de la commune âgé de 14 ans a été renversé par une voiture alors qu’il rentrait du collège, selon la gendarmerie.
Le manque de visibilité, dû à la pluie et à l’obscurité, aurait joué un rôle dans les causes de cet accident.
Sévèrement blessée, notamment au bras et à la jambe, la victime a été prise en charge par les pompiers, puis transportée au CHRU Minjoz. Son pronostic vital n’est pas engagé.

mercredi 28 novembre 2018

Attention danger! Des cocottes-minute, vendues notamment sur Internet, ne sont pas conformes


Des cocottes-minute dangereuses. Une action de contrôle visant à vérifier la conformité de la tenue à la pression des autocuiseurs, couramment dénommés cocottes-minute, est actuellement menée par la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) des Hauts-de-France, a-t-on appris, ce mercredi.

Sont notamment visés les appareils mis en vente via Internet. « Pour éviter les risques de brûlures, les fabricants d’autocuiseurs doivent prévoir des dispositifs conformes aux exigences de sécurité fixées par une directive européenne. Par exemple, il ne doit pas être possible d’ouvrir un autocuiseur sous pression », rappelle la préfecture du Nord.

Un fabricant sanctionné


Une trentaine de modèles ont été prélevés chez les distributeurs concernés et dans les entrepôts des enseignes de la distribution en ligne. « Si tous les essais ne sont pas terminés, il apparaît d’ores et déjà que certains modèles d’autocuiseurs ne répondent pas aux exigences essentielles de sécurité », prévient la préfecture.

« A ce jour, cinq rappels de produits ont été effectués. En parallèle, une amende administrative a été prise par la préfecture de police de Paris à l’encontre d’un fabricant », précise les autorités.

Selon la préfecture, quatre incidents ont été identifiés en France, dont trois avec des brûlures de personne au second degré, depuis le début de l’opération de surveillance. « Les descriptions de l’accident faites par les victimes sont similaires : une ouverture brutale lors de la manipulation du couvercle, la projection du contenu dans l’environnement et une projection en arrière de la victime », note le communiqué.

dimanche 25 novembre 2018

Un jeune homme écrasé par un train près de Bohain-en-Vermandois



Ce samedi 24 novembre, vers 12 h 30, un train de voyageurs circulant en direction de Lille a percuté un jeune homme, entre Bohain-en-Vermandois et Busigny. La victime, originaire du Vaucluse et domiciliée à Lorient en Bretagne, est morte sur le coup. Elle se serait trouvée subitement sur le passage du train. Les voies, difficiles d’accès, ont obligé les secours à marcher plus d’un kilomètre en direction du Nord pour accéder au corps, après un accès par un pont au lieu-dit Becquignette. La thèse du suicide, plus que de l’accident, est privilégiée…………..  LIRE DANS LE JOURNAL L'AISNE NOUVELLE …………..  Un jeune homme écrasé par un train près de Bohain-en-Vermandois http://www.aisnenouvelle.fr/81672/article/2018-11-24/un-jeune-homme-ecrase-par-un-train-pres-de-bohain-en-vermandois

mercredi 21 novembre 2018

Mulhouse: Un enfant décède après avoir été frappé parce qu'il ne voulait pas faire ses devoirs

Le décès du petit garçon date du 17 septembre. Mais l’arrestation de quatre membres de sa famille est intervenue mardi et ils devraient être présentés jeudi devant le parquet de Mulhouse, dans le Haut-Rhin.

France Bleu Alsace, citant une source policière, indique qu’ils sont soupçonnés d’avoir provoqué la mort de l’enfant de 9 ans en le frappant avec des objets contondants (notamment un manche à balai) parce qu’il refusait de faire ses devoirs. Son frère, sa mère et deux autres membres de sa famille sont en garde à vue au commissariat mulhousien. Le premier est l’auteur principal présumé de l’homicide, les autres pourraient être poursuivis pour complicité ou incitation et non dénonciation

Carambolage sur la RN44 entre Chalons et Reims




Carambolage sur la RN44 entre Chalons et Reims

Plusieurs dizaines de Véhicules accidentés . Voitures camionnettes et Poids lourds.

dimanche 18 novembre 2018

Besançon : une voiture en feu sur le campus de la Bouloie

Les riverains ont été alertés par le bruit d’une explosion. Ce samedi aux alentours de 22 h, une voiture a pris feu sur le campus de la Bouloie, rue de l’Épitaphe, sur un parking d’une résidence étudiante près de l’IUT.
Les secours sont rapidement venus sur les lieux pour circonscrire l’incendie. Puis le protocole habituel : un camion de dépannage est venu emmener le véhicule
l est trop tôt pour savoir si cet incendie est criminel ou non. Pour l’heure, il semblerait en tout cas qu’il s’agisse d’un fait divers isolé. L’enquête permettra d’en savoir plus. Pour rappel : trois voitures avaient été incendiées au centre-ville de Besançon au début du mois. En octobre, pas moins de huit véhicules avaient été incendiés dans la même nuit.

vendredi 16 novembre 2018

Deux morts : prison avec sursis requis pour un jeune conducteur alcoolisé après un choc frontal aux Bréseux (25)

Le départ pour le championnat de France d’été de biathlon 2 017 aurait dû être un moment de joie. Il restera une tragédie : ce jour-là, le conducteur d’une 405 et sa passagère avant sont morts, tandis que les passagers à l’arrière ont été blessés, à la suite à une violente collision avec un autre automobiliste sur la RD 437.
Il est tôt, environ 6 h 45, en ce dimanche matin du 17 septembre 2017. Les occupants du véhicule entament leur journée et le véhicule peut démarrer en direction d’Arçon, où le conducteur de 52 ans est attendu avec les autres passagers en tant que bénévoles. En face, cependant, une 208 GTI se déporte, conduisant au drame. L’accident, ultra-violent, réveille même des habitants de la commune des Bréseux.
Dans la voiture sportive, le conducteur, 22 ans au moment des faits, ramenait deux amis après une soirée de retrouvailles entre anciens lycéens. Circonstance aggravante, l’analyse a indiqué qu’il présentait un taux d’alcoolémie de 0,82 g/l de sang, alors qu’il était censé avoir arrêté de boire depuis 23 h, veille de l’accident. « L’alcool, la vitesse et le fait de ne pas avoir dormi depuis longtemps. Il y avait tout pour qu’il y ait un problème », affirme une l’avocate d’une victime, ce jeudi, au tribunal de grande instance de Montbéliard.
« Évidemment qu’il est responsable moralement, il est conducteur d’une voiture qui a eu un accident avec une autre voiture où il y a eu deux décès. C’est un garçon accablé, anéanti par le chagrin qu’il a causé », s’exprime Me Euvrard, l’avocat du jeune homme, à la sortie de l’audience.

Trois ans avec sursis requis contre le conducteur

Pourtant, selon ce dernier, cela n’induit en rien une quelconque responsabilité pénale. C’est en tout cas ce qu’il a affirmé à la présidente, Cécile Rouvière. L’avocat, après avoir avoué la complexité de traiter une affaire d’homicide involontaire, s’est empressé d’indiquer durant l’audience à quel point le dossier qui lui avait été transmis « était affligeant ». « Ce qui a été fait dans ce dossier est de la divination juridique », a-t-il ensuite ajouté.
Me Euvrard a eu beau indiquer que les témoignages des occupants des voitures étaient contradictoires, ou encore qu’il était impossible de déterminer le chiffrage d’alcoolémie exact avec le dossier existant, le procureur a requis trois années de prison avec sursis ainsi que l’annulation et l’impossibilité de passer le permis durant cinq ans. Sans toutefois chiffrer une amende, comme certaines victimes collatérales le souhaitaient.
Le jugement pour cette affaire d’homicide involontaire sera rendu dans quelques jours, jeudi 22 novembre prochain.

mercredi 14 novembre 2018

Double accident mortel à Port-sur-Saône : le motard était ivre et sans permis

Le parquet de Vesoul a communiqué ce mardi les résultats de l’enquête sur le tragique accident de moto survenu dans la nuit de vendredi à samedi à Port-sur-Saône. Deux jeunes d’une vingtaine d’années, originaires de la commune, avaient trouvé la mort après avoir percuté un muret sur la RN 19.
« Il apparaît que le conducteur de la moto n’avait plus de permis suite à un contrôle en Meurthe-et-Moselle le 27 octobre dernier », révèle Emmanuel Dupic, procureur de la République. « Il avait déjà été condamné en 2016 pour alcool au volant et il roulait avec 2,22 g/l d’alcool dans le sang au moment de l’accident. »
« Le parquet dénonce de tels comportements qui font courir un risque inadmissible aux autres usagers de la route », réagit le procureur. « La répression des récidivistes en matière d’alcool ou de stupéfiants au volant va se poursuivre. »
Par ailleurs, un accompagnement psychologique a été proposé aux familles des victimes. Leurs proches peuvent être pris en charge, s’ils le souhaitent, dans le cadre de la nouvelle unité médico-judiciaire et d’aide aux victimes mise en place à l’hôpital de Vesoul.