samedi 25 février 2017

Menaces de mort pour des futilités

Lorsque le prévenu âgé de 46 ans, un homme frêle, de petite taille se présente à la barre, on pourrait penser que c'est monsieur tout le monde. Certes, il n'est pas passé à l'acte et pourtant la teneur de ses propos qui le conduisent aux poursuites devant le tribunal correctionnel, est d'une violence extrême. Ces menaces laissent un sentiment d'effroi, qui fait froid dans le dos. «Je vais t'arracher la gorge avec mon opinel. Je vais te tuer avec ma voiture. Je te coupe la tête. Je te marave» Mais à qui en veut il autant et pour quel motif? La victime de tels «égards» est son beau frère qui lui doit la somme de 50 euros. Ce dernier a fait l'objet de menaces de morts réitérées reçues sur son portable. Le beau frère identifie l'auteur. Terrorisé, il dépose une plainte le 8 novembre 2016 à la gendarmerie de Muret. A la barre le prévenu explique : «J'étais très en colère. Mais», poursuit il, «ce ne sont pas des menaces mais des insultes, on se parle comme ça». La présidente questionne «Que ce serait il passé si vous étiez tombé nez à nez? Le prévenu reste tout d'abord silencieux puis déclare :»Il y a des chances qu'ont se soit battu mais je ne l'aurai pas tué pour autant». La présidente et la procureure d'une même voix dénoncent ce type d'attitude : «Quelque soit le motif, il est inadmissible de s'adresser comme cela à qui que ce soit». La procureure insiste :»Pour lui, ce ne sont pas de simples mots pour montrer son énervement». La représentante du ministère public requiert une peine de prison. Le pire a été évité mais !!! Maître Diaka, conseil du prévenu va dans le même sens : «Rien ne peut justifier les violences». Son client a effacé le numéro de téléphone du beau frère. L'affaire semble terminée. Gageons en l'état que les deux beaux frères ne se croiseront pas. Au regard de la détermination et de l'importance des menaces proférées, après délibéré, le tribunal condamne le prévenu à une peine de 2 mois de prison avec sursis.
http://www.ladepeche.fr/communes/saint-gaudens,31483.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire