vendredi 28 avril 2017

Incendie mortel à Audincourt : le père piégé par les flammes, le fils gravement blessé

Il est un peu plus de 3 h, jeudi quand une ambulance des pompiers, appelée pour un relevage de personne quitte la caserne située à moins d’un kilomètre de la rue de la Somme. En abordant le rond-point du Pont-de-Gland, les secours sont intrigués par un panache de fumée et s’arrêtent. Il y a le feu au numéro 65. Par la fenêtre du 1er étage, un homme appelle à l’aide. Il s’agit de Gérald Poupon. Illico, les pompiers appellent en renfort la caserne, tentent de rassurer l’Audincourtois en lui annonçant l’arrivée imminente de la grande échelle. Au même moment, une explosion se produit. Sans doute une bouteille de gaz. Trois explosions seront d’ailleurs entendues.

Obligé de sauter par la fenêtre pour s’en sortir

Piégé par les flammes dans leur progression dévastatrice et cédant à la panique, Gérald Poupon saute par la fenêtre. Quatre mètres plus bas, sa chute est partiellement amortie par une voiture. « Physiquement, c’est moins grave qu’on aurait pu le craindre », confiait hier soir la conseillère municipale Christine Besançon qui connaît bien la famille. « Gérald souffre de brûlures aux bras, mains et dos et de côtes fracturées. Psychologiquement, c’est très dur pour lui. Il se reproche de ne pas avoir pu sauver son père. Il a tenté, a rampé sur le sol pour accéder à sa chambre mais les flammes lui interdisaient tout passage. » 
Dans la maison voisine et mitoyenne, Gérard Fleurence, 78 ans, a été légèrement intoxiqué par les fumées et transporté à l’hôpital pour examens. Jusqu’à l’aube, 40 pompiers ont été mobilisés sur le site. Le parquet a ouvert une enquête pour déterminer les causes du sinistre et requis l’expertise du bureau incendie de la police scientifique de Lyon. 
Selon, les constatations, le feu a pris dans un garage en bois collé à la façade de la maison où la 205 de Claude Poupon était garée. La thèse d’un incident électrique provoqué par un animal qui aurait rongé les fils du véhicule était avancée jeudi. « Pour l’heure, aucune hypothèse n’est écartée, accidentelle ou criminelle », précisait hier soir le commandant Christophe Denis au commissariat de Montbéliard.
Incendie mortel à Audincourt : le père piégé par les flammes, le fils ...http://www.estrepublicain.fr/edition-belfort-hericourt-montbeliard/2017/04/28/le-pere-et-le-fils-pieges-par-les-flammes

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire