mercredi 22 février 2017

Jugé pour la troisième fois pour conduite sans permis, il écope de 4 mois avec sursis

Lundi, alors qu'ils patrouillaient en ville, les policiers ont été intrigués par un automobiliste qui circulait à vive allure au volant d'une Renault Laguna, en passant régulièrement d'une voie à l'autre entre Gambetta et le boulevard Barbès. Une conduite suffisamment alarmante pour que les fonctionnaires interceptent le conducteur pour le contrôler.

«Je passe le permis mercredi...»

Et très vite, ils vont constater que la carte grise n'est pas à son nom, et que le contrevenant circule sans permis. Dans la boîte à gants du véhicule, les policiers vont aussi découvrir un poing américain, ainsi qu'une bombe lacrymogène dans le coffre.
Hier après-midi, après une nuit passée en garde à vue au commissariat, c'est dans ce contexte que Thomas, un Carcassonnais de 23 ans, a été jugé en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel. Une procédure de jugement rapide, justifiée par l'état de récidive du prévenu, déjà condamné pour des faits similaires le 1er décembre 2016.
Face aux interrogations de la présidente Céline Fleury, Thomas, qui a déjà deux condamnations pour conduite sans permis, a indiqué que la voiture dans laquelle il se trouvait lors de son interpellation était celle du couple : «Je suis agent de sécurité de formation, et j'ai appris qu'un poste se libérait à Leader Price. Si j'ai pris la voiture lundi, c'était pour aller déposer un CV. Ma femme travaillait et je n'ai pas réfléchi à une autre solution... Aussi, si je ne suis pas encore titulaire du permis, je suis inscrit à une auto-école depuis quelques mois, et je dois passer l'examen mercredi prochain...»
Pour le ministère public, le procureur Vincent Auger a regretté que le prévenu soit jugé pour la troisième fois pour les mêmes faits : «Que faut-il faire ? Qu'il veuille rechercher un emploi, c'est tout à son honneur. Mais il doit comprendre qu'il n'a pas le permis et qu'il ne doit pas conduire ! Faut-il qu'il passe par la maison d'arrêt ? Je ne le pense pas... C'est pourquoi je requiers 4 mois de prison avec sursis, assortis d'une mise à l'épreuve de 2 ans avec l'obligation de passer les épreuves du permis. Ainsi que l'interdiction, pour le prévenu, de conduire tous véhicules à moteur durant une période de 6 mois.»
Pour la défense, Me Marion Blondeau s'est dite déconcertée par les réquisitions du procureur, et a évoqué la dynamique dans laquelle est désormais son client : «Une situation familiale établie, une situation professionnelle à venir...» Après en avoir délibéré, le tribunal a suivi les réquisitions du parquet, sauf pour l'interdiction de conduire un véhicule à moteur durant 6 mois.

http://www.ladepeche.fr/communes/carcassonne,11069.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire