vendredi 6 avril 2018

Il tue son colocataire et se dénonce une semaine plus tard

Il était aux alentours de 9 h ce jeudi matin quand les gendarmes de Vaucouleurs (Meuse) ont vu entrer deux hommes dans leurs locaux. Accompagné de son frère, un Valcolorois de 33 ans « est venu se dénoncer d’avoir tué son colocataire la semaine dernière, », détaillait ce jeudi soir Olivier Glady, procureur de la République de Bar-le-Duc.
Placé en garde à vue, le trentenaire a déroulé le scénario : jeudi 29 mars, au matin, Fabrice Hanriot, son colocataire malade ayant sali l’appartement qu’ils partagent, ils ont entrepris le nettoyage. Jusqu’à ce que le trentenaire s’énerve de la maladresse de son colocataire. Il l’a frappé. « Il parle de coups au visage et d’un coup de genou au ventre », rapporte le procureur de la République à la lueur des premiers éléments de l’enquête et des premières déclarations de l’homme placé en garde à vue. La victime aurait alors fait un malaise et serait décédée quelques minutes plus tard. « Le suspect a lui-même constaté que son colocataire était mort », poursuit le magistrat. Mais plutôt que d’appeler secours et gendarmes, il a raconté avoir descendu le corps jusque dans la cave de l’immeuble où ils vivaient, au 61 de la rue Jeanne-d’Arc à Vaucouleurs. Il a caché le corps sous l’escalier après l’avoir recouvert de quelques vêtements.

Il dort chez son frère

Les jours qui ont suivi, le mis en cause est allé dormir chez son frère qui vit tout près. « Il a fini par lui avouer ce qui s’était passé et c’est son frère qui l’a convaincu d’aller se dénoncer », ponctue le parquetier qui précise : « On s’achemine vers l’ouverture d’une mise en examen pour meurtre ou pour coups mortels. »
Pour l’heure, les enquêteurs ne disposent que du scénario avancé par le mis en cause, un toxicomane « très défavorablement connu de la justice », selon le procureur. Il n’a encore pas été confronté aux constatations techniques et médicales qui confirmeront ou qui nuanceront ses propos.
Ce jeudi soir, alors que le corps de Fabrice Hanriot, était transporté à l’institut médico-légal, le procureur a prolongé la garde à vue de celui qui est suspecté de lui avoir donné la mort.
Les deux hommes étaient connus pour leur addiction aux stupéfiants. La victime, après avoir habité à différentes adresses dans la Meuse, était venue à Vaucouleurs il y a quelques mois


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire