mercredi 15 mars 2017

Meurtre de son ex-conjointe : le suspect avait déjà été condamné

Un Haut-Saônois de 45 ans a été déféré ce mardi après-midi au parquet de Besançon, qui a ouvert une information judiciaire à son encontre pour le meurtre de son ex-conjointe. Le suspect, Pierre Nicolier, a été mis en examen et placé en détention provisoire dans la soirée.
L’homme est mis en cause pour avoir roué de coups une habitante de Vaivre-et-Montoille, près de Vesoul, retrouvée morte à son domicile dimanche après-midi. La victime, Virginie Nicot, âgée de 41 ans, était l’ex-compagne de Pierre Nicolier, avec qui elle entretenait encore apparemment une relation épisodique.
Le quadragénaire a déjà été condamné à deux reprises, en 2014 et en 2015, pour des violences sans incapacité sur la jeune femme. Il avait alors écopé de peines mixtes, mêlant prison ferme et prison avec sursis. Depuis novembre 2016, il était placé au sein d’une structure spécialisée dans le suivi des auteurs de violences conjugales.
Les faits, qui sont cette fois reprochés au quadragénaire, se sont produits dans la nuit de samedi à dimanche. Alors que le mis en cause avait interdiction d’entrer en contact avec la victime, il s’est présenté à son domicile samedi soir, comme il le faisait régulièrement. Une relation « toxique », faite de « dépendance mutuelle », existait, semble-t-il, entre les deux protagonistes du drame, explique la procureure de la République de Vesoul, Claude Ruard.
Mais le week-end dernier, pour une raison encore floue, la situation a dégénéré. Pierre Nicolier a expliqué en garde à vue qu’une dispute avait éclaté entre lui et Virginie Nicot. Sur fond d’alcool et de cannabis, il l’aurait frappée à plusieurs reprises, selon lui à mains nues, à la tête et au visage. Sans faire état de souvenirs précis, il raconte encore avoir quitté le domicile de la victime dans la nuit, avant de réaliser au matin que quelque chose de grave s’était passé.

Il tente de nettoyer les traces de sang

Il serait alors retourné dans la maison où il a trouvé son ex-compagne inconsciente, peut-être déjà morte, dans sa chambre. Il aurait alors entrepris de nettoyer un maximum de traces de sang sur place : au sol, sur les draps du lit et le matelas, sur les vêtements de la victime. Il aurait aussi lavé la jeune femme dans la baignoire avant de la déposer sur le canapé du salon, où elle a été retrouvée. C’est la fille de la victime qui a découvert la scène le dimanche, vers 17 h, au retour d’un week-end chez ses grands-parents. L’adolescente s’est aussitôt réfugiée chez des amis, avant que les secours et la police ne prennent possession de la scène de crime.
http://www.estrepublicain.fr/edition-de-vesoul-haute-saone/2017/03/15/meurtre-le-suspect-incarcere
Une autopsie est programmée jeudi à l’institut médico-légal de Besançon pour établir les causes précises de la mort de Virginie Nicot. Les blessures graves qu’elle présentait à la tête ont-elles été infligées avec ou sans arme ? C’est un des éléments que l’enquête devra désormais déterminer
http://www.estrepublicain.fr/edition-de-vesoul-haute-saone/2017/03/15/meurtre-le-suspect-incarcere

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire