mardi 10 janvier 2017

Une femme de 43 ans frappée à mort à son domicile

Que s'est-il passé dans ce studio de la rue Delcassé ? Karine, 43 ans a été découverte morte à son domicile du centre-ville, dimanche soir. Selon les premières constatations, aucune arme n'a été retrouvée sur place. Ni arme à feu, ni arme blanche. La victime serait morte des suites de violences. Un proche de cette dernière a fait la macabre découverte dans l'appartement situé en rez-de-chaussée d'un immeuble locatif et a donné l'alerte.
«Elle a subi des violences importantes. Le corps présentait de nombreuses traces de coups. Et il y avait aussi du sang» déclare Alix-Marie Cabot-Chaumeton, procureur de la République qui, compte tenu de l'état du corps a ouvert très rapidement une enquête pour homicide.

Le voisin n'a rien entendu

Les enquêteurs du commissariat de Montauban et du SRPJ de Toulouse sont chargés des investigations. La police technique et scientifique était sur les lieux, pour tenter de relever des indices, empreintes ou éventuelles traces ADN. L'accès à l'appartement est barré maintenant par des scellés. Une autopsie doit avoir lieu aujourd'hui à l'institut médico-légal de Toulouse pour connaître plus en détails les causes et le moment où est intervenue la mort.
Pour l'heure, aucun suspect n'a pas été interpellé. Le mobile du meurtre n'est pas non plus déterminé. Toutes les pistes restent ouvertes. Les enquêteurs ont multiplié les auditions dans l'environnement de la victime montalbanaise au parcours de vie jonché de bouteilles d'alcool, mère d'une fille âgée d'une vingtaine d'années. Les habitants de cette rue reliant le centre hospitalier au pont des Consuls ont également été entendus. Dans cet immeuble modeste du quartier de Villenouvelle, le premier voisin du rez-de-chaussée, Loïc Louvrier n'avait rien remarqué, ni rien entendu d'inquiétant jusqu'à l'arrivée de la police, dimanche soir. «Je n'étais pas chez moi samedi après-midi et dimanche après-midi jusqu'à 18 heures. Ensuite, je n'ai rien entendu. Pas de cri. Je ne l'avais jamais vue non plus dans l'immeuble» précise le jeune étudiant en BTS production horticole au lycée Capou.
Et pour cause ! Selon les premiers éléments de l'enquête, la victime venait de louer ce studio et n'avait pas encore déménagé ses meubles de son précédent logement de la rue Aristide Briand
http://www.ladepeche.fr/communes/montauban,82121.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire