jeudi 5 janvier 2017

Règlement de compte au fusil de chasse au Houlme (Seine-Maritime)

Le 6 Août dernier, dans une résidence du Houlme, à la suite d’une soirée visiblement arrosée, au pied de l’immeuble, le ton monte entre un riverain et trois hommes qui s’apprêtent à partir en voiture. Le motif du différend reste inconnu. Toujours est-il que les trois individus affirment qu’ils vont revenir pour bousiller sa voiture.

Chose promise… Les trois hommes sont de retour assez rapidement. Le riverain est toujours sur place. L’un des occupants du véhicule tire à deux reprises sur le résident. Sans l’atteindre toutefois. Les trois hommes prennent aussitôt la fuite.

Un fusil à canon scié


L’enquête qui s’en suivra permettra dès le 10 Août, l’indentification et l’interpellation rapide d’un des trois suspects.
L’homme très défavorablement connu des services de police est placé en garde à vue. Il ne tarde pas à donner l’identité de ses complices. Mais lui nie être l’auteur des coups de feu. La perquisition menée à son domicile ne permet pas de retrouver l’arme.

L’enquête se poursuit méthodiquement pour être certains que les noms dont ils disposent sont bien liés à l'affaire : analyse des portables des participants à la soirée, suivie de leurs auditions.


Perquisitions et gardes à vue


Le 3 janvier 2017 les deux autres mis en cause sont convoqués pour être entendus par la police. Tous deux sont aussi connus des services de police.

L’un d’eux, un homme de 39 ans domicilié à Notre-Dame-de-Bondeville, ne tarde pas à reconnaître être l’auteur du double tir.

Il a utilisé un fusil de chasse à canon scié, qu’il était allé chercher à son domicile après l’altercation. Il s’était rapidement débarrassé de l’arme en la jetant dans la Seine.

Mise en examen


Selon lui, le riverain avec qui il avait eu des mots l’aurait menacé avec une arme de poing et un couteau de cuisine, c’est la raison pour laquelle il avait voulu se venger.

La perquisition menée au domicile de la victime n’a pas permis d’attester cette version des faits. Aucune arme de poing n’ayant été saisie.

A l’issue de sa garde à vue, le tireur a été mis en examen pour « violence volontaire avec arme", puis remis en liberté sous contrôle judiciaire en attendant sa convocation devant le tribunal.


http://france3-regions.francetvinfo.fr/haute-normandie/seine-maritime

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire