dimanche 29 janvier 2017

Arrêté à Nîmes, un Haut-Doubien est suspecté d’avoir étranglé sa compagne

Interpellé mercredi 25 janvier dans une chambre d’un hôtel de Nîmes à la première heure légale de 6 h du matin, un homme de 35 ans domicilié aux Hôpitaux-Neufs, dans le Haut-Doubs, est fortement suspecté d’avoir tué sa compagne suisse lundi dernier, à Yverdon, avant de prendre la fuite.
En fait, tout part d’un appel téléphonique reçu par la police du canton de Vaud, lundi vers 14 h 40 et lui faisant part de la découverte du corps sans vie de Marion, une jeune femme de 30 ans dans son appartement du centre-ville d’Yverdon. Arrivés sur les lieux, les services de secours ne peuvent que constater la mort de cette dernière : son fils, un bébé âgé de sept mois, se trouve dans une chambre, il n’a pas été blessé et est aussitôt pris en charge. Les premières constatations vont amener les médecins légistes à parler de meurtre par strangulation.
L’enquête de la police vaudoise vise rapidement le compagnon de la victime qui est, selon sa formule, « activement recherché ». Cela d’autant plus que celui-ci demeure injoignable, ne s’est pas rendu à son travail, ce lundi, dans l’entreprise de transport de colis qui l’emploie. Il n’a pas non plus cherché à récupérer son fils. En outre, les investigations vont mettre en évidence « une relation de couple conflictuelle », selon le ministre public d’Yverdon. C’est à la suite d’une collaboration entre la police de sûreté vaudoise et la section de recherches de la gendarmerie de Besançon que l’homme va faire l’objet d’un mandat d’arrêt et être arrêté à Nîmes. Sa domiciliation officielle étant dans le Doubs, le parquet de Besançon a désormais l’affaire en main.

Deux jours de cavale

Le meurtrier présumé était vendredi en cours de transfert vers Besançon. « Un juge d’instruction sera désigné. La séparation du couple était imminente mais lui et elle étaient encore plus ou moins ensemble le soir du crime, dimanche dernier », a rapporté Edwige Roux--Morizot, procureure de la République de Besançon, aux médias suisses. Le meurtrier présumé avait décidé de gagner la région de Toulouse où vivent son père ainsi que des amis. Il a fait une halte deux jours dans le Gard. « Son véhicule a été localisé grâce à son téléphone portable bien qu’éteint pendant ces deux jours de cavale », a précisé encore la magistrate.
La victime travaillait dans le milieu de la mode, elle avait aussi acquis une notoriété comme peintre et décoratrice. Elle et son compagnon pratiquaient les danses latinos. Ce dernier, sans antécédent judiciaire, ne s’est guère expliqué lors de son audition à Nîmes.
Sollicité, Florent Paquette, le maire des Hôpitaux-Neufs, a confié : « Je ne connais pas cet homme mais beaucoup de gens venus d’ailleurs s’installent désormais dans nos communes pour aller travailler en Suisse ».
http://www.estrepublicain.fr/edition-de-besancon/2017/01/29/arrete-a-nimes-un-haut-doubien-suspecte-d-avoir-etrangle-sa-compagne

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire