jeudi 6 avril 2017

Meurtre à la hache : un Belfortain passe aux aveux

« Grâce aux éléments d’enquête et aux indices recueillis par les techniciens en identification criminelle de la gendarmerie sur la scène du crime, cinq individus ont été interpellés ce mardi 4 avril. Des perquisitions ont été réalisées aux domiciles des suspects. Les éléments d’audition permettent de confirmer l’hypothèse de travail. L’un d’eux a fini par passer aux aveux en précisant les circonstances du meurtre », soulignait, hier, la gendarmerie.
L’enquête sur le meurtre de Claude Turpin, un retraité PSA retrouvé sans vie le soir de Noël à son domicile de Magny-Danigon (Haute-Saône), a pris ces dernières heures un virage qui semble décisif. 
Interpellé mardi à Belfort et placé en garde à vue, le suspect en question, un carreleur de 31 ans né au Maroc, a été déféré mercredi, vers 16 h, au parquet de Besançon. Il a été mis en examen pour assassinat, avant d’être placé en détention provisoire. L’homme a, semble-t-il, contesté les faits durant les premières heures de sa garde à vue. Avant de lâcher prise face aux éléments de preuve que lui ont opposés les enquêteurs de la gendarmerie. Leur travail a été d’ailleurs salué, hier, par la vice-procureur de Besançon, Margaret Parietti. « Il a gardé le silence devant le juge d’instruction. Les motifs restent encore flous. Ce sera au juge d’instruction de déterminer avec précision ses motifs », indiquait la magistrate.
Le suspect est un parent par alliance de la victime, qui l’avait hébergé quelques mois chez elle l’an dernier, a indiqué à l’AFP Pascal Péresse, commandant de la section de recherches de la gendarmerie de Besançon. Il avait d’ailleurs quitté son domicile après avoir profité de lui, subtilisé sa carte bancaire et retiré environ 3 000 euros. Le trentenaire l’aurait assassiné car il refusait de retirer la plainte déposée à son encontre, a précisé M. Péresse.
Après le meurtre, plusieurs témoignages ont évoqué la présence l’an dernier de cet individu chez la victime. Une piste que les gendarmes ont exploitée.
Après la découverte du corps méconnaissable de Claude Turpin, une cellule spéciale avait été mise en place. Des militaires de la SR de Besançon et de la brigade des recherches de Lure étaient mobilisés.
Il semble que Claude Tupin, retrouvé défiguré, ait été tué avec une hache.
Cinquante-six gendarmes ont été sollicités pour la résolution de cette enquête et l’interpellation de cinq personnes, ce mardi, à Belfort notamment. Les quatre autres personnes, entendues sous le régime de la garde à vue, ont été remises en liberté. 
Meurtre à la hache : un Belfortain passe aux aveux             
http://www.estrepublicain.fr/edition-de-vesoul-haute-saone/2017/04/06/meurtre-a-la-hache-un-belfortain-passe-aux-aveux


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire