mercredi 11 avril 2018

Une munition "inerte" tombe, PSA Sochaux impacté ?

Un incident tout aussi rarissime qu’ahurissant.
C’est au cours d’une mission d’entraînement à la navigation qu’un des deux Mirage 2000D, lesquels avaient auparavant décollé de la base de Nancy-Ochey, a perdu, hier, une réplique de bombe.
Il était aux alentours de 15 h 30, ce mardi, lorsque l’objet en plastique muni d’une pointe en métal long de 80 cm et pesant 16 kg, et donc vide de tout explosif, s’est abattu sur l’usine Faurecia de Nogent-sur-Vernisson dans le Loiret. Perçant le toit de la structure avant qu’une partie du projectile s’encastre dans un robot selon certains témoignages. Résultat : deux salariés légèrement blessés. Et, dans la foulée, le déploiement d’importants moyens de secours compte tenu de la nature des événements. Lesquels ont entraîné l’évacuation des 150 employés alors présents sur ce site, qui en dénombre 300, spécialisé dans la fabrique d’armatures pour les sièges automobiles.

Flux tendu

Or, depuis Faurecia Nogent-sur-Vernisson, on fournit Siedoubs, filiale de l’équipementier français implantée à Montbéliard. Où l’on assemble les assises au profit exclusif de PSA Sochaux, dont les lignes d’assemblage sont situées à quelques centaines de mètres seulement et qui fonctionnent à plein régime, notamment grâce au succès du nouveau 3008. Il sort de ce bâtiment de 20 000 m² pas loin de deux mille sièges par jour.
L’incident intervenu dans le Loiret aura-t-il des répercussions économiques à Montbéliard, et donc par voie de conséquence à Sochaux ? Tout dépend du stock d’armatures chez Siedoubs.
Quant à l’accident proprement dit, une double enquête a été ouverte : l’une, technique, confiée au Bureau enquête accidents défense. La seconde est judiciaire et supervisée par le parquet militaire de Paris, lequel a saisi la section de recherche de la gendarmerie de l’air.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire