samedi 6 mai 2017

Deux morts et un blessé héliporté sur la RD.115


Une terrible collision s'est produite la nuit dernière sur la RD.115 entre Nègrepelisse et Saint-Etienne-de-Tulmont sur une portion de route résolument rectiligne. La nuit était tombée. Il était près de 22 heures lorsqu'un véhicule a entrepris d'en dépasser un autre. La voie semblait dégagée sur cette longue ligne droite. Mais une moto tout-terrain transportant deux passagers arrivait en sens inverse, malheureusement dépourvue d'éclairage. Le choc fut violent. D'importants moyens de secours étaient immédiatement dépêchés sur les lieux : pompiers de Nègrepelisse et de Montauban, Samu 82. Néanmoins, il était déjà trop tard pour le conducteur de la voiture et le pilote de la moto. Le premier, Cédric Raisséguier, âgé de 49 ans, originaire de Monclar-de-Quercy, avait cessé de vivre. Même issue fatale pour le pilote de la moto, Paolo Perreira, âgé de 28 ans, domicilié à Nègrepelisse. Quant à son passager, A.M, un mineur demeurant également à Nègrepelisse, il était découvert dans un état d'une extrême gravité ayant nécessité son transport par l'hélicoptère du Samu 31 sur le CHU Purpan à Toulouse. Son pronostic vital était hier soir toujours engagé.
Le maire de Saint-Etienne-de-Tulmont, présent sur les lieux, nous confirmait la violence du choc tandis que son collège de Nègrepelisse, retenu sur une réunion extérieure au moment de l'accident, confirmait le caractère particulièrement accidentogène de cette grande droite. L'installation récente d'un nouveau rond-point avait tenté de casser la vitesse des véhicules sur cette portion de RD.115 même si la nuit dernière, la vitesse ne semble pas être la cause première de cette collision.

La moto sans lumière, ses passagers sans casque

Selon les premiers éléments de l'enquête, le deux-roues qui n'était pas homologué pour circuler sur la route n'était effectivement pas doté d'un éclairage et ses passagers n'étaient pas équipés d'un casque. Le pilote de la moto était père d'un bébé âgé d'un an. Il laisse également une compagne enceinte.
L'annonce du décès de Cédric Raisséguier a jeté un vif émoi hier dans le secteur de Monclar où la famille est honorablement connue. Cédric Raisséguier était marié et père de deux enfants âgés de 19 et 23 ans. Gendarme en retraite (il avait notamment exercé dans le Tarn), il s'était reconverti au sein des déchetteries du Grand Montauban. Cédric Raisséguier était surtout connu à Monclar pour son investissement au sein du club de rugby local dont il avait repris la présidence l'an dernier avec Daniel Allasia. La famille Raisséguier est en effet depuis plusieurs générations au cœur du rugby Monclarais. Cédric y a longtemps joué. Son fils Guillaume a repris le flambeau et perpétue cette passion familiale sur la pelouse. Cédric Raisséguier était également le fils du docteur Jean-Pierre Raisséguier
Nègrepelissehttp://www.ladepeche.fr/communes/negrepelisse,82134.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire