dimanche 30 avril 2017

Elle tue son mari et se rend dix jours après

Vendredi, en début de soirée, une femme d'une quarantaine d'années pousse la porte du commissariat de Narbonne. Dans un français approximatif, elle confie au policier à l'accueil «J'ai tué mon mari». Stupeur et incrédulité dans un premier temps de la part du fonctionnaire, mais qui, aussitôt, alerte l'officier de police judiciaire de permanence. Face à l'officier, cette femme de nationalité roumaine réitère ses propos : «J'ai tué mon mari». Les enquêteurs prennent très au sérieux les déclarations de cette femme et lui demandent où elle demeure. Elle indique alors qu'elle habite à quelques centaines de mètres de l'hôtel de police. Les fonctionnaires se rendent donc sur place et ne peuvent que constater la véracité de ses déclarations.

Tué il y a plus de dix jours

Dans un immeuble d'une petite rue du centre-ville, les policiers font ainsi une macabre découverte, celle du corps d'un homme dont la mort, selon les premières constatations, remonterait à une dizaine de jours. Comment l'odeur de ce corps en décomposition avancée n'a-t-elle pas alerté le voisinage ? Pourquoi cette femme qui s'accuse de la mort de son mari a-t-elle attendu une dizaine de jours avant de se rendre au commissariat ? L'enquête devrait faire la lumière sur toutes ces interrogations. Emmenée de nouveau au commissariat, la ressortissante roumaine est placée en garde à vue. Mais l'enquête, dès son ouverture, s'annonce très difficile en raison de la barrière de la langue. Les policiers doivent, en effet, faire appel à un traducteur pour saisir les moindres déclarations de la quadragénaire.

Que s'est-il passé ?

Les enquêteurs se sont montrés plus que discrets autant sur le mobile de ce qui, pour l'heure, s'apparente à un crime que sur ses circonstances. Rixe conjugale qui aurait mal tourné, meurtre réfléchi, élaboré de longue date… ou encore banal accident aux conséquences tragiques? Aucun scénario n'est pour l'instant privilégié, selon une source proche de l'enquête. De son côté, le parquet se montre très réservé sur cette affaire. Hier, la ressortissante roumaine était toujours en garde à vue au commissariat. L'enquête devrait permettre, dans les heures à venir, d'établir les faits.

En savoir plus sur http://www.ladepeche.fr/article/2017/04/30/2565932-j-ai-tue-mon-mari-declare-t-elle-aux-policiers.html#6kqJmYTY4aGUhheR.99
Elle tue son mari et se rend dix jours aprèshttp://www.ladepeche.fr/article/2017/04/30/2565932-j-ai-tue-mon-mari-declare-t-elle-aux-policiers.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire