vendredi 20 janvier 2017

La maladie derrière le drame de deux retraités retrouvés morts

Dans ce modeste pavillon blanc aux volets clos, route de Castres, à Toulouse, la maladie a tout emporté. En deux coups de carabine, un couple de retraités a très vraisemblablement décidé d'en finir. Hier, l'enquête sur la mort de ce couple de personnes âgées a vite progressé
Les policiers du quart judiciaire, au commissariat central, en charge d'éclaircir les circonstances de la mort d'un homme de 90 ans et de son épouse de 95 ans, privilégiaient la piste de l'homicide suivi d'un suicide sur fond de maladie et de détresse psychologique.
Mercredi, en fin de matinée, un infirmier venu prodiguer des soins habituels au couple trouve porte close. Inquiet, il tente de joindre des proches des deux retraités. Ces derniers arrivent sur les lieux avec les clés du pavillon et découvrent avec le médecin de famille les corps sans vie dans la chambre du couple. Une arme à feu, type carabine 22 Long Rifle est retrouvée à proximité du corps du retraité qui gît inanimé à côté du lit.

Grave maladie

De nombreuses vérifications sont effectuées sur place. L'époux aurait dans un premier temps dirigé l'arme contre sa femme atteinte d'une grave maladie avant de retourner le fusil contre lui.
Un geste de désespoir au moment où cet homme venait d'apprendre qu'il était lui aussi atteint d'un trouble au cerveau.
L'autopsie des corps prévue à l'institut médico-légale du CHU de Rangueil, à Toulouse, devrait confirmer cette hypothèse. Les vérifications techniques se poursuivent mais si ce scénario se confirme l'action publique prendra fin. Les coups de feu ont pu être tirés dans la nuit de mardi à mercredi, bien après le dîner familial de mardi soir auquel avaient pris part les enfants du couple dont on peut imaginer l'état de choc au moment d'apprendre le terrible dénouement.
Dernièrement, dans une maison de retraite à Nailloux, un pensionnaire atteint d'une crise de démence a tué à coups de poing une autre pensionnaire très affaiblie. Cet homme, un ancien boxeur, a été hospitalisé d'office à Marchant.
http://www.ladepeche.fr/communes/toulouse,31555.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire