mercredi 16 août 2017

Un retraité tué sur la route près de Toulouse

Dramatique 15 août sur les routes. Un automobiliste de 87 ans est mort en fin de matinée au cours d'un accident de circulation, à Thil, dans l'ouest toulousain.
Vers 12h45, la voiture Peugeot 307 de ce retraité, un homme domicilié à Tournefeuille, est entrée en collision avec un autre véhicule dans lequel se trouvaient un couple  et deux enfants de 5 et 2 ans. Lors de la collision, le conducteur de 87 ans a été violemment percuté sur son côté gauche.
Il est décédé au moment de son transport à l'hôpital malgré les soins d'urgence prodigués. Sa passagère, une femme de 77 ans, a été blessée et prise en charge par les secours.
Dans l'autre voiture, le couple et les deux enfants circulant à bord d'une Peugeot 207 sont indemnes. Les gendarmes de la compagnie de Toulouse-Mirail se sont rendus sur les lieux pour effectuer les constatations.
L'accident s'est produit à un stop, sur une route départementale. Le véhicule de la malheureuse victime n'aurait pas respecté l'arrêt obligatoire au croisement

Thilhttp://www.ladepeche.fr/communes/thil,31553.html

Elle découvre des pièces de métal dans ses surgelés Findus

Une découverte qui fait mal aux dents. Samedi, une jeune femme de 27 ans, habitante du Val-d'Oise, a découvert trois morceaux de métal... dans la boîte de pommes noisettes surgelées Findus achetée trois jours plus tôt, rapporte Le Parisien.
La consommatrice a découvert le pot-aux-roses alors qu'elle s'apprêtait à cuisiner le produit pour son fils de 17 mois. Une pièce métallique, une rondelle et un boulon s'étaient invités dans le paquet.

Leclerc propose un remboursement

Sa mère de 54 ans, avec qui elle avait acheté le paquet dans un magasin Leclerc à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), a prévenu l'enseigne.
Le magasin a décliné toute responsabilité mais leur a proposé un remboursement. Ce qui n'intéresse pas les deux femmes, qui jugent plus important que les consommateurs soient prévenus d'un tel désagrément.

Findus ouvre une enquête interne

Auprès du Parisien, Findus a réagi à l'incident, que la marque juge "plus gênant qu’inquiétant". Elle précise que : "Cela n’a pas de conséquence sur la santé. Et en 50 ans, cela reste un cas très rare".
Findus indique également que des détecteurs de métaux sont installés sur toutes les lignes de production.
La marque a néanmoins ouvert une enquête interne pour remonter la chaîne qualité et déterminer l'origine des pièces métalliques trouvées par la consommatrice.
  • Faits divershttp://www.estrepublicain.fr/faits-divers
  • mardi 15 août 2017

    Un accident fait un mort et blessé grave en Corse

    Le bilan est beaucoup plus lourd qu'espéré initialement : l'accident qui a eu lieu hier soir peu après 22h30 à la sortie nord de Ponte Novu, sur la commune de Castellu di Rustinu (Corse), a finalement fait un mort et un blessé grave. Deux véhicules sont apparemment entrés en choc frontal. Deux autres personnes ont été plus légèrement blessées dans l'accident.

    accident fait un mort et blessé grave en Corsehttp://www.laprovence.com/actu/en-direct/4579021/un-accident-fait-un-mort-et-blesse-grave-en-corse.html

    Tentative de suicide : il fonce sur une pizzeria et tue une enfant

    Ce que l'on sait ce mardi matin
    Lundi peu après 20 heures dans le village de Sept-Sorts (Seine et Marne), un homme né en 1985 est sorti de la route sur laquelle il roulait dans sa BMW pour foncer sur une pizzeria. De nombreux clients s’y trouvaient. 
    Une jeune fille d’une douzaine d’années a trouvé la mort et un petit garçon de trois ans a été gravement blessé. Selon BFM, il s'agirait du petit frère de la fillette décédée. Il est actuellement hospitalisé à l’hôpital Necker de Paris. Quatre autres personnes ont été gravement blessées et huit légèrement, a indiqué le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb dans un communiqué, en faisant part de son «effroi».
    «Il n’y a aucun doute possible sur le fait qu’il a volontairement décidé» de commettre cet acte, a affirmé le procureur adjoint de Meaux, selon qui il est «hautement vraisemblable» que le conducteur ait été sous l’emprise de stupéfiants. Par ailleurs, «les premiers éléments ne vont pas dans le sens d’une piste et d’une action terroristes», a également souligné le porte-parole du ministère de l’Intérieur Pierre-Henry Brandet.
    Inconnu des services de renseignements et de la justice, l’homme au volant de la voiture a été «interpellé par des gendarmes immédiatement» et «n’a pas opposé de résistance», a ajouté Pierre-Henry Brandet. 
    23 h 30 : le ministère de l'Intérieur indique que 13 personnes sont blessées. Cinq sont en urgence absolue.
    22 h 59 : Le Monde rapporte qu'une arme de type kalachnikov a été trouvée dans la voiture. Les démineurs ont été dépêchés sur place pour fouiller le véhicule.
    22 h 55 : le petit frère de la jeune fille tuée fait partie des blessés graves, son pronostic vital est engagé
    22 h 51 : un autre enfant serait dans un état critique, selon BFMTV
    22 h 40 : d'après les premières constatations, l'homme n'est pas connu des services de renseignement. Les enquêteurs de la section de recherche de Paris sont en train de vérifier les dires du conducteur. 
    22 h 38 : il y a 12 blessés, dont quatre en urgence absolue
    22 h 36 : le conducteur serait âgé d'une trentaine d'années. Il n'est pas connu des services de renseignement et de la justice, a précisé Pierre-Henry Brandet
    22 h 30 : Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur, parle d'une enfant de 13 ans tuée. Il indique que quatre blessés sont en urgence absolue.

  • Faits divhttp://www.estrepublicain.fr/faits-divers/2017/08/14/une-voiture-fonce-dans-une-pizzeria-des-blesses
  • Faits div

  • lundi 14 août 2017

    Aude: elle sauve la vie à une conductrice

    Samedi vers 5 h du matin, sur la route départementale 35, entre Laure-Minervois et Villarzel-Cabardès, près du château de Villarlong, une voiture a soudain quitté sa trajectoire et terminé sa course dans le fossé.
    Quelques minutes plus tard, elle a pris feu. Des minutes qui auraient pu être fatales à la conductrice. En fait, elle doit la vie sauve à un couple d’Allemands qui habite un domaine situé pratiquement en face du lieu de l’accident. « Il était environ 4 h 15 du matin quand ma femme a été réveillée par un bruit de moteur qu’on essayait de redémarrer », explique le mari. Elle s’est donc levée puis elle est sortie pour aller se rendre compte. Et c’est là qu’elle a vu la voiture dans le fossé, qui commençait à brûler, avec une conductrice à l’intérieur qui, effectivement, tentait de redémarrer. Elle s’est alors précipitée vers l’habitacle afin de dégager la personne. Ce qu’elle a fait. Et peu après la voiture a pris feu complètement.
    La sauveteuse improvisée a alors appelé son mari, craignant que les flammes ne se propagent à la végétation. Un incendie évité « Moi, j’étais resté endormi et les cris de ma femme m’ont réveillé. J’ai aperçu le feu et je suis sorti avec des extincteurs. Sur place, j’ai constaté que des flammes commençaient à s’attaquer aux herbes. Alors j’ai utilisé les extincteurs, cinq au total, pour les éteindre. »
    Auparavant, le couple avait évidemment pris soin d’alerter les secours. Les pompiers de Laure-Minervois sont donc arrivés peu après de même qu’une ambulance ainsi que les gendarmes. « L’ambulance a pris en charge la conductrice. Je crois qu’elle était légèrement blessée. »
    Sans l’intervention de ce couple d’Allemands, encore impressionné par ces événements nocturnes, une automobiliste aurait vraisemblablement péri dans les flammes et, qui sait, un incendie se serait propagé dans la nature. « J’ai eu le temps de prendre une photo après notre sauvetage », confie le mari. Photo d’un souvenir marquant, pour le moins
    Aude: elle sauve la vie à une conductricehttp://www.lindependant.fr/2017/08/13/aude-elle-sauve-la-vie-a-une-conductrice,3041837.php


    2 enfants retrouvés après 5h de recherche

    Deux garçons de 5 et 7 ans ont été retrouvés, dimanche, au bout de 5 heures de recherche rapporte L'Yonne Républicaine. Les enfants avaient quitté un mariage à Auxerre dans l’Yonne pour s’amuser dans les bois. 
    Louane, 5 ans, le fils de la mariée, et son très jeune oncle de 7 ans, se sont amusés à aller d'un arbre à un autre dans les bois tout proches de la salle de la noce. Pour se rendre finalement compte qu'ils s'étaient perdus, la nuit tombée.
    50 hommes, pompiers, gendarmes et policiers avec 3 chiens des brigades cynophiles de l’Yonne et de l’Essonne ont ratissé la zone aux côtés des invités, mais c'est finalement la caméra thermique de l'hélicoptère de Dijon qui a permis de localiser les enfants à 01h20 du matin.
    Selon les premiers éléments, les enfants ne seraient pas traumatisés.

    1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

    Des Français blessés dans une explosion dans un immeuble à Lisbonne

    Deux Français et deux Allemands ont été blessés dimanche soir dans une explosion suivie d'un incendie dans un immeuble d'un quartier de Lisbonne très prisé des touristes, ont annoncé les autorités locales.
    Au total, l'incident a fait cinq blessés. Ils sont tous de nationalité étrangère et deux d'entre eux se trouvaient dans un état grave, a indiqué l'adjoint au maire de Lisbonne en charge de la protection civile, Carlos Castro, qui avait précédemment fait état de six blessés.
    Deux Français ont été hospitalisés après avoir été légèrement blessés alors qu'ils passaient dans la rue au moment de l'explosion, a déclaré ce responsable, cité par le journal Publico.
    Un couple d'Allemands qui logeait dans un appartement touristique loué à des particuliers a également été blessé. La femme a été admise dans un hôpital de la capitale portugaise, tandis que son compagnon a été transporté vers l'hôpital de Coimbra, dans le centre du pays, après avoir été gravement brûlé.
    Au moment de l'explosion, une dizaine de personnes se trouvaient à l'intérieur de cet immeuble du quartier d'Alfama.
    L'incendie provoqué par l'explosion a été maîtrisé par les pompiers en l'espace d'environ une heure.
    Les causes de l'explosion n'étaient pas établies officiellement mais, d'après les médias locaux, des riverains s'étaient plaints d'une forte odeur de gaz dans l'immeuble.

    1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

    dimanche 13 août 2017

    Côtes-d'Armor: un mort dans un incendie, le reste de la famille sauvé par des jeunes

    Une ancienne boulangerie a été ravagée par les flammes ce matin à Paimpol (Côtes-d'Armor), faisant une victime, selon les informations du journal Ouest-France
    Un homme de 85 ans est "resté prisonnier des flammes". Son épouse, âgée elle aussi de 85 ans, sa fille (47ans) et son petit-fils, présents dans le bâtiment, sont eux sain et sauf. Et ce, grâce à l'héroïsme de quatre jeunes hommes, rapporte le quotidien.
    Les jeunes âgés de 16 à 19 ans "ont réagi héroïquement en voyant la fumée qui s'échappait de la maison". Selon le journal, ils ont essayé de forcer la porte, avant de trouver un moyen d'entrer et de faire sortir les trois survivants par une fenêtre. 
    42 sapeurs-pompiers ont été mobilisé pour mettre un terme au sinistre. Jean-Yves de Chaisemartin, maire de Paimpol, a salué "l'attitude héroïque" des jeunes au journal. "Il y a une belle morale. Si ces jeunes n’avaient pas été là il y aurait eu quatre décès."

    1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

    Drame de Mouzay : ouverture d’une information judiciaire

    Du nouveau dans l’affaire du drame de Mouzay, petit village du nord de la Meuse, où un enfant de 5 ans a perdu la vie jeudi après-midi.
    Des pêcheurs ont découvert une voiture presque totalement immergée dans la Meuse canalisée bordant la D964.
    À l’intérieur, les sapeurs-pompiers ont extrait le corps d’un garçon de 5 ans qui n’a pu être ranimé par le personnel du SAMU 55.
    Le père de 42 ans, résidant dans l’Aube, qui conduisait la voiture a, lui, été sorti de l’habitacle vivant. Il a été transporté à l’hôpital de Verdun.
    L’enquête de gendarmerie, confiée à la brigade de recherches de Verdun et à la section de recherches de Nancy, devra faire toute la lumière sur cette affaire.
    Jeudi soir, le père, qui devait se marier samedi, avait été placé en garde à vue. Et l’enquête avait été ouverte pour homicide volontaire. La qualification avait ensuite évolué en « meurtre sur mineur de 15 ans ».

    Le dossier est dans les mains du juge d’instruction

    Comme prévu, le parquet de Verdun s’est dessaisi au profit de celui de Nancy samedi matin.
    La garde à vue du père a néanmoins été levée puisque ce dernier, au terme d’une audition visiblement compliquée, a fait l’objet d’une mesure d’hospitalisation en soins psychiatriques sans consentement à Verdun, nouvelle appellation de l’hospitalisation d’office.
    Enfin, samedi soir, le parquet de Nancy a ouvert une information judiciaire pour « meurtre sur mineur de 15 ans ».
    Le dossier est donc désormais dans les mains du juge d’instruction. Et lorsque le père de l’enfant ira mieux, il devrait être déféré devant le juge d’instruction pour une éventuelle mise en examen.
    L’autopsie du petit garçon, qui doit avoir lieu lundi à 14 h à l’Institut médico-légal de Nancy, sera déterminante pour connaître les conditions de la mort de l’enfant


    Drame de Mouzay : ouverture d’une information judiciairehttp://www.estrepublicain.fr/edition-de-verdun/2017/08/12/drame-de-mouzay-le-pere-hospitalise-d-office

    samedi 12 août 2017

    Isère: une mère de famille tué à l'arme blanche

    Une mère de famille de 29 ans a été tuée chez elle par arme blanche vendredi soir à Heyrieux (Isère). Son compagnon, interpellé sur les lieux du drame, a été placé en garde à vue, selon le parquet de Vienne.
    "La victime présentait plusieurs blessures par arme blanche, dont l'une mortelle", a précisé le parquet à l'AFP. Selon les premières constatations effectuées par les enquêteurs de la BR de Vienne et le médecin légiste, la victime a reçu 16 coups de couteau et a été égorgée, précise le Dauphiné Libéré.
    Alertés vers 22h00, "les secours ont découvert son corps près de la porte d'entrée, à l'intérieur du domicile du couple", a ajouté cette même source.
    Fortement alcoolisé, son compagnon, âgé lui aussi de 29 ans, "a été aussitôt appréhendé et placé en garde à vue". Il n'avait pas encore pu être entendu samedi matin et les circonstances exactes du drame ne sont pas connues pour l'instant.
    Trois jeunes enfants, l'un du couple et deux issus d'une précédente union de la victime, se trouvaient au domicile familial vendredi soir. Les enfants, qui n'ont pas été blessés, ont été pris en charge médicalement et psychologiquement et confiés à des proches.
    Une enquête pour homicide a été diligentée par le parquet de Vienne
    1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

    Le père en garde à vue

    Jeudi en début d’après-midi, un drame s’est noué à Mouzay dans le Nord de la Meuse. Un véhicule a été retrouvé par des pêcheurs, presque totalement immergé dans la Meuse canalisée.
    Les sauveteurs ont sorti du véhicule un homme de 42 ans résidant dans un village non loin de Bar-sur-Aube dans le département de l’Aube. Mais il semble qu’une partie de sa famille soit originaire de Meuse. L’homme a été transporté à l’hôpital de Verdun où ses jours ne sont pas en danger.
    Les pompiers ont également extrait de l’habitacle, le corps sans vie de son fils âgé de 5 ans.
    Les circonstances du drame restent encore floues et aucune piste n’est écartée par les enquêteurs pour le moment.
    Tout d’abord, une enquête a été ouverte, jeudi, pour homicide volontaire. Diligentée par le parquet de Verdun, elle a été confiée à la Brigade de recherches de Verdun et à la Section de recherches de Nancy. La qualification des faits a été modifiée par la suite, il s’agit désormais d’une qualification pour « meurtre sur mineur de 15 ans ». Le quadragénaire encourt donc la réclusion criminelle à perpétuité.

    Mariage prévu ce samedi

    Selon les derniers éléments, l’homme, qui a été placé en garde à vue à l’hôpital de Verdun dès jeudi soir, est un enseignant aubois. Il devait se marier samedi.
    Le quadragénaire a déjà été entendu par les enquêteurs et le sera encore prochainement. Des enquêteurs qui vont aussi entendre ses proches. Enfin, des investigations se sont déroulées vendredi sur les lieux du drame et au domicile du père.
    La garde à vue de l’homme doit être prolongée à partir de 20 h vendredi. Et samedi matin, « le parquet de Verdun se dessaisira au profit du pôle criminel de Nancy », confie Amaury Lacôte, procureur de Verdun par intérim.
    Le corps du petit garçon de 5 ans sera autopsié en début de semaine prochaine à l’Institut médico-légal de Nancy.
    Drame de Mouzay : enquête pour « meurtre sur mineur de 15 ans »http://www.estrepublicain.fr/edition-de-verdun

    vendredi 11 août 2017

    Troyes: trois morts dans l'accident d'une voiture fuyant la police

    Trois personnes, qui venaient de fuir un contrôle de police à Troyes dans la nuit d'hier à aujourd'hui, sont mortes dans l'accident de leur voiture lancée à vive allure, indique une source judiciaire.
    Vers minuit, des policiers en poste fixe ont tenté de faire arrêter une grosse cylindrée qui roulait trop vite avec quatre personnes à son bord. Mais la voiture a accéléré pour fuir le contrôle de police et les fonctionnaires, qui ne pouvaient pas se lancer à leur poursuite car ils procédaient à un autre contrôle, ont donné une alerte radio.
    Quelques minutes plus tard, dans un boulevard proche, des policiers ont découvert le véhicule encastré dans un arbre et embrasé. Trois de ses passagers sont morts tandis que le conducteur a été transporté à l'hôpital de Troyes, entre la vie et la mort, a rapporté la source judiciaire.
    Le conducteur, roulant à très vive allure pour fuir la police, avait perdu le contrôle de son véhicule à un carrefour, a précisé cette source. L'enquête n'a pas pour l'instant permis d'établir le profil des passagers. La voiture n'était pas volée.

    1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

    Un poids lourd transportant des "matières dangereuses" accidenté sur l’A10

    L’accident s’est produit ce vendredi matin à hauteur de Rouillé (Vienne) dans le sens Paris-Bordeaux.

    Peu avant 7 heures, un accident est survenu dans la Vienne, à Rouillé, sur l’autoroute A10 dans le sens Paris-Bordeaux. Deux véhicules sont impliqués dont un poids lourd transportant des "matières dangereuses" selon Bison Futé.
    L’accident entraîne une réduction du nombre de voies.
    Quelques heures plus tôt, vers 5 heures du matin, sur la commune de Thénac (près de Saintes) en Charente-Maritime, c’est un carambolage entre cinq véhicules dont un poids lourd qui avait nécessité la fermeture de voies dans le sens Paris-Bordeaux. La situation était revenue à la normale vers 7 heures.

    A La Unehttp://www.sudouest.fr/

    jeudi 10 août 2017

    Une cabine du téléphérique de Brest se décroche : les inquiétudes relancées à Toulouse ?

    Voilà qui risque de ne pas rassurer les Toulousains qui pourront, à l'horizon 2020, circuler à bord d'un téléphérique urbain de l'université Paul-Sabatier à l'Oncopole via Rangueil. Dans la nuit de mardi à mercredi, l’une des cabines du téléphérique de Brest a fait une chute de plusieurs mètres de haut lors d’une opération de maintenance . Cet incident qui n'a fait aucun blessé a provoqué la fermeture de la liaison de transport aérienne ce jeudi et jusqu'à ce que les conséquences de l'accident soient clairement analysées.

    Un téléphérique à Toulouse en 2020

    Système pionnier en France, le téléphérique de 500 mètres installé à Brest en 2016 par le constructeur BMF collectionne les déboires depuis sa mise en service. Coupures électriques à répétition survenues dès son lancement, ouvertures des portes anarchiques observées dans l'une des cabines, notamment en phase de transit à 50 mètres au-dessus du sol, et maintenant chute d'une nacelle pendant une opération de maintenance, sans que l'on sache encore s'il s'agit d'un défaut technique ou d'une erreur humaine...

    Le survol du lycée Bellevue contesté

    A Toulouse, c'est le constructeur Poma qui a été chargé de mettre au point le téléphérique qui circulera sur trois kilomètres entre l'université Paul-Sabatier et l'Oncopole via Rangueil. Ce projet validé en décembre 2016 par le syndicat de transports de Toulouse métropole représente un investissement de 54,6 M€ auxquels s'ajoute un budget de 38 M€ de frais de maintenance sur 20 ans. Avec sa technologie 3S (un câble tracteur, deux porteurs), le Téléphérique urbain sud sera équipé de cabines de 35 places (un demi-bus) et pourra théoriquement résister à des vents de 108 km/h maximum.
    Voilà qui risque de ne pas rassurer les Toulousains qui pourront, à l'horizon 2020, circuler à bord d'un téléphérique urbain de l'université Paul-Sabatier à l'Oncopole via Rangueil. Dans la nuit de mardi à mercredi, l’une des cabines du téléphérique de Brest a fait une chute de plusieurs mètres de haut lors d’une opération de maintenance . Cet incident qui n'a fait aucun blessé a provoqué la fermeture de la liaison de transport aérienne ce jeudi et jusqu'à ce que les conséquences de l'accident soient clairement analysées.

    Un téléphérique à Toulouse en 2020

    Système pionnier en France, le téléphérique de 500 mètres installé à Brest en 2016 par le constructeur BMF collectionne les déboires depuis sa mise en service. Coupures électriques à répétition survenues dès son lancement, ouvertures des portes anarchiques observées dans l'une des cabines, notamment en phase de transit à 50 mètres au-dessus du sol, et maintenant chute d'une nacelle pendant une opération de maintenance, sans que l'on sache encore s'il s'agit d'un défaut technique ou d'une erreur humaine...

    Le survol du lycée Bellevue contesté

    A Toulouse, c'est le constructeur Poma qui a été chargé de mettre au point le téléphérique qui circulera sur trois kilomètres entre l'université Paul-Sabatier et l'Oncopole via Rangueil. Ce projet validé en décembre 2016 par le syndicat de transports de Toulouse métropole représente un investissement de 54,6 M€ auxquels s'ajoute un budget de 38 M€ de frais de maintenance sur 20 ans. Avec sa technologie 3S (un câble tracteur, deux porteurs), le Téléphérique urbain sud sera équipé de cabines de 35 places (un demi-bus) et pourra théoriquement résister à des vents de 108 km/h maximum.
                            Faits divershttp://www.ladepeche.fr/faits-divers/

    Un employé du supermarché décède quelques minutes après avoir pris son poste

    Un salarié de la grande surface Intermarché, située au 45 avenue de Saint-Roman à Menton, a été victime d'un arrêt cardiaque ce mercredi matin aux alentours de 5 heures et demi, quelques minutes seulement après avoir commencé sa journée de travail. La victime, un Italien de 51 ans, est décédé malgré les efforts des secours.
    Les pompiers ont tout tenté pour le sauver. En vain. Un employé de libre service, dédié au rayon fruits et légumes du supermarché du val du Careï a été victime tôt ce matin d'un arrêt cardiaque alors qu'il venait de débuter sa journée de travail.
    "Il est arrivé à 5 heures et a commencé à travailler. Quinze minutes plus tard, il s'est plaint à une collègue de travail qu'il ressentait des douleurs thoraciques. Elle a appelé la sécurité qui a immédiatement appelé les pompiers qui sont arrivés dix minutes plus tard", explique la direction du magasin.
    Placé dans la salle de repos des employés du magasin, la victime était encore consciente à l'arrivée des secours. Il a perdu connaissance quelques minutes plus tard.
    Les pompiers ont alors tenté de le réanimer pendant près de 45 minutes. Arrivés sur place, les médecins du SMUR ont établi le certificat de décès.
                                         
  • Faits-Divers            http://www.nicematin.com/sujet/faits-divers
  • L'homme qui loge Murielle Bolle raconte sa nouvelle vie

    Mise en examen en juin plus placée en détention provisoire, Murielle Bolle a été libérée le 4 août... mais au prix d'un lourd contrôle judiciaire.

    Interdiction d'être dans les Vosges

    Elle a interdiction de se trouver dans le département des Vosges - où elle vit depuis toujours.
    L'homme qui lui a trouvé une solution d'hébergement dans un autre département, la Nièvre, raconte à nos confrères du Parisien le quotidien de cette femme de 48 ans, désormais suspecte et témoin dans l’affaire Grégory.

    Libérée de détention grâce à un ex-élu local de 75 ans

    Le "bon samaritain" qui a permis à Murielle Bolle de quitter la prison de Dijon et de recouvrer la liberté est un ancien élu local, aujourd'hui septuagénaire.
    Il raconte pourquoi il a fait ce choix et comment vit Mme Bolle: "Elle est arrivée vendredi, dans une BMW conduite par son fils. Par discrétion, et pour que la voiture ne soit pas vue, je leur ai permis de la stationner dans un de mes garages, dont l’ouverture est actionnée par télécommande. Je lui ai apporté ce qu’il fallait pour dîner", détaille-t-il simplement.
    "Elle était fatiguée, ajoute-t-il. Je ne lui ai posé aucune question."

    Petites douceurs pour moral en berne

    Depuis, dit-il, il se fait un devoir de lui remonter un moral en berne, en lui achetant notamment "des écrevisses - son plat favori - préparées à la sauce américaine, de chez un ami restaurateur d'Anost (Saône-et-Loire)."
    Mardi matin, il lui a "acheté à la boulangerie des brioches et un Paris-Brest."

    Dans un appartement de 55 m², seule

    Murielle Bolle vit donc recluse "dans un appartement de 55 mètres carrés environ, de 2 chambres, séjour, salle de bains et parquet, sans vis-à-vis avec vue sur la campagne", décrit son hôte.
    Aux murs, des "photos encadrés de Jean Gabin, de Belmondo et de Bourvil en noir et blanc. Je crois qu’elle s’y trouve bien, même si la situation reste difficile à vivre. Croyez bien que je ne lui demande rien au sujet de l’affaire Grégory. D’une manière générale, elle ne se lâche pas trop, elle ne se montre pas très expansive. Bien entendu, comme tout le monde, j’ai vécu avec l’affaire, avec intensité même, suivant chacun de ses rebondissements. [...] S’il n’y avait pas eu autant de tension entre la gendarmerie et la PJ, on n’en serait certainement pas là aujourd’hui», explique le mystérieux hébergeur de Murielle Bolle.

    "Je ne suis pas l'abbé Pierre!

    N'ayant rien de plus à dire sur sa discrète locataire, il embraye sur lui: "J'ai été ouvrier d’usine, plombier, entrepreneur, avant de créer une maison d’enfants pour cure thermale [...]. Puis j’ai été maire, marchand de biens… Si bien qu’à 75 ans, je prétends connaître l’existence, les gens et l’administration. Pour moi, Murielle est victime d’injustice de la vie. Alors quand j’ai appris que même l’église avait refusé de l’héberger, moi qui ne suis pas l’abbé Pierre, je me suis posé des questions. Finalement, cela m’a semblé tout à fait naturel de lui proposer cette solution d’attente. C’était un acte d’humanité. J’en ai parlé à mon avocat et il m’a encouragé", raconte-t-il.

    À la gendarmerie deux fois par semaine

    "Je me fous de ce que les gens pensent de moi", ajoute-t-il, tout en espérant une enquête "rapide" - dans une affaire qui dure depuis près de 35 ans...
    Mise en examen pour "enlèvement suivi de mort", Murielle Bolle doit, en attendant, pointer - incognito - deux fois par semaine à la brigade de gendarmerie locale. 


  • Faits divershttp://www.estrepublicain.fr/faits-divers
  • mercredi 9 août 2017

    Militaires renversés à Levallois: un homme interpellé

    La voiture soupçonnée d'avoir percuté les militaires a été interceptée en début d'après-midi sur l'autoroute en direction du nord de la France et son conducteur, blessé par balle par la police, a été interpellé.
    L'interception, "musclée", s'est déroulée sur l'autoroute en direction de Calais, selon une source proche de l'enquête. Les policiers ont fait feu à plusieurs reprise et le conducteur a été blessé, d'après une source judiciaire selon laquelle l'homme, né en 1980, "était à bord du véhicule recherché et a tenté de prendre la fuite".
    Les six soldats du 35e régiment d'infanterie de Belfort «ont été blessés, quatre légèrement et deux plus grièvement» au moment de la relève, ce mercredi matin, a indiqué au Figaro la Préfecture de police de Paris. Leur pronostic vital n'est pas engagé.

    1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

    Dijon: le corps d'une femme retrouvé chez elle

    Une enquête pour homicide volontaire a été ouverte à la suite de la découverte du corps d'une femme dans son appartement de Dijon (Côte d'Or), a indiqué aujourd'hui la procureure de Dijon, Marie-Christine Tarrare.
    Le corps avait été retrouvé lundi matin et la mort remonte sans doute au week-end. L'autopsie effectuée hier a révélé des blessures permettant de conclure sans ambigüité à un homicide, a ajouté Mme Tarrare, confirmant les informations du quotidien régional Le Bien Public. La magistrate n'a pas précisé le type de blessures ou les moyens utilisés pour donner la mort.
    Sans antécédents et secrétaire médicale au centre hospitalier de Dijon, la victime de 42 ans était allongée sur son lit et la porte de l'appartement était fermée mais pas verrouillée, lors de l'arrivée des pompiers. L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Dijon, a indiqué la procureure.

    1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

    Levallois-Perret: un homme fonce avec son véhicule sur des militaires de l'opération Sentinelle

    Un homme fonce avec son véhicule sur des militaires de l'opération Sentinelle à Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine. Le suspect et le véhicule sont activement recherchés.
    Les militaires sortaient vers 8h15 de leur casernement, place de Verdun, dans cette commune limitrophe de Paris, quand ils ont été renversés. Six hommes ont été blessés, quatre légèrement. Deux autres ont été touchés plus sérieusement, ils ont été transférés à l'hôpital militaire de Percy à Clamart, dans les Hauts-de-Seine.

    Police Justicehttp://www.bfmtv.com/police-justice/

    Énervé, il falsifie un chèque

    Licencié pour faute grave d’une entreprise de transport du département, ce trentenaire avait choisi de ne pas contester son licenciement devant le conseil des prud’hommes. Il avait préféré encaisser frauduleusement un chèque.
    Au milieu de l’été 2016, le prévenu avait reçu un chèque de 347,87 euros pour ses indemnités. Licencié pour faute grave, injustement selon lui, il était énervé. « J’ai rajouté un 1 », a-t-il expliqué. Il a fait ainsi passer le montant à 1 347,87 euros, juste avant de partir en vacances.
    Il a été convoqué au tribunal de Bar-le-Duc ce mardi. Sans surprise, à la barre, celui qui habite les alentours de la commune, reconnaissait l’acte de contrefaçon.
    À la question d’un assesseur pour savoir pourquoi il n’avait pas saisi les prud’hommes, sa réponse était peu convaincante : « trop de dossiers ».
    Au final, le tribunal a été plus souple que le procureur de la République : deux mois d’emprisonnement avec un sursis simple, au lieu de trois requis.


    Énervé, il falsifie un chèquehttp://www.estrepublicain.fr/edition-de-bar-le-duc/2017/08/08/enerve-il-falsifie-un-cheque

    mardi 8 août 2017

    La Ciotat : un homme exécuté de plusieurs balles de kalachnikov sur fond de trafic de drogue

    Lundi soir, vers 20 heures, un homme a été éxécuté en pleine rue à la Ciotat dans les Bouches- du- Rhône. La victime , âgée d'une trentaine d'années a reçu plusieurs balles de kalachnikov dans l'abdomen et a suuccombé à ses blessures, malgré l'intervention des pompiers.
    Les faits sont survenus près d'un hypermarché Carrefour, alors que le jeune homme circulait sur un scooter. A bord d'une voiture qui s'est approchée à sa hauteur, l'un des occupants a tiré plusieurs balles en sa direction, le touchant mortellement à l'abdomen.
    Pour les enquêteurs, la piste d'un nouveau réglement de compte dans le milieu du trafic de drogue est envisagée. La police judiciaire de Marseille est chargée de l'enquête. Il s'agirait alors du 9 eme
    assassinat de ce type depis début 2017 dans les Bouches- du- Rhône.
    La victime, originaire de La Ciotat,  était très connue des services de police.


    La Ciotathttp://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/la-ciotat

    Drôme: un accident de la route tue 3 jeunes

    Trois personnes ont péri et une passagère de 15 ans est dans un état critique, suite à la collision de leur véhicule contre un arbre cette nuit à Eymeux, dans la Drôme, ont indiqué les gendarmes. Il y avait cinq passagers à bord, tous originaires de Grenoble ou de ses environs, qui revenaient "de faire la fête". 
    La route était droite et l'accident pourrait s'expliquer par l'endormissement du conducteur, âgé de 28 ans, a indiqué la gendarmerie de Valence, dans la Drôme.
    » Sécurité routière : la somnolence, tueuse silencieuse
    Selon les premiers éléments disponibles, ce dernier ne disposait pas d'un permis de conduire. Les deux autres personnes tuées sont un jeune homme de 28 ans et une jeune fille de 15 ans. Le survivant, hospitalisé, est en cours d'audition par les enquêteurs.
    Une autopsie du conducteur va être menée pour déterminer son état et savoir si l'alcool ou la drogue pourraient expliquer le drame, a-t-on précisé

    1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

    La foudre s'abat sur un centre de loisirs, un ado en arrêt cardiaque

    Selon Europe 1, ce lundi soir, dix adolescents et leur moniteur ont été blessés par la foudre dans un centre de loisirs basé à Lathus-Saint-Rémy, dans le département de la Vienne, alors qu'ils se trouvaient en extérieur.
    Un adolescent a fait un arrêt cardiaque. Il a été réanimé sur place par les pompiers puis transporté à l'hôpital dans un état jugé "très préoccupant", selon un communiqué de la préfecture. Il souffre également de brûlures.
    Parmi les neuf autres adolescents blessés, sept ont été hospitalisés.
    Originaire de la commune de Descartes, au sud de Tours, le groupe d'adolescents, âgés de 13 à 17 ans, était hébergé, depuis ce lundi matin, au camping de Lathus, au sud-est de Poitiers.
    Le département n'était pas placé en vigilance orange aux orages par Météo France.


    foudre s'abat sur un centre de loisirs, un ado en arrêt cardiaquehttp://www.estrepublicain.fr/faits-divers/2017/08/07/la-foudre-s-abat-sur-un-centre-de-loisirs-un-ado-en-arret-cardiaque

    lundi 7 août 2017

    Gironde: deux morts dans un accident d'ULM

    Deux personnes ont péri aujourd'hui après-midi à Saint-Estèphe (Gironde) dans un accident d'ULM, a-t-on appris auprès des secours.
    L'aéronef a pris feu peu après 16h00 alors qu'il se trouvait sur une base ULM située sur la commune de Sainte-Estèphe, à une soixantaine de kilomètres au nord de Bordeaux, ont indiqué les pompiers, confirmant une information du quotidien Sud Ouest. Il n'était pas encore déterminé si l'accident s'est produit au moment du décollage ou de l'atterrissage de l'appareil.
    Les deux occupants, un homme de 60 ans et une femme, dont l'âge n'a pas été précisé, sont morts : l'une des deux victimes a été éjectée de l'ULM, tandis que l'autre a péri brûlée dans l'habitacle, ont précisé les pompiers.L'aéronef provenait de La Rochelle, dans le département voisin de la Charente-Maritime.
    La Section de recherche de la gendarmerie des transports aériens (GTA) de Roissy est chargée de l'enquête.

    1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

    Alpes-de-Haute-Provence : un motard est décédé dans un accident

    Un accident de la circulation est survenu ce lundi matin sur la route départementale 4, commune des Mées (Alpes-de-Haute-Provence), impliquant une moto est un poids lourd. Le motard, un homme âgé de 43 ans est décédé. Le chauffeur du camion est indemne. Une dizaine de sapeurs-pompiers est intervenue sur place. Une enquête de gendarmerie est ouverte.

    Faits divers en directhttp://www.laprovence.com/faits-divers-en-direct

    Collision entre une camionnette et un 4x4 : deux blessés légers

    Vers 7 h ce matin, une camionnette et un 4x4 ont fait une sortie de route sur la D1063 entre Haguenau et Soufflenheim. La camionnette a légèrement dévié sur sa gauche et a percuté la voiture qui arrivait en face. Le 4x4 est parti en tonneaux. L’accident a fait un blessé léger dans chaque véhicule. Ils ont été transportés à l’hôpital de Haguenau. 16 sapeurs-pompiers étaient sur place. Quatre véhicules de pompiers de Haguenau, un véhicule de Bischwiller et un de Soufflenheim ont été déployés pour sécuriser cet accident survenu sur cette route à grande circulation. La police de Haguenau était également sur place.   
     Secteur de Haguenauhttp://www.dna.fr/edition-de-haguenau

    Une automobiliste percute un échafaudage à Beausoleil, le boulevard Guynemer coupé dans les deux sens

    Une automobiliste âgée a perdu le contrôle de son véhicule et a percuté un échafaudage installé au niveau du 6, boulevard Guynemer à Beausoleil, ce matin à 11 heures.



    Aucune victime n'est à déplorer, mais la circulation sur la RD51 a été coupée dans les deux sens pour une durée indéterminée, le temps de sécuriser l’échafaudage.
    Une déviation est mise en place par la RD53 pour assurer la liaison avec la moyenne corniche (RD6007) et contourner l'incident.

                                                                           
  • Faits-Divers            http://www.nicematin.com/sujet/faits-divers
  • Tabassé, un homme entre la vie et la mort


    Un homme âgé de 49 ans se trouvait toujours entre la vie et la mort, ce dimanche soir, après les violences qu’il aurait subies, samedi soir à son domicile de Ligny-en-Barrois (Meuse).
    L’individu habite le rez-de-chaussée d’un immeuble collectif. Il aurait lui-même alerté, vers 20 h, une connaissance des coups dont il venait d’être la cible. En désignant par ailleurs les auteurs de ce passage à tabac. Un tiers qui a aussitôt prévenu les gendarmes à la suite de cet appel téléphonique alarmant.
    Les militaires se sont aussitôt rendus à l’adresse indiquée. Sur place, ils ont constaté la présence d’un homme inanimé, pris en charge par les secours et transporté au centre hospitalier de Verdun. « Son pronostic vital est très engagé », affirmait ce dimanche soir Olivier Glady, le procureur de Bar-le-Duc.

    Les trois auteurs présumés placés en garde à vue

    Les informations recueillies par les enquêteurs ont conduit à deux interpellations, la première samedi à 22 h, la deuxième à 23 h, deux hommes du voisinage immédiat de la victime. Un troisième, également voisin, s’est présenté de lui-même à la gendarmerie dimanche matin. Tous les trois ont été placés en garde à vue, laquelle a été prolongée de 24 heures dès hier soir. L’enquête de flagrance, ouverte pour « violences habituelles », est menée par la brigade de recherches de Commercy. De nouvelles auditions devraient permettre d’éclairer les circonstances de ces coups dont les conséquences restent pour l’heure très incertaines.
    Deux des trois auteurs présumés se trouvaient en état d’ivresse au moment des faits. Ils sont tous connus de la justice, notamment pour des faits de violences.
    Selon les premières investigations, ce passage à tabac se serait déroulé dans un contexte de recel d’objets volés.

    dimanche 6 août 2017

    Cinq blessés dans un accident entre Claira et le Barcarès

    Une collision entre deux véhicules s'est produite ce matin, vers 6 h, sur la RD 83, à hauteur de Saint-Hippolyte.
    Selon les premiers éléments, une manoeuvre périlleuse effectuée par le conducteur d'un des deux véhicules serait à l'origine de cet accident qui a mobilisé un important dispositif de secours. Immobilisée sur la bretelle de sortie dans une tentative de demi tour, la voiture, avec quatre occupants à bord, aurait été percuté par un camion qui n'a semble-t-il pas pu l'éviter.
    C'est en tout cas ce qu'il ressort des premières constatations faites sur place. Toujours est-il que le choc a été très violent. Deux personnes ont été désincarcérés par les pompiers. Les cinq personnes légèrement blessées dans cet accident ont été transportés vers le centre hospitalier de Perpignan.
    Une enquête a été ouverte par la gendarmerie pour déterminer les circonstances exactes de cet accident. Fortement perturbée, la circulation sur la D 83 est revenue à la normale peu avant 8 h.

    Cinq blessés dans un accident entre Claira et le Barcarèshttp://www.lindependant.fr/2017/08/06/cinq-blesses-dans-un-accident-entre-claira-et-le-barcares,3039869.php

    Un homme tué par balles en Haute-Corse

    Un homme de 55 ans a été tué par balles dans la nuit de samedi à dimanche aux alentours de 02h30 à Loreto-di-Casinca (Haute-Corse), a indiqué la vice-procureure du parquet de Bastia, Frédérique Oliveau.
    Les pompiers appelés sur place pour deux blessés par balles ont constaté que l'homme était en arrêt cardio-respiratoire à leur arrivée.
    La victime n'était pas connue de la justice. Un second homme de 31 ans qui l'accompagnait et qui serait a priori son gendre, a quant à lui été sérieusement touché aux jambes ont indiqué les pompiers.
    Il a été évacué vers l'hôpital de Bastia. Il est connu de la justice pour des affaires "basiques", a indiqué la vice-procureure sans donner de précision.
    Le drame s'est joué à proximité du bar du village où se déroulait un baptême. Pour l'instant aucun témoin de la scène ne s'est manifesté.
    Une enquête a été ouverte et confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Haute-Corse.

    1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

    Rixe mortelle au pied de l’immeuble

    Le quartier de l’allée Roger Pierrey est sous le choc ce samedi matin. Au fond de l’allée, devant le
    Deuxième immeuble entre les cages d’escalier 13 et 15, des taches de sang sont encore visibles. La victime, un homme de 43 ans qui habitait depuis peu l’immeuble, n’a pas survécu à sa blessure,, un coup de couteau à la carotide. Malgré l’intervention rapide des secours et du médecin du SAMU de Lure qui l’a médicalisé sur place, la victime est décédée pendant son transport au centre hospitalier de Besançon.

    Des cris et du sang

    C’est l’incompréhension ce samedi matin. Deux retraités qui sortent un chien sont encore abattus. « Ça s’est passé devant l’immeuble au fond de l‘allée, » explique l’un d’eux.
    Les gendarmes de la brigade de Luxeuil installée à proximité sont intervenus rapidement. Et samedi matin l’officier de permanence, le Capitaine Chevènement, ne fait aucun commentaire sur les faits et l’état de l’enquête ouverte immédiatement dans la soirée.
    Il y a eu cependant des témoins comme ces jeunes rencontrés samedi matin derrière la barre de garages box qui jouxte l’immeuble de la victime.
    « On était en train de préparer un barbecue, explique l’un des jeunes. On épluchait des maïs, on était là avec le cousin lorsque l’on a entendu des cris. »
    Le temps de faire le tour de la barre des garages, les deux jeunes aperçoivent les protagonistes de ce qui ressemble bien à une rixe. « Ça se battait, reprend l’autre témoin. On a juste eu le temps de voir deux femmes qui criaient et deux personnes qui remontaient précipitamment dans une voiture. Devant nous, un homme se tenait le cou et il y avait beaucoup de sang. »
    Dans la confusion, vers 19 h 20, les auteurs présumés de cette rixe ont pris la fuite. « Ils ont reculé violemment, ont failli écraser une des femmes et reversé une poubelle. »

    Une voiture recherchée

    On sait aussi que les enquêteurs ont travaillé sur les enregistrements des caméras du quartier à la recherche de cette Clio 2 de couleur bordeaux comme l’indique un des témoins. La toute nouvelle brigade de gendarmerie intègre effectivement un système informatique de suivi en temps réel et d’analyse des flux des caméras de surveillance de la ville.
    « On ne sait pas vraiment ce qui s’est passé, explique le cousin. Et d’ailleurs on ne veut pas s’en mêler. » Puis résumant ainsi le point de l’affaire : « Ça peut être plein de choses, un différend familial, d’autres choses. Mais ça ne vaut pas la peine de tuer quelqu’un… »
    Le coup de couteau mortel a-t-il été donné dans l’affolement ou par préméditation, c’est aux enquêteurs de donner les explications.

    samedi 5 août 2017

    Un homme mis en examen pour la mort de sa femme

    Un homme de 51 ans, suspecté d'avoir battu à mort sa compagne dans un quartier de Grenoble (Isère), a été mis en examen et placé en détention vendredi soir, a confirmé le parquet à l'AFP.
    Le quinquagénaire a été interpellé jeudi matin par la police et placé en garde à vue, où "il ne s'est que partiellement expliqué", a indiqué le parquet, qui a ouvert une information judiciaire pour "violences volontaires ayant entraîné la mort". "Le but de l'instruction va être de déterminer quelle était leur relation et de travailler sur le passé de cet homme" qui avait déjà été condamné auparavant pour des faits de violence, a-t-il précisé.
    Âgée de 30 ans, la compagne du quinquagénaire, avec laquelle il a eu deux enfants, avait été retrouvée morte mercredi matin par les pompiers dans l'appartement familial. C'est l'homme qui avait prévenu les secours après avoir constaté que la jeune femme ne respirait plus, précise le Dauphiné Libéré.
    Une autopsie, pratiquée après la découverte d'ecchymoses sur le visage de la victime, a révélé que cette dernière est morte après avoir reçu "un ou plusieurs coups très violents".
    Les deux enfants du couple, âgés de 2 ans et 3 ans, ont été placés dans une structure d'accueil.

    1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

    Paris: un commandant de police écroué

    Un commandant de la police judiciaire de Paris a été mis en examen et placé en détention provisoire mercredi pour avoir consulté des fichiers de manière frauduleuse, indiquent des sources proches de l'enquête.
    "La police judiciaire a fait un signalement il y a quelques mois à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) pour des consultations et usages de fichiers pas conformes", selon une source proche de l'enquête confirmant une information du Parisien. "Il s'agit d'une affaire de corruption, une information judiciaire a été ouverte" et le commandant après sa garde à vue a été "mis en examen et placé en détention provisoire", selon une autre source proche de l'enquête.
    Selon Le Parisien, les renseignements fournis par le commandant servaient à établir des papiers pour des voitures volées

    1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

    Isère: il attaque sa sœur à la hâche

    Armé d'une hache, un homme de 32 ans a frappé sa sœur, âgée de 19 ans, à Pont-Évêque, dans le département de l’Isère, rapporte Le Dauphiné Libéré. Après l'avoir légèrement blessée, l'homme a réussi à fuir avant l'arrivée de la police.
    Le Raid a perquisitionner l'appartement du fuyard, les forces de l'ordres craignant que celui-ci ne soit lourdement armé. A l'intérieur, le Raid n'a trouvé qu'une réplique de fusil à pompe.
    L'homme s'est finalement rendu, hier soir. Il a été placé en garde à vue dans la foulée.

    1. Flash Actuhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/index.php

    vendredi 4 août 2017

    Un camion de livraison s'embrase

    Un camion transportant des denrées alimentaires a pris feu alors qu'il faisait une halte pour une livraison devant la réserve du magasin Coccinelle, ce vendredi matin, à l'aube, quai de la Lauch à Issenheim.
    Les sapeurs-pompiers de Guebwiller, Soultz et Issenheim se sont aussitôt rendus sur place avec trois fourgons et une grande échelle.
    A leur arrivée, les flammes commençaient à se propager à la façade d'une maison en cours de rénovation et à endommager des véhicules stationnés à proximité.
    Elles ont été rapidement maîtrisées. L'incendie n'a pas fait de blessé.
    Faits divershttp://www.dna.fr/faits-divers

    Incendie dans les Alpes-de-Haute-Provence: Deux hommes condamnés jusqu’à 3 ans de prison ferme

    Deux hommes, poursuivis pour avoir provoqué volontairement des départs de feu à Manosque et près de Digne-les-Bains, dans les Alpes-de-Haute-Provence, ont été condamnés ce jeudi à un et trois ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Digne-les-Bains.
    >> A lire aussi : Incendies: Comment les enquêteurs déterminent-ils l’origine d’un feu de forêt?
    Le premier, un homme de 44 ans, a été reconnu coupable d’avoir sciemment provoqué deux départs de feu à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence), dans la nuit de mardi à mercredi, et a été condamné à 12 mois de prison ferme, avec mandat de dépôt à l’audience.
    Originaire du Doubs, l’homme, connu de la justice pour des délits mais pas pour des incendies volontaires, avait été aperçu en train de prendre la fuite à proximité du deuxième feu, avant d’être aussitôt interpellé. En possession d’un briquet, il avait spontanément reconnu être l’auteur des deux départs, qui ont brûlé respectivement 100m² et 150m² de broussailles. Le premier départ de feu avait été signalé vers 1h45 près de la gare SNCF et le second une heure plus tard à proximité.
    Le second, un homme de 37 ans, originaire du village de La Javie (Alpes-de-Haute-Provence), était soupçonné d’avoir déclenché une dizaine d’incendies, depuis le 6 juillet, entre les communes du Brusquet, de La Javie et de Beaujeu, près de Digne-les-Bains. Arrêté mercredi matin par les gendarmes, à son domicile, il a été condamné à 36 mois de prison ferme avec mandat de dépôt à l’audience. Il avait également après son arrestation être l’auteur de ces départs de feu.

    Obligation de soin

    Le tribunal a également ordonné un suivi socio-judiciaire et condamné les deux hommes à une obligation de soin pendant cinq ans. A l’audience, aucun des deux condamnés n’a motivé son geste.
    >> A lire aussi : Incendies dans les Bouches-du-Rhône: Une mise en examen et deux témoins assistés
    Mi-juillet, le sud-est de la France et la Haute-Corse ont été victimes d’importants incendies qui ont brûlé plus de 7.000 hectares de végétation en quatre jours, sans faire de victimes. La semaine dernière, un premier homme, soupçonné d’avoir causé accidentellement un feu à Peynier (100 ha), a été mis en examen pour incendie involontaire et placé sous contrôle judiciaire.
    Mots-clés :


    jeudi 3 août 2017

    Un enfant de quatre ans perd connaissance après s'être brûlé la main à la sortie d'un manège

    Mardi soir, les parents de ce bambin ont eu la peur de leur vie.
    Venus de Savoie profiter du sable blond et de la grande bleue, ces vacanciers ne s’attendaient pas du tout à vivre une telle situation qui aurait pu finir en drame.
    Alors que la famille se balade tranquillement sur le bord de mer, vers 22 heures, elle décide de s’arrêter devant un manège à étage à l’ancienne, implanté à l’angle de la rue de la Garonne et du rond-point Kennedy, face au vieux port de Saint-Raphaël.
    Brûlé à la main
    Les parents offrent à leur petit garçon âgé de quatre ans un tour sur ce splendide carrousel. L’enfant choisi les chevaux de l’étage, sous la surveillance de ses parents.
    Mais lorsqu’il redescend, une fois le tour terminé, il pose la main sur une des ampoules qui illuminent l’escalier du manège. Et c’est là que l’accident se produit: le petit garçon perd connaissance.
    Son père et sa mère se précipitent à son secours. Terriblement inquiets en voyant leur fils inconscient et brûlé à la main, ils le pensent électrocuté et alertent les sapeurs-pompiers qui transportent le bambin au centre hospitalier intercommunal.
    L’enfant a été placé toute la nuit sous contrôle. Fort heureusement, ses jours ne sont pas en danger mais il est brûlé à la main.
    Enquête et scellés
    Les policiers du commissariat de Fréjus Saint-Raphaël sont immédiatement intervenus et ont commencé une enquête pour connaître les circonstances de l’accident.
    Ils ont fermé le manège et l’ont placé sous scellés pour vérifier l’installation électrique.
    Ce carrousel n’avait jamais eu d’incident depuis sa mise en service il y a 27 ans et avait été contrôlé par une entreprise spécialisée avant la saison estivale, ne révélant aucun souci.

                                          
  • Faits-Divers            http://www.nicematin.com/sujet/faits-divers